Mise à jour : mercredi 31 octobre 2012 14:30 | Par l’équipe, l’équipe

Paris veut enchaîner

Un temps annoncé à Toulon, Pascal Papé a choisi de rester au Stade Français, son «club de coeur». Mais le capitaine parisien aura l'occasion de visiter Mayol jeudi (14h30) et de s'étalonner face à l'ogre varois.


Paris veut enchaîner

Paris veut enchaîner

Après la rouste infligée à l'Aviron Bayonnais (59-0) et la bonne forme affichée par les Toulonnais depuis le début de la saison (8 victoires pour 1 défaite), les déplacements à Mayol risquent de faire gamberger bon nombre de joueurs. Après avoir vaillamment vaincu d'autres Rouge et Noir, ceux de Toulouse (28-24), le Stade Français se prépare à pénétrer dans l'antre de l'ogre du Top 14. Mais avec un capitaine de la trempe de Pascal Papé, les Parisiens ont le guide parfait. International rompu aux matches de tous les dangers, le bonhomme n'est pas connu pour se laisser impressionner facilement.

«Aujourd'hui, Toulon est un rouleau compresseur. Mais on n'a pas envie de se mettre plus de pression que ça. On y va pour faire un grand match de rugby, essayer de s'étalonner en quatre jours face à ce qui se fait de mieux dans l'Hexagone. Ce sont des joueurs de grande qualité qui viennent tous d'horizons différents et qui arrivent à mettre à profit leur expérience. Ils respectent tout le monde en mettant 40 à 50 points à tout le monde à domicile. On ne se déplace pas en martyrs, mais avec des objectifs : faire un grand match et repartir avec des certitudes». Un discours volontaire, à l'image du deuxième-ligne toujours prêt au combat. Mais il faudra que le Stade Français, pas réputé pour sa solidité loin de ses terres (une seule victoire, 28-30, à Mont-de-Marsan), se fasse violence pour résister au mistral toulonnais.

Pascal Papé, qui vient de prolonger son contrat avec le Stade Français, était d'ailleurs un temps annoncé partant pour le RCT. Finalement, il n'en a rien été. «Je me suis vraiment posé la question mais voilà, j'ai fait le choix du coeur. Dans l'effectif, il y a beaucoup de joueurs que j'apprécie, comme Parisse, Dupuy, Attoub, Arias, Rabadan. On joue ensemble depuis plusieurs années, on a des liens très forts, on forme vraiment le noyau de cette équipe. J'avais envie de rester avec les valeurs de ce club». Sauf que dans la carrière d'un joueur professionnel, il y a des clubs qui peuvent peser très lourd, notamment financièrement. Papé n'élude pas le sujet. «C'est sûr que si on veut parler "oseille", j'aurais pu avoir beaucoup mieux ailleurs, mais à un moment donné, l'argent ne fait pas tout non plus. Il y a aussi une part de plaisir à prendre dans la vie de tous les jours et certaines valeurs qui sont pour moi primordiales».

Dernières actualités

  • 20/04/2014 02:14 - l’Equipe

    «C'est bien de voir des expressions joyeuses alors que les visages étaient plus tristes la semaine dernière» a déclaré Laurent Blanc, l'entraîneur du PSG, après la victoire (2-1) contre l'OL en finale...

  • 20/04/2014 02:18 - l’Equipe

    Après la défaite de Lyon contre le PSG (2-1) en finale de la Coupe de la Ligue, Jean-Michel Aulas a critiqué l'arbitrage de M. Lannoy, et notamment sa décision d'accorder un penalty à Lucas.

  • 19/04/2014 22:46 - l’Equipe

    En remportant une large victoire sur Bordeaux-Bègles (37-23), ce samedi, lors de l'avant-dernière journée, le Stade Français peut toujours espérer accrocher la 6e place.

  • 19/04/2014 20:57 - l’Equipe

    En décrochant le match nul à Grenoble (21-21), l'Aviron Bayonnais crée un suspense infernal pour la dernière journée. Trois clubs à 50 points vont jouer leur maintien lors de cette ultime journée de C...

  • 19/04/2014 22:33 - l’Equipe

    Irrité par la première défaite de sa carrière à domicile en Championnat avec Chelsea contre Sunderland (1-2) samedi, qui pourrait aussi briser ses rêves de titre de Champion, José Mourinho s'en est pr...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Paris veut enchaînerUn temps annoncé à Toulon, Pascal Papé a choisi de rester au Stade Français, son «club de coeur». Mais le capitaine parisien aura l'occasion de visiter Mayol jeudi (14h30) et de s'étalonner face à l'ogre varois.l’équipel’équipe2012-10-31T12:14:002012-10-31T12:30:00Paris veut enchaînerAprès la rouste infligée à l'Aviron Bayonnais (59-0) et la bonne forme affichée par les Toulonnais depuis le début de la saison (8 victoires pour 1 défaite), les déplacements à Mayol risquent de faire gamberger bon nombre de joueurs. Après avoir vaillamment vaincu d'autres Rouge et Noir, ceux de Toulouse (28-24), le Stade Français se prépare à pénétrer dans l'antre de l'ogre du Top 14. Mais avec un capitaine de la trempe de Pascal Papé, les Parisiens ont le guide parfait. International rompu aux matches de tous les dangers, le bonhomme n'est pas connu pour se laisser impressionner facilement.«Aujourd'hui, Toulon est un rouleau compresseur. Mais on n'a pas envie de se mettre plus de pression que ça. On y va pour faire un grand match de rugby, essayer de s'étalonner en quatre jours face à ce qui se fait de mieux dans l'Hexagone. Ce sont des joueurs de grande qualité qui viennent tous d'horizons différents et qui arrivent à mettre à profit leur expérience. Ils respectent tout le monde en mettant 40 à 50 points à tout le monde à domicile. On ne se déplace pas en martyrs, mais avec des objectifs : faire un grand match et repartir avec des certitudes». Un discours volontaire, à l'image du deuxième-ligne toujours prêt au combat. Mais il faudra que le Stade Français, pas réputé pour sa solidité loin de ses terres (une seule victoire, 28-30, à Mont-de-Marsan), se fasse violence pour résister au mistral toulonnais.Pascal Papé, qui vient de prolonger son contrat avec le Stade Français, était d'ailleurs un temps annoncé partant pour le RCT. Finalement, il n'en a rien été. «Je me suis vraiment posé la question mais voilà, j'ai fait le choix du coeur. Dans l'effectif, il y a beaucoup de joueurs que j'apprécie, comme Parisse, Dupuy, Attoub, Arias, Rabadan. On joue ensemble depuis plusieurs années, on a des liens très forts, on forme vraiment le noyau de cette équipe. J'avais envie de rester avec les valeurs de ce club». Sauf que dans la carrière d'un joueur professionnel, il y a des clubs qui peuvent peser très lourd, notamment financièrement. Papé n'élude pas le sujet. «C'est sûr que si on veut parler "oseille", j'aurais pu avoir beaucoup mieux ailleurs, mais à un moment donné, l'argent ne fait pas tout non plus. Il y a aussi une part de plaisir à prendre dans la vie de tous les jours et certaines valeurs qui sont pour moi primordiales».Paris veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaînerParis veut enchaîner