Mise à jour : samedi 3 novembre 2012 10:20 | Par l’Équipe

Jarolim «voulait jouer en France»

Le Tchèque David Jarolim est arrivé en France à la fin du mercato sans faire de bruit, après quinze années passées en Allemagne. Evian-Thonon-Gaillard, qui accueille Lille samedi (20 heures), semble y trouver son compte.


Jarolim «voulait jouer en France»

Jarolim «voulait jouer en France»

Son adolescence est aujourd'hui bien loin, et il assure que son long séjour en Allemagne a altéré sa maîtrise du français. On n'est pas obligé de le croire. «Pourtant, j'ai appris votre langue quand j'étais ado, alors que mon père jouait en France (Karel Jarolim a évolué à Rouen de 1987 à 1990, puis la saison suivante à Amiens, ndlr). Et quand j'étais en Allemagne, je n'avais guère l'occasion de la pratiquer.  J'espère que vous arriverez à me comprendre», prévient David Jarolim. «Depuis que je suis arrivé, j'ai fait des progrès. Mais le fait de parler français a facilité les choses, et notamment mon intégration dans ma nouvelle équipe.»

L'international tchèque (29 sélections entre 2005 et 2009) n'a pas choisi la France et Evian-Thonon-Gaillard par défaut, alors qu'il venait de tourner le dos à quinze ans de carrière allemande au Bayern Munich (1997-2000), à Nuremberg (2000-2003) et surtout à Hambourg (2003-2012). «Je voulais vraiment jouer en France, pour des raisons sportives et aussi familiales. Je souhaitais que ma petite fille apprenne le français.» A Hambourg, où il a porté le brassard de capitaine pendant quatre ans (2008 à 2012), disputant régulièrement la Coupe d'Europe, Jarolim a évolué dans un monde assez éloigné de son nouvel environnement. «C'est sûr que là-bas, il y avait plus de journalistes aux entraînements qu'à Evian-Thonon-Gaillard, et que les stades allemands sont plus remplis qu'en France. Mais cela ne sert à rien de comparer Hambourg à ETG, qui est un club modeste, mais qui a des ambitions.»

Son statut l'a naturellement propulsé dans le cercle des joueurs d'influence, sur lequel Pascal Dupraz a choisi de s'appuyer. «Il a de l'expérience, il est très pro dans son attitude, et il peut nous apporter beaucoup grâce à sa mobilité et son agressivité», détaille l'entraîneur. Titularisé quatre fois depuis la signature de son contrat d'un an, Jarolim réclame encore un peu de temps. «Physiquement, je ne suis pas à mon meilleur niveau. Je suis resté quatre mois sans jouer. Mais je sens que cela va de mieux en mieux. C'est comme pour reparler français correctement. Je m'améliore...»

Dernières actualités

  • 20/08/2014 22:55 - l’Equipe

    Etouffé par le FC Porto, Lille s'est logiquement incliné mercredi soir au stade Pierre-Mauroy lors du barrage aller de la Ligue des champions (0-1). La qualification des Nordistes, qui se déplaceront ...

  • 20/08/2014 21:24 - l’Equipe

    Les traits tirés, Yannick Agnel a raconté sa joie de monter sur le podium du 200m des Championnats d'Europe (3e). Et promis de discuter avec son entraîneur Bob Bowman pour ne pas connaître les mêmes d...

  • 20/08/2014 19:48 - l’Equipe

    Jérémy Stravius s'est difficilement qualifié pour la finale du 50m dos des Championnats d'Europe, à cause d'un départ mal négocié, mercredi à Berlin.

  • 20/08/2014 17:33 - l’Equipe

    Le vice-président de Monaco était mercredi matin à l'entraînement, où il avait convié les médias. Après deux défaites d'affilée et une 19e place en L1, Vasilyev a assuré qu'il n'était pas question de ...

  • 20/08/2014 22:55 - l’Equipe

    Dernier Français en lice après l'élimination un peu plus tôt d'Édouard Roger-Vasselin, Nicolas Mahut a à son tour été sorti du tournoi de Winston-Salem ce mercredi. Le 104e joueur mondial s'est inclin...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Jarolim «voulait jouer en France»Le Tchèque David Jarolim est arrivé en France à la fin du mercato sans faire de bruit, après quinze années passées en Allemagne. Evian-Thonon-Gaillard, qui accueille Lille samedi (20 heures), semble y trouver son compte.l’Équipe2012-11-03T08:15:002012-11-03T08:20:00Jarolim «voulait jouer en France»Son adolescence est aujourd'hui bien loin, et il assure que son long séjour en Allemagne a altéré sa maîtrise du français. On n'est pas obligé de le croire. «Pourtant, j'ai appris votre langue quand j'étais ado, alors que mon père jouait en France (Karel Jarolim a évolué à Rouen de 1987 à 1990, puis la saison suivante à Amiens, ndlr). Et quand j'étais en Allemagne, je n'avais guère l'occasion de la pratiquer.  J'espère que vous arriverez à me comprendre», prévient David Jarolim. «Depuis que je suis arrivé, j'ai fait des progrès. Mais le fait de parler français a facilité les choses, et notamment mon intégration dans ma nouvelle équipe.»L'international tchèque (29 sélections entre 2005 et 2009) n'a pas choisi la France et Evian-Thonon-Gaillard par défaut, alors qu'il venait de tourner le dos à quinze ans de carrière allemande au Bayern Munich (1997-2000), à Nuremberg (2000-2003) et surtout à Hambourg (2003-2012). «Je voulais vraiment jouer en France, pour des raisons sportives et aussi familiales. Je souhaitais que ma petite fille apprenne le français.» A Hambourg, où il a porté le brassard de capitaine pendant quatre ans (2008 à 2012), disputant régulièrement la Coupe d'Europe, Jarolim a évolué dans un monde assez éloigné de son nouvel environnement. «C'est sûr que là-bas, il y avait plus de journalistes aux entraînements qu'à Evian-Thonon-Gaillard, et que les stades allemands sont plus remplis qu'en France. Mais cela ne sert à rien de comparer Hambourg à ETG, qui est un club modeste, mais qui a des ambitions.»Son statut l'a naturellement propulsé dans le cercle des joueurs d'influence, sur lequel Pascal Dupraz a choisi de s'appuyer. «Il a de l'expérience, il est très pro dans son attitude, et il peut nous apporter beaucoup grâce à sa mobilité et son agressivité», détaille l'entraîneur. Titularisé quatre fois depuis la signature de son contrat d'un an, Jarolim réclame encore un peu de temps. «Physiquement, je ne suis pas à mon meilleur niveau. Je suis resté quatre mois sans jouer. Mais je sens que cela va de mieux en mieux. C'est comme pour reparler français correctement. Je m'améliore...»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»Jarolim «voulait jouer en France»