Mise à jour : dimanche 16 septembre 2012 01:28 | Par l’équipe, l’équipe

Paris garde la tête sous l'eau

Le Stade Français s'est une nouvelle fois incliné à l'extérieur, face à Bordeaux-Bègles (30-22), samedi à Chaban-Delmas. Les Parisiens sont désormais en très mauvaise posture en Championnat, à égalité avec le premier relégable, Agen.


Paris garde la tête sous l'eau

Paris garde la tête sous l'eau

Le Stade Français s'est une nouvelle fois incliné à l'extérieur, face à Bordeaux-Bègles (30-22), samedi à Chaban-Delmas. Les Parisiens sont désormais en très mauvaise posture en Championnat, à égalité avec le premier relégable, Agen.

Pour la quinzième fois, le Stade Français revient bredouille d'un match à l'extérieur. Malgré une situation comptable inquiétante, les Parisiens n'ont pas réussi à se sortir de cette spirale négative dans laquelle ils sont plongés depuis le 26 novembre 2011, date de leur dernier succès à l'extérieur (16-35 à Perpignan). Une seule victoire, un nul et désormais trois défaites, «c'est catastrophique», lâchait, dépité, Geoffrey Doumayrou au micro de Canal+Sport après le match. Le trois quart centre mettait même le doigt sur le problème majeur du Stade Français en ce début de saison : «On est à moitié perdus sur le terrain (...) On ne respecte pas trop ce que l'on dit dans la semaine.» Crispés par l'envie de bien faire, les Franciliens ont finalement fait tout le contraire, échouant à reproduire le travail effectué à l'entraînement.

En face, les Bordelais ne jouaient pas non plus très libérés, mais ont réussi quelques belles actions, qui leur ont permis de mener d'une courte tête à la pause (12-9). Camille Lopez s'est notamment mis en valeur en passant trois pénalités et un drop dans la première mi-temps (4 pénalités en tout). L'UBB s'est montré plus agressive dans les rucks en deuxième période et a retrouvé de l'assurance pour creuser l'écart avec deux essais (Adams, 54e, et Le Bourhis, 69e). Le Stade Français, de son côté, a semblé lâcher prise. La botte de Jérôme Porical a permis de surnager jusqu'aux dix dernières minutes où, animés par l'énergie du désespoir, ses coéquipiers ont inscrit leur seul essai de la partie (Williams, 71e). Alors que Paris tenait au moins le point de bonus défensif, le jeune Saubusse a réussi une pénalité obtenue à 30 secondes du terme (30-22), leur enlevant même cette maigre consolation. Si les joueurs de Bordeaux-Bègles ont livré une prestation inégale, l'ambition et l'audace les ont sorti de la zone rouge, dans laquelle se trouve désormais le Stade Français. Les Parisiens repartent de Gironde frustrés et inquiets à l'idée d'affronter Perpignan la semaine prochaine.

Dernières actualités

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Paris garde la tête sous l'eauLe Stade Français s'est une nouvelle fois incliné à l'extérieur, face à Bordeaux-Bègles (30-22), samedi à Chaban-Delmas. Les Parisiens sont désormais en très mauvaise posture en Championnat, à égalité avec le premier relégable, Agen.l’équipel’équipe2012-09-15T23:07:002012-09-15T23:28:00Paris garde la tête sous l'eauLe Stade Français s'est une nouvelle fois incliné à l'extérieur, face à Bordeaux-Bègles (30-22), samedi à Chaban-Delmas. Les Parisiens sont désormais en très mauvaise posture en Championnat, à égalité avec le premier relégable, Agen.Pour la quinzième fois, le Stade Français revient bredouille d'un match à l'extérieur. Malgré une situation comptable inquiétante, les Parisiens n'ont pas réussi à se sortir de cette spirale négative dans laquelle ils sont plongés depuis le 26 novembre 2011, date de leur dernier succès à l'extérieur (16-35 à Perpignan). Une seule victoire, un nul et désormais trois défaites, «c'est catastrophique», lâchait, dépité, Geoffrey Doumayrou au micro de Canal+Sport après le match. Le trois quart centre mettait même le doigt sur le problème majeur du Stade Français en ce début de saison : «On est à moitié perdus sur le terrain (...) On ne respecte pas trop ce que l'on dit dans la semaine.» Crispés par l'envie de bien faire, les Franciliens ont finalement fait tout le contraire, échouant à reproduire le travail effectué à l'entraînement.En face, les Bordelais ne jouaient pas non plus très libérés, mais ont réussi quelques belles actions, qui leur ont permis de mener d'une courte tête à la pause (12-9). Camille Lopez s'est notamment mis en valeur en passant trois pénalités et un drop dans la première mi-temps (4 pénalités en tout). L'UBB s'est montré plus agressive dans les rucks en deuxième période et a retrouvé de l'assurance pour creuser l'écart avec deux essais (Adams, 54e, et Le Bourhis, 69e). Le Stade Français, de son côté, a semblé lâcher prise. La botte de Jérôme Porical a permis de surnager jusqu'aux dix dernières minutes où, animés par l'énergie du désespoir, ses coéquipiers ont inscrit leur seul essai de la partie (Williams, 71e). Alors que Paris tenait au moins le point de bonus défensif, le jeune Saubusse a réussi une pénalité obtenue à 30 secondes du terme (30-22), leur enlevant même cette maigre consolation. Si les joueurs de Bordeaux-Bègles ont livré une prestation inégale, l'ambition et l'audace les ont sorti de la zone rouge, dans laquelle se trouve désormais le Stade Français. Les Parisiens repartent de Gironde frustrés et inquiets à l'idée d'affronter Perpignan la semaine prochaine.Paris garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eauParis garde la tête sous l'eau