Mise à jour : jeudi 13 septembre 2012 16:40 | Par l’équipe, l’équipe

Une chose après l'autre

Avant de penser à son neuvième titre individuel, Sébastien Loeb va tenter de faire gagner son équipe lors du toujours très piégeux rallye de Grande-Bretagne qui débute vendredi. Citroën peut déjà y être sacré chez les constructeurs.


Une chose après l'autre

Une chose après l'autre

Avant de penser à son neuvième titre individuel, Sébastien Loeb va tenter de faire gagner son équipe lors du toujours très piégeux rallye de Grande-Bretagne qui débute vendredi. Citroën peut déjà y être sacré chez les constructeurs.

Après la formalité remplie en Allemagne fin août, Sébastien Loeb s'attaque à un plus gros morceau ce week-end, en Grande-Bretagne. Vainqueur des cinq derniers rallyes et plus que jamais leader du Championnat à quatre courses du terme de la saison, le pilote Citroën n'a pourtant paradoxalement pas grand-chose à craindre de son périple au pays de Galles cette année. C'est donc sans pression qu'il aborde un rendez-vous qui ne lui a pas vraiment réussi lors des précédentes éditions. Car au volant de sa DS3, le Français n'a pas encore connu la victoire à Cardiff. Pour retrouver trace d'un succès de l'Alsacien en terre britannique, il faut remonter à 2008, 2009 et 2010. Assez rare pour être signalé ! Loeb pilotait alors une C4. C'était une tout autre époque... La concurrence de Ford était alors beaucoup plus accrue, avec notamment Mikko Hirvonen comme principal rival. Devenu aujourd'hui équipier du Français, le Finlandais n'oppose plus autant de résistance.

D'autant que la priorité cette fois a changé. Il ne s'agit plus d'obtenir le titre chez les pilotes, du moins pas encore. Le calendrier ayant été modifié et le RAC avancé de deux mois, le premier objectif pour Citroën sera d'empocher déjà sa huitième couronne chez les constructeurs. La seule condition à remplir pour y parvenir sera de marquer six points de plus que Ford à l'arrivée. «Nous ne ferons pas preuve d'un excès d'optimisme, promet Yves Matton, le directeur de la firme aux chevrons, car nous connaissons trop la valeur de nos adversaires sur ce terrain. Nous nous attendons à une course difficile, au cours de laquelle la gestion des pneumatiques en fonction de la météo pourrait jouer un rôle-clé».

Dans ces conditions, la course pourrait être différente. Malgré son abandon l'an passé, suite à un accident survenu dans une étape de liaison, Loeb pourrait bien lever le pied pour être sûr de franchir le drapeau à damiers. Mais en éternel compétiteur, il ne fera de cadeaux à personne pour autant. «Ce serait bien de gagner. Cela nous mettrait dans une position idéale pour remporter un neuvième titre lors du Rallye de France, anticipe-t-il. Je n'en fais toutefois pas une obsession, j'aborderai ce rallye comme tous les autres». Sur un tracé toujours aussi piégeux où graviers et asphalte se côtoient allègrement, même si la pluie devrait être moins présente que d'habitude, toute adversité ne sera néanmoins pas à occulter pour l'octuple champion du monde. Jari-Matti Latvala, dernier vainqueur en date, ainsi que les frères Solberg auront un rôle à jouer sur les nombreuses bosses et portions rapides du parcours. La routine en quelque sorte pour Loeb, qui ne semble décidément pas s'en lasser. - H.S.

Dernières actualités

  • 28/07/2014 19:03 - l’Equipe

    Actuellement en Chine, le Paris-SG s'est entraîné ce lundi au Hongkong Stadium avant d'affronter mardi la formation de Kitchee, le champion de Hongkong. Lors de cette séance, Zlatan Ibrahimovic s'est ...

  • 28/07/2014 11:02 - l’Equipe

    Antoine Griezmann va poursuivre sa carrière à l'Atlético Madrid. Le champion d'Espagne a trouvé un accord avec la Real Sociedad pour le transfert de l'international français.

