Mise à jour : lundi 16 décembre 2013 14:03 | Par l’Equipe

Pérec, la transmission en héritage

Présente à La Plagne pour la 12e édition des Etoiles du Sport, Marie-José Pérec évoque son rôle à la tête de la Ligue de Guadeloupe, ses envies et sa plus belle réussite. Et on ne parle pas d'athlétis...


Pérec, la transmission en héritage

Pérec, la transmission en héritage

Marie-José Pérec n'a pas changé. Quand elle vient à votre rencontre, c'est presque sur la pointe des pieds. Réservée, l'icône de l'athlétisme français parle doucement mais ne vous quitte jamais des yeux. Des yeux qui s'illuminent lorsqu'elle évoque son fils, Nolan (qui a eu 3 ans en mars). «Mon petit garçon, c'est la plus belle chose que j'ai réalisée dans ma vie. C'est une joie immense, il est juste extraordinaire». Une maman triple championne olympique, ce n'est pas banal. «Il n'aime pas me partager (rires) ! Il dit : "ah non, non, pas de photo ! Ma maman, elle fait pas de photos"».  

Bon gré, mal gré, il le fait pourtant. Et pour cause... Ambassadrice de la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) aux Antilles, elle fait en sorte que «les Guadeloupéens et les Martiniquais échangent beaucoup plus avec les gens de la Caraïbe, que les plus jeunes puissent commencer la compétition très tôt à l'extérieur. C'est le cas de Wilhem Belocian, champion d'Europe juniors du 110m haies, parrainé sur les Etoiles du Sport par Mélina Robert-Michon. J'ai aussi eu envie d'en faire un petit peu plus, donc je me suis présentée aux élections de la Ligue de Guadeloupe. J'en suis aujourd'hui présidente».Une mission qui n'est pas aisée. «Ça fait un an. On a un très bon bilan mais on veut faire bouger les choses et ce n'est pas toujours vu d'un bon oeil par les personnes déjà en place. On se bat et j'aime ça. Mais c'est encore plus dur quand on revient chez soi je pense», estime la native de Basse-Terre. Jamais très loin de son glorieux passé, celle qui a été élue au Hall of Fame - le panthéon de son sport - et a couru le marathon de New York pour l'association "Peace and Sport", reconnaît avoir pris du recul. «Quand on est dans le tourbillon d'une carrière, on ne se rend pas compte de ce qu'on réalise. On traverse les moments sans vraiment les vivre. Maintenant, les choses prennent une autre place. Et je suis très honorée de toutes ces attentions». Marie-José Pérec a un peu changé. Mais certaines choses ne changent pas. En vous quittant, elle vous remercie en vous regardant dans les yeux.  

Dernières actualités

  • 30/08/2014 11:26 - l’Equipe

    L'équipe de France lance sa Coupe du monde samedi (18h00) à Grenade face au Brésil. Diminuée par les absences, pas épargnée par les coups durs et le tirage au sort, elle peut quand même gagner la Coup...

  • 30/08/2014 13:59 - l’Equipe

    Teddy Riner poursuit sa démonstration aux championnats du monde de judo. Le champion du monde en titre est facilement venu à bout de son adversaire en demi-finale de la catégorie des + 100 kg. Face au...

  • 30/08/2014 07:30 - l’Equipe

    Après deux défaites alarmantes, Monaco a connu son premier succès à Nantes, dimanche dernier (1-0), et doit confirmer contre Lille samedi (17h00). Leonardo Jardim devrait notamment reconduire le duo R...

  • 29/08/2014 23:59 - l’Equipe

    André-Pierre Gignac n'a pas marqué contre Nice (4-0) mais il apprécie la belle prestation collective de son équipe qui assimile la méthode Bielsa. L'OM, selon lui, a lancé sa saison.

  • 30/08/2014 08:30 - l’Equipe

    Contre Toulouse (samedi, 14h45), le Stade Rochelais, après deux défaites, espère bien vivre la première victoire de sa saison. Dans un stade Marcel-Deflandre un peu plus embelli.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Pérec, la transmission en héritagePrésente à La Plagne pour la 12e édition des Etoiles du Sport, Marie-José Pérec évoque son rôle à la tête de la Ligue de Guadeloupe, ses envies et sa plus belle réussite. Et on ne parle pas d'athlétis...l’Equipe2013-12-16T11:38:002013-12-16T12:03:00Pérec, la transmission en héritageMarie-José Pérec n'a pas changé. Quand elle vient à votre rencontre, c'est presque sur la pointe des pieds. Réservée, l'icône de l'athlétisme français parle doucement mais ne vous quitte jamais des yeux. Des yeux qui s'illuminent lorsqu'elle évoque son fils, Nolan (qui a eu 3 ans en mars). «Mon petit garçon, c'est la plus belle chose que j'ai réalisée dans ma vie. C'est une joie immense, il est juste extraordinaire». Une maman triple championne olympique, ce n'est pas banal. «Il n'aime pas me partager (rires) ! Il dit : "ah non, non, pas de photo ! Ma maman, elle fait pas de photos"».  Bon gré, mal gré, il le fait pourtant. Et pour cause... Ambassadrice de la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) aux Antilles, elle fait en sorte que «les Guadeloupéens et les Martiniquais échangent beaucoup plus avec les gens de la Caraïbe, que les plus jeunes puissent commencer la compétition très tôt à l'extérieur. C'est le cas de Wilhem Belocian, champion d'Europe juniors du 110m haies, parrainé sur les Etoiles du Sport par Mélina Robert-Michon. J'ai aussi eu envie d'en faire un petit peu plus, donc je me suis présentée aux élections de la Ligue de Guadeloupe. J'en suis aujourd'hui présidente».Une mission qui n'est pas aisée. «Ça fait un an. On a un très bon bilan mais on veut faire bouger les choses et ce n'est pas toujours vu d'un bon oeil par les personnes déjà en place. On se bat et j'aime ça. Mais c'est encore plus dur quand on revient chez soi je pense», estime la native de Basse-Terre. Jamais très loin de son glorieux passé, celle qui a été élue au Hall of Fame - le panthéon de son sport - et a couru le marathon de New York pour l'association "Peace and Sport", reconnaît avoir pris du recul. «Quand on est dans le tourbillon d'une carrière, on ne se rend pas compte de ce qu'on réalise. On traverse les moments sans vraiment les vivre. Maintenant, les choses prennent une autre place. Et je suis très honorée de toutes ces attentions». Marie-José Pérec a un peu changé. Mais certaines choses ne changent pas. En vous quittant, elle vous remercie en vous regardant dans les yeux.  Pérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritagePérec, la transmission en héritage