Mise à jour : lundi 24 septembre 2012 18:17 | Par l’équipe, l’équipe

Vettel rallume la lumière

Sebastian Vettel a renoué avec la victoire après cinq mois de disette, tandis que Fernando Alonso a assuré un podium de plus et Lewis Hamilton a perdu gros dans son abandon. C'est le bilan du Grand Prix de Singapour. (F. B.)


Vettel rallume la lumière

Vettel rallume la lumière

Sebastian Vettel a renoué avec la victoire après cinq mois de disette, tandis que Fernando Alonso a assuré un podium de plus et Lewis Hamilton a perdu gros dans son abandon. C'est le bilan du Grand Prix de Singapour. (F. B.)

Certains le traiteront d'épicier, les autres de fin calculateur. Il n'empêche, course après course, Fernando Alonso (Ferrari) se rapproche de plus en plus de son troisième titre mondial. Dimanche, il n'avait pas le rythme nécessaire pour jouer la gagne. Il a tout de même assuré le coup pour accrocher la troisième place, grappiller 15 points de plus, et quitter Singapour avec 29 points d'avance sur Sebastian Vettel (Red Bull), son plus proche poursuivant. L'Espagnol n'a plus gagné depuis Hockenheim, mais il a tout de même engrangé 40 points en quatre courses, suffisant pour maintenir un écart raisonnable en tête. D'autant plus que ses rivaux connaissent tour à tour des soucis de fiabilité.

Privé de victoire depuis celle à Bahreïn, il y a cinq mois, Sebastian Vettel (Red Bull) est enfin (re)monté sur la plus haute marche du podium, dimanche à Singapour, où il s'était déjà imposé l'an dernier. Un succès certes facilité par l'abandon de Lewis Hamilton (McLaren) mais l'Allemand a eu le mérite d'être au bon endroit au bon moment. Et puis il avait également dominé tous les essais libres, preuve de son potentiel sur le circuit de Marina Bay. Cette victoire n'est donc pas usurpée, et elle permet au double champion du monde en titre de se rassurer, et de se replacer au championnat. Le voilà désormais installé à la deuxième place, avec 169 points, soit 29 de moins que Fernando Alonso (Ferrari).

«Même les pilotes les plus expérimentés peuvent faire des erreurs.» C'est en ces termes plutôt délicats que Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) a commenté l'accident provoqué par Michael Schumacher (Mercedes) au 38e tour. L'Allemand, auteur d'un freinage très tardif, n'a pas pu éviter la monoplace du Français et a causé un double abandon. Le septuple champion du monde a immédiatement évoqué un problème mécanique à l'origine de son loupé. Les commissaires l'ont en tout cas sanctionné de dix places de pénalité sur la prochaine grille de départ, au Japon. Quant à Vergne, il se souviendra d'avoir été percuté par l'idole de sa jeunesse.

Il est des abandons qui font plus mal que d'autres. Celui subi par Lewis Hamilton (McLaren) dimanche, au 23e tour, alors qu'il menait tranquillement le Grand Prix, risque de rester longtemps dans sa mémoire. L'Anglais, dominé par Sebastian Vettel (Red Bull) lors des essais libres, avait réussi à réagir au bon moment, en signant la pole. Auteur d'un bon départ, il filait vers sa quatrième victoire de la saison, quand sa boîte de vitesses l'a lâché. Cette casse mécanique a entamé son compteur points (142, soit 52 de moins qu'Alonso) mais pas son moral : «Ça va être dur de rattraper Fernando et Seb, mais je n'abandonnerai pas. Il reste six courses, et je dois toutes les gagner !»

Sous le feu des projecteurs après sa suspension au Grand Prix d'Italie, Romain Grosjean (Lotus) a fait profil bas tout le week-end à Singapour. Il s'est contenté de faire son boulot, et l'a plutôt bien fait. Huitième sur la grille, le Français a pris la septième place au terme d'un Grand Prix géré avec sérénité, laissant même son coéquipier Kimi Räikkönen, mieux placé au championnat, le doubler en fin de course. Paul di Resta (Force India) a lui vécu son «plus beau jour en F1», selon ses propres termes. Le Britannique, déjà sixième au départ, a gagné deux places de plus en course, pour signer le meilleur résultat depuis ses débuts, en 2011.

Dernières actualités

  • 23/04/2014 23:00 - l’Equipe

    Le Real Madrid a pris une (petite) option sur la qualification pour la finale de la Ligue des champions en dominant le Bayern Munich (1-0) grâce à un but de Karim Benzema.

  • 23/04/2014 20:39 - l’Equipe

    Réduit à dix à l'heure de jeu, Evian-TG a perdu cruellement sur le terrain du PSG mercredi (1-0). Si les Parisiens l'emportent dimanche à Sochaux (14h00), ils seront officiellement champions de France...

