Mise à jour : jeudi 12 décembre 2013 19:02 | Par l’Equipe

Poulter aime Dubuisson

Plutôt avare en compliments quand il s'agit de parler de ses concurrents, Ian Poulter a cette fois déclaré sa flamme à Victor Dubuisson...


Poulter aime Dubuisson

Poulter aime Dubuisson

On a rencontré Ian Poulter la semaine passée en Californie, à l'occasion du World Challenge organisé par la Tiger Woods Foundation. On a commencé par évoquer les 20 putts qu'il avait pris sur les neuf derniers trous du Turkish Airlines Open, mi-novembre, alors qu'il chassait Victor Dubuisson pour la gagne. « Merci de me le rappeler », a-t-il alors lancé avec le plus noir de ses regards.Une fausse mauvaise humeur en fait, un comportement habituel chez celui qui n'aime rien tant que jouer un rôle avec les médias. C'est donc de bonne grâce qu'il nous a ensuite livré ces quelques mots à propos de Victor Dubuisson. « Ce dimanche-là, j'ai essayé de lui mettre la pression, mais il a vraiment bien joué et surtout, il a tapé les bons coups au bon moment. J'ai vraiment été impressionné par la façon dont il a joué. Quel âge il a au fait ? Ah, 23 ans ? C'est un bébé alors... (rires) Pour le golf français, c'est idéal, parce que tout le monde chez vous le voit jouer exceptionnellement bien sous pression dans les grands tournois. Parfois, c'est difficile pour un jeune de bien jouer après une victoire, et il l'a fait à Dubai dès la semaine suivante. »

Au moment de l'interview, Poults et Dubush étaient d'ailleurs numéros 1 et 2 du classement européen de Ryder Cup (Thomas Björn est depuis passé à la deuxième place, grâce à sa victoire au Nedbank Challenge). Alors Ian, bonne recrue pour l'équipe le Dub ou bien ? « Il est deuxième sur la liste je crois, donc il a une très bonne chance, mais il doit faire attention. Car il existe un piège pour un joueur aussi jeune : c'est de parler sans arrêt de la Ryder Cup. Parce que ça va lui mettre encore plus et encore plus et encore plus de pression ! Sa qualification est acquise aux trois quarts, il est pratiquement dans l'équipe de 2014. Donc tout ce qu'il a à faire maintenant, c'est de se détendre, et de continuer à bien jouer. Parce que s'il nous rejoint, je crois bien qu'il apportera un vrai plus en tant que rookie. »

Dernières actualités

  • 24/04/2014 02:44 - l’Equipe

    C'est, selon Michael Phelps, le moteur de son retour après vingt mois de «retraite». Mais il refuse de dire jusqu'où cela peut le mener. L'Américain veut «juste essayer de retrouver cette mentalité du...

  • 24/04/2014 08:28 - l’Equipe

    Michel Platini se dit «pas sûr du tout que le PSG respecte le fair-play financier» dans un entretien au Parisien, jeudi. Le président de l'UEFA y fait le point sur l'injonction faite aux clubs de ne p...

  • 24/04/2014 08:05 - l’Equipe

    Opposés en demi-finale aller de la Ligue Europa jeudi (21h05), Benfica et la Juventus cherchent à redorer leur blason européen, un peu rouillé ces dernières saisons.

  • 24/04/2014 07:35 - l’Equipe

    Plongé dans la crise financière depuis des années, Valence s'en remet à son centre de formation et à ses réseaux de recrutement pour survivre. Avec Bernat, "Fede" et Alcacer, ça marche pour le VCF qui...

  • 23/04/2014 22:04 - l’Equipe

    Maxime Gonalons a reconnu la supériorité des Toulousains ce mercredi après le match nul (0-0) de l'OL au Stadium mais le milieu s'est satisfait du point pris.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Poulter aime DubuissonPlutôt avare en compliments quand il s'agit de parler de ses concurrents, Ian Poulter a cette fois déclaré sa flamme à Victor Dubuisson...l’Equipe2013-12-12T08:50:002013-12-12T17:02:00Poulter aime DubuissonOn a rencontré Ian Poulter la semaine passée en Californie, à l'occasion du World Challenge organisé par la Tiger Woods Foundation. On a commencé par évoquer les 20 putts qu'il avait pris sur les neuf derniers trous du Turkish Airlines Open, mi-novembre, alors qu'il chassait Victor Dubuisson pour la gagne. « Merci de me le rappeler », a-t-il alors lancé avec le plus noir de ses regards.Une fausse mauvaise humeur en fait, un comportement habituel chez celui qui n'aime rien tant que jouer un rôle avec les médias. C'est donc de bonne grâce qu'il nous a ensuite livré ces quelques mots à propos de Victor Dubuisson. « Ce dimanche-là, j'ai essayé de lui mettre la pression, mais il a vraiment bien joué et surtout, il a tapé les bons coups au bon moment. J'ai vraiment été impressionné par la façon dont il a joué. Quel âge il a au fait ? Ah, 23 ans ? C'est un bébé alors... (rires) Pour le golf français, c'est idéal, parce que tout le monde chez vous le voit jouer exceptionnellement bien sous pression dans les grands tournois. Parfois, c'est difficile pour un jeune de bien jouer après une victoire, et il l'a fait à Dubai dès la semaine suivante. »Au moment de l'interview, Poults et Dubush étaient d'ailleurs numéros 1 et 2 du classement européen de Ryder Cup (Thomas Björn est depuis passé à la deuxième place, grâce à sa victoire au Nedbank Challenge). Alors Ian, bonne recrue pour l'équipe le Dub ou bien ? « Il est deuxième sur la liste je crois, donc il a une très bonne chance, mais il doit faire attention. Car il existe un piège pour un joueur aussi jeune : c'est de parler sans arrêt de la Ryder Cup. Parce que ça va lui mettre encore plus et encore plus et encore plus de pression ! Sa qualification est acquise aux trois quarts, il est pratiquement dans l'équipe de 2014. Donc tout ce qu'il a à faire maintenant, c'est de se détendre, et de continuer à bien jouer. Parce que s'il nous rejoint, je crois bien qu'il apportera un vrai plus en tant que rookie. »Poulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime DubuissonPoulter aime Dubuisson