Mise à jour : lundi 29 octobre 2012 18:43 | Par l’équipe, l’équipe

Murray a les crocs



Andy Murray avait la mine des bons jours lundi lors de son point presse d'avant tournoi. L'Ecossais ne se cache pas : il veut finir très fort cette saison 2012. Cela commence par Paris.«Andy Murray, vous étiez forfait à Bâle suite à des douleurs au dos : comment vous sentez-vous au moment d'aborder ce Masters 1000 ?Je me sens assez bien, j'ai eu une bonne semaine de repos après la finale à Shanghai et j'en avait vraiment besoin. J'ai remis de l'intensité progressivement à l'entraînement, je suis arrivé à Paris vendredi et j'ai effectué des séances d'entraînement assez convenables. Je pense que j'ai eu une bonne préparation pour ce tournoi.Avec le Masters, à Londres, la semaine prochaine, vous sentez-vous libre de jouer à fond ici ou devez-vous aussi penser à gérer vos forces ?Je crois que ça n'aurait pas beaucoup de sens de venir ici tout en voulant préserver mon énergie. Je me sens plus frais ici cette année que celles d'avant en arrivant ici. Là j'ai eu le temps de me reposer avant. Donc je vais vraiment essayer de jouer à mon meilleur niveau cette semaine et ensuite on verra bien comment ça va se passer à Londres. Mais vous savez après ce qui m'est arrivé à Londres la saison passée (ndlr : blessé, il avait dû abandonner pendant le Masters),le fait de ne pas avoir pu finir la compétition comme j'aurais voulu, c'est aussi un tournoi très important pour moi cette année. Je veux être certain d'être physiquement à 110% pour ce tournoi cette année.Les organisateurs ont dit s'être alignés cette année sur la surface de Londres justement. Quelles ont été vos sensations lors de vos entraînements ?Oui, mais maintenant il faudra voir comment est vraiment la surface à Londres cette saison car d'une année sur l'autre il y a parfois des changements. Dans tous les cas, sur les courts où je me suis entraîné j'ai trouvé la surface très lente. A Londres aussi c'est assez lent ces dernières années. Mais ici je ne me suis entraîné qu'une ou deux fois sur le central, sinon j'étais sur les courts annexes. J'ai tapé la balle pendant 1h ou 1h30 sur le central seulement mais j'ai quand même eu l'impression que c'était assez lent.Pensez-vous qu'il aurait tout de même fallu éviter de placer le Masters juste après Bercy ?Je ne sais pas... Ce n'est évidemment pas une situation idéale par certains aspects. Et cela posera encore plus de problèmes quand le Masters quittera Londres pour partir sur un autre continent. Les joueurs qui sont entre la 7e et la 9e place ne pourront pas savoir s'ils vont se qualifier ou pas : on ne va pas aller jusqu'à un autre continent sans savoir, attendre jusqu'au dimanche et là devoir jouer le mardi. Je pense que là la situation sera bien plus grave que maintenant. Et là ça va changer la façon dont les gars font leurs programmes. Il y a des tournois qui vont être affectés mais quand on veut raccourcir le calendrier on sait d'avance que tout ne sera pas parfait.»

Dernières actualités

  • 18/04/2014 20:14 - l’Equipe

    Secoué par l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, le Serbe Novak Djokovic (n°2) s'est réveillé à temps (4-6, 6-3, 6-1) et retrouvera Federer en demi-finale, samedi.

  • 18/04/2014 20:21 - l’Equipe

    Jo-Wilfried Tsonga a «de moins en moins» réussi à gêner Roger Federer, vendredi, lors de leur quart de finale à Monte-Carlo. «Il a accéléré quand moi j'étais un peu en train de descendre», dit le Fran...

  • 18/04/2014 15:41 - l’Equipe

    Pour ses grands débuts en tant que directeur de la gestion sportive de Ferrari, vendredi à Shanghai, Marco Mattiacci a observé depuis les stands et échangé avec Kimi Räikkönen. Pendant ce temps-là, Fe...

  • 18/04/2014 17:45 - l’Equipe

    Avec trois duels entre équipes à au moins 60% de victoires en saison régulière et deux derbies, un californien et un texan, le premier tour promet beaucoup dans la conférence Ouest.

  • 18/04/2014 17:40 - l’Equipe

    A l'Est, tout le monde attendait la finale de conférence entre Indiana et Miami. Mais avec la baisse de régime des Pacers, la situation n'est plus aussi claire. Le premier tour des play-offs devrait p...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Murray a les crocsl’équipel’équipe2012-10-29T16:35:002012-10-29T16:43:00Andy Murray avait la mine des bons jours lundi lors de son point presse d'avant tournoi. L'Ecossais ne se cache pas : il veut finir très fort cette saison 2012. Cela commence par Paris.«Andy Murray, vous étiez forfait à Bâle suite à des douleurs au dos : comment vous sentez-vous au moment d'aborder ce Masters 1000 ?Je me sens assez bien, j'ai eu une bonne semaine de repos après la finale à Shanghai et j'en avait vraiment besoin. J'ai remis de l'intensité progressivement à l'entraînement, je suis arrivé à Paris vendredi et j'ai effectué des séances d'entraînement assez convenables. Je pense que j'ai eu une bonne préparation pour ce tournoi.Avec le Masters, à Londres, la semaine prochaine, vous sentez-vous libre de jouer à fond ici ou devez-vous aussi penser à gérer vos forces ?Je crois que ça n'aurait pas beaucoup de sens de venir ici tout en voulant préserver mon énergie. Je me sens plus frais ici cette année que celles d'avant en arrivant ici. Là j'ai eu le temps de me reposer avant. Donc je vais vraiment essayer de jouer à mon meilleur niveau cette semaine et ensuite on verra bien comment ça va se passer à Londres. Mais vous savez après ce qui m'est arrivé à Londres la saison passée (ndlr : blessé, il avait dû abandonner pendant le Masters),le fait de ne pas avoir pu finir la compétition comme j'aurais voulu, c'est aussi un tournoi très important pour moi cette année. Je veux être certain d'être physiquement à 110% pour ce tournoi cette année.Les organisateurs ont dit s'être alignés cette année sur la surface de Londres justement. Quelles ont été vos sensations lors de vos entraînements ?Oui, mais maintenant il faudra voir comment est vraiment la surface à Londres cette saison car d'une année sur l'autre il y a parfois des changements. Dans tous les cas, sur les courts où je me suis entraîné j'ai trouvé la surface très lente. A Londres aussi c'est assez lent ces dernières années. Mais ici je ne me suis entraîné qu'une ou deux fois sur le central, sinon j'étais sur les courts annexes. J'ai tapé la balle pendant 1h ou 1h30 sur le central seulement mais j'ai quand même eu l'impression que c'était assez lent.Pensez-vous qu'il aurait tout de même fallu éviter de placer le Masters juste après Bercy ?Je ne sais pas... Ce n'est évidemment pas une situation idéale par certains aspects. Et cela posera encore plus de problèmes quand le Masters quittera Londres pour partir sur un autre continent. Les joueurs qui sont entre la 7e et la 9e place ne pourront pas savoir s'ils vont se qualifier ou pas : on ne va pas aller jusqu'à un autre continent sans savoir, attendre jusqu'au dimanche et là devoir jouer le mardi. Je pense que là la situation sera bien plus grave que maintenant. Et là ça va changer la façon dont les gars font leurs programmes. Il y a des tournois qui vont être affectés mais quand on veut raccourcir le calendrier on sait d'avance que tout ne sera pas parfait.»