Mise à jour : samedi 3 novembre 2012 11:13 | Par l’Équipe

Marvin Martin, le vrai départ ?

Décevant depuis le début de saison puis blessé trois semaines, Marvin Martin a repris du poil de la bête contre Valenciennes. Mais tout le monde au LOSC en attend beaucoup plus, à commencer contre Evian TG samedi (20h00).


Marvin Martin, le vrai départ ?

Marvin Martin, le vrai départ ?

En l'espace de quelques mois, Marvin Martin a reculé de quelques cases. En juin dernier, il était un des plus jeunes représentants de l'équipe de France à l'Euro et allait devenir le plus gros transfert de l'histoire du LOSC. Pour 12 millions d'euros, bonus compris, le club nordiste s'offrait un des plus grands espoirs du football français, meilleur passeur de la saison 2010-2011 (17 passes) avec Sochaux. Et comptait sur son talent pour remplacer, au moins en partie, Eden Hazard. Cinq mois plus tard, on est bien loin du compte. Depuis le début de saison, Martin n'a effectué qu'une seule passe décisive en sept rencontres de Ligue 1. Surtout, son influence sur le jeu lillois a souvent été insuffisante, voire inexistante.

Il faut dire que le garçon a dû s'adapter aux différents changements tactiques imposés par Rudi Garcia, qui l'ont vu passer de meneur de jeu à ailier droit, avant de s'installer en relayeur au sein du traditionnel milieu à trois du LOSC. Et qu'une blessure aux adducteurs a sans doute retardé son intégration dans le système lillois. «Il faut du temps pour les grands joueurs, ne cesse de répéter pour le défendre Rudi Garcia. On a vu l'exemple de Gignac avec Marseille. Il faut savoir être patient avec ce genre de joueurs». Mais cela n'explique pas tout. Dans la plupart des matches qu'il a disputés cette saison, Martin est apparu en retrait, timide. Loin du meneur de jeu influent des années sochaliennes, on a même parfois eu l'impression qu'il se cachait sur la pelouse, se contentant le plus souvent de jouer vers l'arrière : «Il faut qu'il prenne plus de responsabilités, avait confié Rudi Garcia il y a quelques semaines. Il va le faire mais pour l'instant, je le trouve presque trop altruiste. J'ai envie qu'il tente plus, quitte à ce qu'il y ait plus de déchets dans son jeu».

Revenu de blessure, Martin a tenté de répondre aux demandes de son entraîneur. Après un retour catastrophique à Bordeaux, il a refait surface contre Valenciennes avant de réaliser une entrée intéressante en coupe de la Ligue contre Toulouse. Il lui faut maintenant être là où on l'attend : à la construction et à la dernière passe. Et justifier l'investissement du club... - S.N., à Lille

Dernières actualités

  • 24/04/2014 23:19 - l’Equipe

    Benfica a pris le meilleur sur la Juventus ce jeudi en demi-finale aller de la Ligue Europa (2-1). Les Italiens tenteront de renverser la vapeur dans une semaine au retour pour rejoindre la finale, qu...

  • 24/04/2014 23:24 - l’Equipe

    Maître de son sujet de bout en bout, Séville a logiquement pris le dessus face à Valence (2-0), timide et pas assez incisif. Avec cette avance, les Andalous peuvent aborder la rencontre retour à Mesta...

  • 24/04/2014 20:49 - l’Equipe

    Au lendemain de son match inquiétant contre Albert Ramos, Rafael Nadal s'est montré plus convaincant ce jeudi face à Ivan Dodig (6-3, 6-3) en huitième de finale à Barcelone.

  • 24/04/2014 22:57 - l’Equipe

    Une semaine après sa défaite contre Dunkerque, Montpellier s'est remis en selle pour la course à la Ligue des champions en allant enlever le derby à Nîmes (27-23). Nantes a également gagné.

  • 24/04/2014 21:30 - l’Equipe

    Pour sa rentrée, l'Américain Michael Phelps a réussi ce jeudi le meilleur temps des séries sur 100m papillon en 52''84.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Marvin Martin, le vrai départ ?Décevant depuis le début de saison puis blessé trois semaines, Marvin Martin a repris du poil de la bête contre Valenciennes. Mais tout le monde au LOSC en attend beaucoup plus, à commencer contre Evian TG samedi (20h00).l’Équipe2012-11-03T08:45:002012-11-03T09:13:00Marvin Martin, le vrai départ ?En l'espace de quelques mois, Marvin Martin a reculé de quelques cases. En juin dernier, il était un des plus jeunes représentants de l'équipe de France à l'Euro et allait devenir le plus gros transfert de l'histoire du LOSC. Pour 12 millions d'euros, bonus compris, le club nordiste s'offrait un des plus grands espoirs du football français, meilleur passeur de la saison 2010-2011 (17 passes) avec Sochaux. Et comptait sur son talent pour remplacer, au moins en partie, Eden Hazard. Cinq mois plus tard, on est bien loin du compte. Depuis le début de saison, Martin n'a effectué qu'une seule passe décisive en sept rencontres de Ligue 1. Surtout, son influence sur le jeu lillois a souvent été insuffisante, voire inexistante.Il faut dire que le garçon a dû s'adapter aux différents changements tactiques imposés par Rudi Garcia, qui l'ont vu passer de meneur de jeu à ailier droit, avant de s'installer en relayeur au sein du traditionnel milieu à trois du LOSC. Et qu'une blessure aux adducteurs a sans doute retardé son intégration dans le système lillois. «Il faut du temps pour les grands joueurs, ne cesse de répéter pour le défendre Rudi Garcia. On a vu l'exemple de Gignac avec Marseille. Il faut savoir être patient avec ce genre de joueurs». Mais cela n'explique pas tout. Dans la plupart des matches qu'il a disputés cette saison, Martin est apparu en retrait, timide. Loin du meneur de jeu influent des années sochaliennes, on a même parfois eu l'impression qu'il se cachait sur la pelouse, se contentant le plus souvent de jouer vers l'arrière : «Il faut qu'il prenne plus de responsabilités, avait confié Rudi Garcia il y a quelques semaines. Il va le faire mais pour l'instant, je le trouve presque trop altruiste. J'ai envie qu'il tente plus, quitte à ce qu'il y ait plus de déchets dans son jeu».Revenu de blessure, Martin a tenté de répondre aux demandes de son entraîneur. Après un retour catastrophique à Bordeaux, il a refait surface contre Valenciennes avant de réaliser une entrée intéressante en coupe de la Ligue contre Toulouse. Il lui faut maintenant être là où on l'attend : à la construction et à la dernière passe. Et justifier l'investissement du club... - S.N., à LilleMarvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?Marvin Martin, le vrai départ ?