Mise à jour : mercredi 31 octobre 2012 14:40 | Par l’équipe, l’équipe

Voigt : «Rien à cacher»

Professionnel depuis 1997, Jens Voigt assure dans un blog qu'il ne s'est jamais dopé : «Je n'ai rien à avouer ou à reconnaître. Calmez-vous, les gens ! »


Voigt : «Rien à cacher»

Voigt : «Rien à cacher»

La longue série d'aveux publiés dans la foulée du rapport USADA a créé un climat de suspicion autour du peloton qu'essaient de dissiper certains coureurs.  Après l'Australien Bradley McGee (« Comment les dopés ont volé les meilleures années de ma carrière »), l'Allemand Jens Voigt a écrit un long article de blog pour expliquer sa relation au dopage : «Non, je ne me suis pas dopé.  Je n'ai rien à avouer ou à reconnaître. Calmez-vous, les gens ! », assure-t-il. 

Formé en RDA, passé pro en 1997, le coureur de 41 ans explique qu'il a toujours été stupéfié par les affaires de dopage : «(En Allemagne de l'Est), j'ai eu la chance que le Mur de Berlin tombe avant d'être assez vieux ou assez bon pour être confronté à la question ». Chez Gan au moment de l'affaire Festina, il est ensuite resté jusqu'en 2004 dans la formation de Roger Legeay devenue Crédit Agricole : « Dans mon équipe française, il n'était pas question de se doper. » Avant d'ajouter : « Gardez mes échantillons, contrôlez-les et recontrôlez-les dans dix ans, dans cent ans ! »

Mais c'est son passage en 2004 chez CSC, l'équipe de Bjarne Riis, qui suscite le plus de soupçons, surtout que son leader Ivan Basso a été rattrapé par l'affaire Puerto au départ du Tour de France 2006 :  «Pendant ces sept années avec Bjarne, même s'il a avoué s'être dopé, je peux assurer honnêtement que personne ne m'a approché à propos du dopage. (...) J'avais l'impression que Bjarne avait retenu la leçon et voulait transmettre le message à ses coureurs. (...) Certains m'accusent d'être naïf (...), c'est vrai que j'ai soupçonné certains coureurs de se doper. Cependant - et c'est important - je n'ai rien vu de mes propres yeux. »

Dans son texte, Jens Voigt justifie ses victoires (3 étapes du Tour de France, 2 Tours d'Allemagne) dans une époque marquée par le dopage. « Qui sait ce que j'aurais réussi si tout le monde avait été propre», raconte-t-il tout en se montrant optimiste : « Le cyclisme s'améliore. Je ne vois pas d'indices de dopage organisé ou de réseau de dopage. On ne peut pas empêcher les gens de faire de mauvais choix, mais, honnêtement, notre sport va mieux et est plus propre que jamais. »

Dernières actualités

  • 18/04/2014 20:14 - l’Equipe

    Secoué par l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, le Serbe Novak Djokovic (n°2) s'est réveillé à temps (4-6, 6-3, 6-1) et retrouvera Federer en demi-finale, samedi.

  • 18/04/2014 20:21 - l’Equipe

    Jo-Wilfried Tsonga a «de moins en moins» réussi à gêner Roger Federer, vendredi, lors de leur quart de finale à Monte-Carlo. «Il a accéléré quand moi j'étais un peu en train de descendre», dit le Fran...

  • 18/04/2014 15:41 - l’Equipe

    Pour ses grands débuts en tant que directeur de la gestion sportive de Ferrari, vendredi à Shanghai, Marco Mattiacci a observé depuis les stands et échangé avec Kimi Räikkönen. Pendant ce temps-là, Fe...

  • 18/04/2014 17:45 - l’Equipe

    Avec trois duels entre équipes à au moins 60% de victoires en saison régulière et deux derbies, un californien et un texan, le premier tour promet beaucoup dans la conférence Ouest.

  • 18/04/2014 17:40 - l’Equipe

    A l'Est, tout le monde attendait la finale de conférence entre Indiana et Miami. Mais avec la baisse de régime des Pacers, la situation n'est plus aussi claire. Le premier tour des play-offs devrait p...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Voigt : «Rien à cacher»Professionnel depuis 1997, Jens Voigt assure dans un blog qu'il ne s'est jamais dopé : «Je n'ai rien à avouer ou à reconnaître. Calmez-vous, les gens ! »l’équipel’équipe2012-10-31T12:14:002012-10-31T12:40:00Voigt : «Rien à cacher»La longue série d'aveux publiés dans la foulée du rapport USADA a créé un climat de suspicion autour du peloton qu'essaient de dissiper certains coureurs.  Après l'Australien Bradley McGee (« Comment les dopés ont volé les meilleures années de ma carrière »), l'Allemand Jens Voigt a écrit un long article de blog pour expliquer sa relation au dopage : «Non, je ne me suis pas dopé.  Je n'ai rien à avouer ou à reconnaître. Calmez-vous, les gens ! », assure-t-il. Formé en RDA, passé pro en 1997, le coureur de 41 ans explique qu'il a toujours été stupéfié par les affaires de dopage : «(En Allemagne de l'Est), j'ai eu la chance que le Mur de Berlin tombe avant d'être assez vieux ou assez bon pour être confronté à la question ». Chez Gan au moment de l'affaire Festina, il est ensuite resté jusqu'en 2004 dans la formation de Roger Legeay devenue Crédit Agricole : « Dans mon équipe française, il n'était pas question de se doper. » Avant d'ajouter : « Gardez mes échantillons, contrôlez-les et recontrôlez-les dans dix ans, dans cent ans ! »Mais c'est son passage en 2004 chez CSC, l'équipe de Bjarne Riis, qui suscite le plus de soupçons, surtout que son leader Ivan Basso a été rattrapé par l'affaire Puerto au départ du Tour de France 2006 :  «Pendant ces sept années avec Bjarne, même s'il a avoué s'être dopé, je peux assurer honnêtement que personne ne m'a approché à propos du dopage. (...) J'avais l'impression que Bjarne avait retenu la leçon et voulait transmettre le message à ses coureurs. (...) Certains m'accusent d'être naïf (...), c'est vrai que j'ai soupçonné certains coureurs de se doper. Cependant - et c'est important - je n'ai rien vu de mes propres yeux. »Dans son texte, Jens Voigt justifie ses victoires (3 étapes du Tour de France, 2 Tours d'Allemagne) dans une époque marquée par le dopage. « Qui sait ce que j'aurais réussi si tout le monde avait été propre», raconte-t-il tout en se montrant optimiste : « Le cyclisme s'améliore. Je ne vois pas d'indices de dopage organisé ou de réseau de dopage. On ne peut pas empêcher les gens de faire de mauvais choix, mais, honnêtement, notre sport va mieux et est plus propre que jamais. »Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»Voigt : «Rien à cacher»