  • 23/04/2014 20:38 - l’Equipe

    Mis en difficulté par Toulouse ce mercredi en match en retard de la 34e journée, Lyon a arraché un nul au Stadium (0-0) et revient à deux points de Saint-Etienne au classement.

  • 23/04/2014 18:51 - l’Equipe

    Alejandro Valverde ne songeait pas à battre Philippe Gilbert, vainqueur de l'Amstel, mais à s'imposer lui-même lors de la Flèche Wallonne mercredi.

  • 23/04/2014 17:27 - l’Equipe

    Début de tournoi délicat pour Rafael Nadal qui n'a pas eu la partie facile face à Albert Ramos (7-6[2], 6-4). Mais le n°1 mondial continue son chemin à Barcelone.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Vettel rallume la lumièreSebastian Vettel a renoué avec la victoire après cinq mois de disette, tandis que Fernando Alonso a assuré un podium de plus et Lewis Hamilton a perdu gros dans son abandon. C'est le bilan du Grand Prix de Singapour. (F. B.)l’équipel’équipe2012-09-24T11:08:002012-09-24T16:17:00Vettel rallume la lumièreSebastian Vettel a renoué avec la victoire après cinq mois de disette, tandis que Fernando Alonso a assuré un podium de plus et Lewis Hamilton a perdu gros dans son abandon. C'est le bilan du Grand Prix de Singapour. (F. B.)Certains le traiteront d'épicier, les autres de fin calculateur. Il n'empêche, course après course, Fernando Alonso (Ferrari) se rapproche de plus en plus de son troisième titre mondial. Dimanche, il n'avait pas le rythme nécessaire pour jouer la gagne. Il a tout de même assuré le coup pour accrocher la troisième place, grappiller 15 points de plus, et quitter Singapour avec 29 points d'avance sur Sebastian Vettel (Red Bull), son plus proche poursuivant. L'Espagnol n'a plus gagné depuis Hockenheim, mais il a tout de même engrangé 40 points en quatre courses, suffisant pour maintenir un écart raisonnable en tête. D'autant plus que ses rivaux connaissent tour à tour des soucis de fiabilité.Privé de victoire depuis celle à Bahreïn, il y a cinq mois, Sebastian Vettel (Red Bull) est enfin (re)monté sur la plus haute marche du podium, dimanche à Singapour, où il s'était déjà imposé l'an dernier. Un succès certes facilité par l'abandon de Lewis Hamilton (McLaren) mais l'Allemand a eu le mérite d'être au bon endroit au bon moment. Et puis il avait également dominé tous les essais libres, preuve de son potentiel sur le circuit de Marina Bay. Cette victoire n'est donc pas usurpée, et elle permet au double champion du monde en titre de se rassurer, et de se replacer au championnat. Le voilà désormais installé à la deuxième place, avec 169 points, soit 29 de moins que Fernando Alonso (Ferrari).«Même les pilotes les plus expérimentés peuvent faire des erreurs.» C'est en ces termes plutôt délicats que Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) a commenté l'accident provoqué par Michael Schumacher (Mercedes) au 38e tour. L'Allemand, auteur d'un freinage très tardif, n'a pas pu éviter la monoplace du Français et a causé un double abandon. Le septuple champion du monde a immédiatement évoqué un problème mécanique à l'origine de son loupé. Les commissaires l'ont en tout cas sanctionné de dix places de pénalité sur la prochaine grille de départ, au Japon. Quant à Vergne, il se souviendra d'avoir été percuté par l'idole de sa jeunesse.Il est des abandons qui font plus mal que d'autres. Celui subi par Lewis Hamilton (McLaren) dimanche, au 23e tour, alors qu'il menait tranquillement le Grand Prix, risque de rester longtemps dans sa mémoire. L'Anglais, dominé par Sebastian Vettel (Red Bull) lors des essais libres, avait réussi à réagir au bon moment, en signant la pole. Auteur d'un bon départ, il filait vers sa quatrième victoire de la saison, quand sa boîte de vitesses l'a lâché. Cette casse mécanique a entamé son compteur points (142, soit 52 de moins qu'Alonso) mais pas son moral : «Ça va être dur de rattraper Fernando et Seb, mais je n'abandonnerai pas. Il reste six courses, et je dois toutes les gagner !»Sous le feu des projecteurs après sa suspension au Grand Prix d'Italie, Romain Grosjean (Lotus) a fait profil bas tout le week-end à Singapour. Il s'est contenté de faire son boulot, et l'a plutôt bien fait. Huitième sur la grille, le Français a pris la septième place au terme d'un Grand Prix géré avec sérénité, laissant même son coéquipier Kimi Räikkönen, mieux placé au championnat, le doubler en fin de course. Paul di Resta (Force India) a lui vécu son «plus beau jour en F1», selon ses propres termes. Le Britannique, déjà sixième au départ, a gagné deux places de plus en course, pour signer le meilleur résultat depuis ses débuts, en 2011.Vettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumièreVettel rallume la lumière