Mise à jour : samedi 27 octobre 2012 15:39 | Par l’équipe, l’équipe

LOSC-VA : C'est qui le patron ?

Entre le leader du football nordiste en plein doute (Lille) et son modeste voisin en pleine bourre (Valenciennes), c'est un derby excitant et plein d'enjeux qui se jouera ce samedi (17h00), pour la première fois, au Grand Stade de Lille.


LOSC-VA : C'est qui le patron ?

LOSC-VA : C'est qui le patron ?

C'est une petite phrase qui aurait pu passer inaperçue. Elle est l'oeuvre du président du LOSC Michel Seydoux, dans un dossier paru dans l'Express la semaine dernière : « La logique économique voudrait que Valenciennes soit une filiale du LOSC ». Un petit coup de canif dans les relations de voisinage entre deux clubs qui ont l'habitude des échanges tendus entre leurs dirigeants. On se souvient d'un accrochage mythique entre Francis Decourrière, président du VAFC à l'époque et Frédéric Paquet, le DG du club. On sait aussi que l'échec des négociations cet été pour le transfert de Nicolas Isimat-Mirin avait été mal vécu par les Lillois. Cette fois, c'est le président valenciennois Jean-Raymond Legrand qui s'est dit « vexé » par les propos de son homologue.

Si du côté des joueurs, on est resté plus discret, on n'a pas non plus apprécié. Les Valenciennois aimeraient bien répondre sur le terrain et enfoncer le grand frère lillois, pas au mieux actuellement. Tout en se gardant de déclarations fracassantes : « Clairement, on ne peut pas considérer que nous sommes favoris, souffle ainsi Daniel Sanchez, l'entraîneur valenciennois. Nous sommes certes devant au classement mais ils ont une expérience, des moyens et un potentiel plus important ». Depuis le début de saison pourtant, c'est bien Valenciennes qui fait la plus forte impression. Les Nordistes possèdent ainsi la meilleure attaque après avoir notamment fait exploser Marseille (4-1) et Lorient (6-1) lors de leurs deux derniers matches à domicile : « On se sent en confiance, c'est une évidence, souffle Gregory Pujol, de retour de blessure. Il n'y a pas de raison qu'on ne confirme pas si on garde les mêmes ingrédients.»

De leur côté, les Lillois sont bien obligés de faire un peu profil bas. Battu mardi par le Bayern (1-0) et quasiment éliminés de la Ligue des champions, ils s'accrochent à leurs deux matches sans défaite en Ligue 1 (Ajaccio et Bordeaux) et espèrent retrouver un peu d'allant dans le jeu : « On n'est pas encore décroché, souffle Franck Béria. Mais c'est certain qu'on n'est pas au mieux. L'équipe a beaucoup changé, il nous faut du temps. Aujourd'hui, on peut considérer que Valenciennes est devant mais ce n'est pas mon avis. » Souvent placés à des moments charnières de la saison, les Lille - Valenciennes ont plus souvent réussi aux hommes de Rudi Garcia. L'année dernière, ils l'avaient d'ailleurs emporté 4-0. En patron. - S.N. (à Lille et Valenciennes)

Dernières actualités

  • 22/07/2014 18:37 - l’Equipe

    Lâché par ses rivaux dans le Port de Balès, Romain Bardet a glissé du podium vers la 5e place au général. «Je vais avoir plus de liberté », annonce-t-il en perspective des deux autres étapes pyrénéenn...

  • 22/07/2014 19:34 - l’Equipe

    La médaille d'or française au fleuret hommes par équipes marque le retour d'une arme bien chahutée depuis plusieurs saisons. Elle s'est doublée du bronze chez les filles.

  • 22/07/2014 19:15 - l’Equipe

    En s'engageant mardi avec le Real Madrid pour six ans et au moins 80 millions d'euros, James Rodriguez a dépoussiéré les classements des transferts les plus chers de l'histoire. Tour d'horizon de la «...

  • 22/07/2014 17:36 - l’Equipe

    Quelques heures après avoir laissé entendre, au micro de RTL, qu'il ne serait plus président de Montpellier à la fin de la saison, Louis Nicollin a tenu à revenir sur ses propos. «J'ai lancé une bouta...

  • 22/07/2014 16:15 - l’Equipe

    La Fédération brésilienne a confirmé ce mardi, lors d'une conférence de presse, le retour de Dunga comme sélectionneur du Brésil. Quatre ans après son départ, il succède à Luiz Felipe Scolari, démis d...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

LOSC-VA : C'est qui le patron ?Entre le leader du football nordiste en plein doute (Lille) et son modeste voisin en pleine bourre (Valenciennes), c'est un derby excitant et plein d'enjeux qui se jouera ce samedi (17h00), pour la première fois, au Grand Stade de Lille.l’équipel’équipe2012-10-27T07:45:002012-10-27T13:39:00LOSC-VA : C'est qui le patron ?C'est une petite phrase qui aurait pu passer inaperçue. Elle est l'oeuvre du président du LOSC Michel Seydoux, dans un dossier paru dans l'Express la semaine dernière : « La logique économique voudrait que Valenciennes soit une filiale du LOSC ». Un petit coup de canif dans les relations de voisinage entre deux clubs qui ont l'habitude des échanges tendus entre leurs dirigeants. On se souvient d'un accrochage mythique entre Francis Decourrière, président du VAFC à l'époque et Frédéric Paquet, le DG du club. On sait aussi que l'échec des négociations cet été pour le transfert de Nicolas Isimat-Mirin avait été mal vécu par les Lillois. Cette fois, c'est le président valenciennois Jean-Raymond Legrand qui s'est dit « vexé » par les propos de son homologue.Si du côté des joueurs, on est resté plus discret, on n'a pas non plus apprécié. Les Valenciennois aimeraient bien répondre sur le terrain et enfoncer le grand frère lillois, pas au mieux actuellement. Tout en se gardant de déclarations fracassantes : « Clairement, on ne peut pas considérer que nous sommes favoris, souffle ainsi Daniel Sanchez, l'entraîneur valenciennois. Nous sommes certes devant au classement mais ils ont une expérience, des moyens et un potentiel plus important ». Depuis le début de saison pourtant, c'est bien Valenciennes qui fait la plus forte impression. Les Nordistes possèdent ainsi la meilleure attaque après avoir notamment fait exploser Marseille (4-1) et Lorient (6-1) lors de leurs deux derniers matches à domicile : « On se sent en confiance, c'est une évidence, souffle Gregory Pujol, de retour de blessure. Il n'y a pas de raison qu'on ne confirme pas si on garde les mêmes ingrédients.»De leur côté, les Lillois sont bien obligés de faire un peu profil bas. Battu mardi par le Bayern (1-0) et quasiment éliminés de la Ligue des champions, ils s'accrochent à leurs deux matches sans défaite en Ligue 1 (Ajaccio et Bordeaux) et espèrent retrouver un peu d'allant dans le jeu : « On n'est pas encore décroché, souffle Franck Béria. Mais c'est certain qu'on n'est pas au mieux. L'équipe a beaucoup changé, il nous faut du temps. Aujourd'hui, on peut considérer que Valenciennes est devant mais ce n'est pas mon avis. » Souvent placés à des moments charnières de la saison, les Lille - Valenciennes ont plus souvent réussi aux hommes de Rudi Garcia. L'année dernière, ils l'avaient d'ailleurs emporté 4-0. En patron. - S.N. (à Lille et Valenciennes)LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?LOSC-VA : C'est qui le patron ?