Mise à jour : vendredi 21 septembre 2012 20:17 | Par l’équipe, l’équipe

Rothen : «Pas une revanche»



Avant de retrouver son ancien club, Jérôme Rothen est revenu sur le début de saison contrasté du SC Bastia. Il espère créer l'exploit, samedi à 17h00, contre le Paris-SG, où il a passé six saisons.«Jérôme Rothen, comment expliquez-vous les trois défaites consécutives de Bastia, après un début canon?Les deux premières victoires, on les a obtenues contre deux équipes qui luttaient, comme nous, pour le maintien, donc il n'y avait rien d'exceptionnel de gagner à Sochaux (3-2) puis chez nous, à la dernière minute, contre Reims (2-1). Après, contre des équipes qui ont l'expérience de jouer le haut du tableau, comme Rennes ou Saint-Etienne, on est retombés dans la vérité de la Ligue 1. Le point noir, c'est le match d'Evian, parce qu'on a fait une bonne première mi-temps avant d'encaisser un but sur leur première action. Après, mentalement, c'est compliqué, surtout qu'on venait de prendre six buts en deux matches. On n'a pas eu la capacité de revenir.  Vous allez rencontrer le PSG, qui n'est pas l'équipe idéale pour se relancer... C'est sûr qu'une défaite ne serait pas dramatique parce qu'il n'y a pas photo entre Paris et Bastia... Mais il faut tout faire pour défendre ce 0-0 dans un premier temps, même si on n'entre pas sur le terrain dans cette optique, parce que c'est le meilleur moyen de prendre un but au bout d'un quart d'heure. Il peut tout se passer, on peut très bien faire l'exploit. On ne peut pas battre un grand club en faisant autant d'erreurs. Contre des équipes comme celles-ci, la première se paye cash.Ce match sera particulier pour vous, qui avez joué à Paris durant six saisons ? Six ans, c'est pratiquement la moitié d'une carrière de joueur... Il y a beaucoup de souvenirs qui reviennent. J'ai un sentiment particulier avec ce club. J'ai envie de faire un match plein pour aider mon équipe à faire l'exploit et surtout montrer aux Parisiens une bonne image de Bastia. C'est avec plaisir que je vais retrouver des joueurs avec lesquels j'ai évolué. J'ai gardé de bons souvenirs, j'ai remporté des titres et les personnes avec qui ça s'est mal passé ne sont plus au club, donc je n'ai pas de sentiment de revanche. Que vous inspire ce PSG, invaincu en L1 cette saison ? Il fallait du temps pour que le collectif prenne. Les noms c'est bien, parce que ce sont les grands joueurs qui font gagner les matches, mais il faut savoir trouver un équilibre d'équipe. Et entre ceux qui étaient en retard de préparation et les blessés, Ancelotti n'a pas eu tous ses joueurs à disposition. On sent que, depuis trois matches, une équipe-type se dégage, ça n'a rien à voir avec le PSG du mois d'août.»

Dernières actualités

  • 16/04/2014 23:40 - l’Equipe

    Déjà vainqueur de la Coupe de France en 2009 face à Rennes, Guingamp va retrouver le Stade Rennais le 3 mai en finale au Stade de France. L'En Avant a éliminé Monaco ce mercredi au Roudourou avec deux...

  • 16/04/2014 23:47 - l’Equipe

    Grâce à un incroyable rush de Gareth Bale à cinq minutes de la fin du match, le Real Madrid a battu le FC Barcelone (2-1) pour remporter la 19e Coupe du Roi de son histoire et laisser son rival en ple...

  • 16/04/2014 18:46 - l’Equipe

    Incapable de fissurer le mur Pablo Carreño Busta, le Français a valdingué dès le deuxième tour (6-3, 7-6 [6] en 1h37). Sa malédiction monégasque continue.

  • 16/04/2014 15:22 - l’Equipe

    Rafael Nadal n'a pas tremblé pour son entrée en lice à Monte-Carlo, ce mercredi. Le numéro un mondial a écarté le Russe Teymuraz Gabashvili, en deux manches et 1h12 de jeu (6-4, 6-1). Il affrontera au...

  • 16/04/2014 13:44 - l’Equipe

    Vainqueur sans aucun problème de Radek Stepanek (6-1, 6-2), Roger Federer affrontera de nouveau un Tchèque en huitièmes de finale à Monte-Carlo, en la personne de Lukas Rosol.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Rothen : «Pas une revanche»l’équipel’équipe2012-09-22T08:04:002012-09-21T18:17:00Avant de retrouver son ancien club, Jérôme Rothen est revenu sur le début de saison contrasté du SC Bastia. Il espère créer l'exploit, samedi à 17h00, contre le Paris-SG, où il a passé six saisons.«Jérôme Rothen, comment expliquez-vous les trois défaites consécutives de Bastia, après un début canon?Les deux premières victoires, on les a obtenues contre deux équipes qui luttaient, comme nous, pour le maintien, donc il n'y avait rien d'exceptionnel de gagner à Sochaux (3-2) puis chez nous, à la dernière minute, contre Reims (2-1). Après, contre des équipes qui ont l'expérience de jouer le haut du tableau, comme Rennes ou Saint-Etienne, on est retombés dans la vérité de la Ligue 1. Le point noir, c'est le match d'Evian, parce qu'on a fait une bonne première mi-temps avant d'encaisser un but sur leur première action. Après, mentalement, c'est compliqué, surtout qu'on venait de prendre six buts en deux matches. On n'a pas eu la capacité de revenir.  Vous allez rencontrer le PSG, qui n'est pas l'équipe idéale pour se relancer... C'est sûr qu'une défaite ne serait pas dramatique parce qu'il n'y a pas photo entre Paris et Bastia... Mais il faut tout faire pour défendre ce 0-0 dans un premier temps, même si on n'entre pas sur le terrain dans cette optique, parce que c'est le meilleur moyen de prendre un but au bout d'un quart d'heure. Il peut tout se passer, on peut très bien faire l'exploit. On ne peut pas battre un grand club en faisant autant d'erreurs. Contre des équipes comme celles-ci, la première se paye cash.Ce match sera particulier pour vous, qui avez joué à Paris durant six saisons ? Six ans, c'est pratiquement la moitié d'une carrière de joueur... Il y a beaucoup de souvenirs qui reviennent. J'ai un sentiment particulier avec ce club. J'ai envie de faire un match plein pour aider mon équipe à faire l'exploit et surtout montrer aux Parisiens une bonne image de Bastia. C'est avec plaisir que je vais retrouver des joueurs avec lesquels j'ai évolué. J'ai gardé de bons souvenirs, j'ai remporté des titres et les personnes avec qui ça s'est mal passé ne sont plus au club, donc je n'ai pas de sentiment de revanche. Que vous inspire ce PSG, invaincu en L1 cette saison ? Il fallait du temps pour que le collectif prenne. Les noms c'est bien, parce que ce sont les grands joueurs qui font gagner les matches, mais il faut savoir trouver un équilibre d'équipe. Et entre ceux qui étaient en retard de préparation et les blessés, Ancelotti n'a pas eu tous ses joueurs à disposition. On sent que, depuis trois matches, une équipe-type se dégage, ça n'a rien à voir avec le PSG du mois d'août.»