  • 28/07/2014 12:00 - l’Equipe

    Au-delà du podium de Jean-Christophe Peraud et Thibaut Pinot, ce Tour de France 2014 a permis à la nouvelle génération française de s'exprimer. Avec Coquard et Démare en sprint et des baroudeurs comme...

  • 28/07/2014 09:30 - l’Equipe

    Une victoire d'étape (Kadri), une deuxième (Peraud) et une sixième place (Bardet), le classement par équipes : AG2R a été en réussite totale lors du Tour de France. Le capitaine de route Sébastien Min...

  • 28/07/2014 16:34 - l’Equipe

    Dans un entretien accordé au Guardian lundi, Brian Cookson, le président de l'UCI, appelle Alexandre Vinokourov et Bjarne Riis à témoigner devant une commission indépendante pour faire avancer la lutt...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Une chose après l'autreAvant de penser à son neuvième titre individuel, Sébastien Loeb va tenter de faire gagner son équipe lors du toujours très piégeux rallye de Grande-Bretagne qui débute vendredi. Citroën peut déjà y être sacré chez les constructeurs.l’équipel’équipe2012-09-13T08:40:002012-09-13T14:40:00Une chose après l'autreAvant de penser à son neuvième titre individuel, Sébastien Loeb va tenter de faire gagner son équipe lors du toujours très piégeux rallye de Grande-Bretagne qui débute vendredi. Citroën peut déjà y être sacré chez les constructeurs.Après la formalité remplie en Allemagne fin août, Sébastien Loeb s'attaque à un plus gros morceau ce week-end, en Grande-Bretagne. Vainqueur des cinq derniers rallyes et plus que jamais leader du Championnat à quatre courses du terme de la saison, le pilote Citroën n'a pourtant paradoxalement pas grand-chose à craindre de son périple au pays de Galles cette année. C'est donc sans pression qu'il aborde un rendez-vous qui ne lui a pas vraiment réussi lors des précédentes éditions. Car au volant de sa DS3, le Français n'a pas encore connu la victoire à Cardiff. Pour retrouver trace d'un succès de l'Alsacien en terre britannique, il faut remonter à 2008, 2009 et 2010. Assez rare pour être signalé ! Loeb pilotait alors une C4. C'était une tout autre époque... La concurrence de Ford était alors beaucoup plus accrue, avec notamment Mikko Hirvonen comme principal rival. Devenu aujourd'hui équipier du Français, le Finlandais n'oppose plus autant de résistance.D'autant que la priorité cette fois a changé. Il ne s'agit plus d'obtenir le titre chez les pilotes, du moins pas encore. Le calendrier ayant été modifié et le RAC avancé de deux mois, le premier objectif pour Citroën sera d'empocher déjà sa huitième couronne chez les constructeurs. La seule condition à remplir pour y parvenir sera de marquer six points de plus que Ford à l'arrivée. «Nous ne ferons pas preuve d'un excès d'optimisme, promet Yves Matton, le directeur de la firme aux chevrons, car nous connaissons trop la valeur de nos adversaires sur ce terrain. Nous nous attendons à une course difficile, au cours de laquelle la gestion des pneumatiques en fonction de la météo pourrait jouer un rôle-clé».Dans ces conditions, la course pourrait être différente. Malgré son abandon l'an passé, suite à un accident survenu dans une étape de liaison, Loeb pourrait bien lever le pied pour être sûr de franchir le drapeau à damiers. Mais en éternel compétiteur, il ne fera de cadeaux à personne pour autant. «Ce serait bien de gagner. Cela nous mettrait dans une position idéale pour remporter un neuvième titre lors du Rallye de France, anticipe-t-il. Je n'en fais toutefois pas une obsession, j'aborderai ce rallye comme tous les autres». Sur un tracé toujours aussi piégeux où graviers et asphalte se côtoient allègrement, même si la pluie devrait être moins présente que d'habitude, toute adversité ne sera néanmoins pas à occulter pour l'octuple champion du monde. Jari-Matti Latvala, dernier vainqueur en date, ainsi que les frères Solberg auront un rôle à jouer sur les nombreuses bosses et portions rapides du parcours. La routine en quelque sorte pour Loeb, qui ne semble décidément pas s'en lasser. - H.S.Une chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autreUne chose après l'autre