Mise à jour : jeudi 1 novembre 2012 00:18 | Par l’équipe, l’équipe

PHM, un Murray trop haut



Paul-Henri Mathieu s'est incliné (7-5, 6-3) contre Andy Murray. En huitième de finale, le Britannique affrontera Jerzy Janowicz.Après le test Roger Federer à Bâle, Paul-Henri Mathieu est passé au révélateur Andy Murray. Et il a permis de répondre à certaines interrogations. L'Ecossais va-t-il faire l'impasse sur Bercy ? La réponse est non. Sans jouer un tennis de rêve (24 points gagnants, 31 fautes directes) mais en s'appuyant sur un bon service (12 aces, 55% de premières balles), le 3e mondial s'est imposé (7-5, 6-3 en 1h32') et a montré sa volonté de jouer le coup à fond. Le Français est-il de retour ? La réponse est oui. Bien sûr il n'est pas encore au niveau de 2008 et de son 12e rang mondial, mais il a bien ressuscité depuis six mois.Face au champion olympique, le Strasbourgeois a pu mesurer ses manques. « J'ai réalisé un match relativement correct, mais je n'ai pas assez bien servi pour l'inquiéter. J'ai besoin de rejouer ce genre de joueur pour progresser et les inquiéter la saison prochaine, explique l'Alsacien qui va jouer les interclubs avec Strasbourg avant de partir en vacances le 22 novembre. Cela permet de voir où je me situe. Physiquement je ne suis pas encore au niveau. Je dois axer mon travail sur les appuis, les reprises d'appui et les coups de défense.» Comme la veille, son service (42% de premières balles) l'a trahi à l'image de la double faute sur la balle de match. Sans point gratuit face à un tel défenseur, PHM a été contraint de forcer (31 fautes directes pour 15 points gagnants) et a manqué d'explosivité et de fraîcheur pour déstabiliser le roc britannique. Mais lors de cette cinquième confrontation face à Andy Murray, il a noté les progrès adverses : «Il peut jouer plus vite. Il sert beaucoup mieux qu'avant. Aujourd'hui, c'est ce qui a fait la différence sur la fin du premier set et sur les points importants. En coup droit, il accélère mieux qu'avant. Il a toujours été très complet, il aimait bien jouer en défense, mais aujourd'hui, il va aussi vers l'avant.» Comme Paul-Henri Mathieu... - S.D., à Bercy

Dernières actualités

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

PHM, un Murray trop hautl’équipel’équipe2012-10-31T21:13:002012-10-31T22:18:00Paul-Henri Mathieu s'est incliné (7-5, 6-3) contre Andy Murray. En huitième de finale, le Britannique affrontera Jerzy Janowicz.Après le test Roger Federer à Bâle, Paul-Henri Mathieu est passé au révélateur Andy Murray. Et il a permis de répondre à certaines interrogations. L'Ecossais va-t-il faire l'impasse sur Bercy ? La réponse est non. Sans jouer un tennis de rêve (24 points gagnants, 31 fautes directes) mais en s'appuyant sur un bon service (12 aces, 55% de premières balles), le 3e mondial s'est imposé (7-5, 6-3 en 1h32') et a montré sa volonté de jouer le coup à fond. Le Français est-il de retour ? La réponse est oui. Bien sûr il n'est pas encore au niveau de 2008 et de son 12e rang mondial, mais il a bien ressuscité depuis six mois.Face au champion olympique, le Strasbourgeois a pu mesurer ses manques. « J'ai réalisé un match relativement correct, mais je n'ai pas assez bien servi pour l'inquiéter. J'ai besoin de rejouer ce genre de joueur pour progresser et les inquiéter la saison prochaine, explique l'Alsacien qui va jouer les interclubs avec Strasbourg avant de partir en vacances le 22 novembre. Cela permet de voir où je me situe. Physiquement je ne suis pas encore au niveau. Je dois axer mon travail sur les appuis, les reprises d'appui et les coups de défense.» Comme la veille, son service (42% de premières balles) l'a trahi à l'image de la double faute sur la balle de match. Sans point gratuit face à un tel défenseur, PHM a été contraint de forcer (31 fautes directes pour 15 points gagnants) et a manqué d'explosivité et de fraîcheur pour déstabiliser le roc britannique. Mais lors de cette cinquième confrontation face à Andy Murray, il a noté les progrès adverses : «Il peut jouer plus vite. Il sert beaucoup mieux qu'avant. Aujourd'hui, c'est ce qui a fait la différence sur la fin du premier set et sur les points importants. En coup droit, il accélère mieux qu'avant. Il a toujours été très complet, il aimait bien jouer en défense, mais aujourd'hui, il va aussi vers l'avant.» Comme Paul-Henri Mathieu... - S.D., à Bercy