Le Parisien (© Copyright ©2013 Le Parisien tous droits réservés.)
Mise à jour : jeudi 17 octobre 2013 05:23 | Par Le Parisien

Hippisme - Pas d’argent, mais des émotions



Hippisme - Pas d’argent, mais des émotions

Laurent Dyga.

Propriétaire d’un cheval de course ? Impossible, se disent beaucoup de turfistes. S’il faut déclarer 75 000€ de revenus annuels pour avoir ses couleurs au galop à Paris, contre 15 000€ pour être associé sur un galopeur en province, les initiatives se multiplient pour permettre au plus grand nombre d’avoir son cheval. Aujourd’hui, un site pour être propriétaire virtuel. Pas d’argent à investir dans un cheval? Pas de problème, il est possible de vivre gratuitement la vie d’un propriétaire par le biais du site Adopteuncheval.com. Dirigeant d’une agence photo spécialisée dans les courses hippiques, Laurent Dyga présente le concept du site lancé depuis deux semaines. « L’objectif est de créer une communauté de gens qui connaissent ou non ce sport et de leur faire comprendre un système qui paraît réservé aux initiés. Chaque personne peut devenir, sans rien payer, propriétaire virtuel d’un champion, comme l’ont fait de nombreux adeptes avec TREVE, mais aussi de tout cheval référencé auprès des sociétés de courses. » Pour les novices existe également la possibilité de choisir sa recrue selon sa discipline, sa robe ou son sexe.

Ensuite, les « propriétaires » suivent la carrière de leur chouchou : « Toutes les informations (engagements, partant, résultats) concernant un cheval sont transmises à sa famille d’accueil, qui suit de près son actualité. Des photos, voire des vidéos, sont également envoyées, explique Laurent Dyga. Chaque propriétaire est par ailleurs destinataire des articles de presse relatifs à son cheval. Ainsi, les fans de TIMOKO ont reçu le lien Internet pour visionner sa récente victoire à Beaumont-de-Lomagne. Prochainement, les internautes disposeront des nouvelles de leur cheval par le biais de son entraîneur. »

Devant les débuts encourageants de son site, Laurent Dyga fourmille d’idées. « Un partenariat devrait être acté avec l’entraîneur de galopeurs Richard Chotard. Il donnera, chaque semaine, des nouvelles de ses pensionnaires, qui vont tous intégrer l’effectif virtuel. Les membres du site partageront ainsi la vie d’une écurie. D’autres professionnels pourraient intégrer l’équipe. »

Dernières actualités

  • 21/08/2014 10:09 - l’Equipe

    Fabien Gilot et Florent Manaudou se sont qualifiés pour les demi-finales du 100m sans gaspiller d'énergie, grâce aux consignes d'équipes. La rivalité entre Russes a été fatale à Morozov et Grechin.

  • 21/08/2014 02:10 - l’Equipe

    Battu à domicile par Porto ce mercredi soir en barrage aller de la Ligue des Champions (0-1), le LOSC a aligné un cinquième match d'affilée sans victoire au stade Pierre-Mauroy en Coupe d'Europe. Flor...

  • 20/08/2014 21:24 - l’Equipe

    Les traits tirés, Yannick Agnel a raconté sa joie de monter sur le podium du 200m des Championnats d'Europe (3e). Et promis de discuter avec son entraîneur Bob Bowman pour ne pas connaître les mêmes d...

  • 20/08/2014 19:48 - l’Equipe

    Jérémy Stravius s'est difficilement qualifié pour la finale du 50m dos des Championnats d'Europe, à cause d'un départ mal négocié, mercredi à Berlin.

  • 21/08/2014 08:53 - l’Equipe

    Comme prévu, les Etats-Unis ont écrasé la République Dominicaine (105-62), mercredi au Madison Square Garden, dans leur deuxième match de préparation à la Coupe du monde.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Hippisme - Pas d’argent, mais des émotionsLe ParisienLe Parisien(©Copyright ©2013 Le Parisien tous droits réservés.)2013-10-17T05:00:002013-10-17T03:23:10© Le ParisienLaurent Dyga.Propriétaire d’un cheval de course ? Impossible, se disent beaucoup de turfistes. S’il faut déclarer 75 000€ de revenus annuels pour avoir ses couleurs au galop à Paris, contre 15 000€ pour être associé sur un galopeur en province, les initiatives se multiplient pour permettre au plus grand nombre d’avoir son cheval. Aujourd’hui, un site pour être propriétaire virtuel. Pas d’argent à investir dans un cheval? Pas de problème, il est possible de vivre gratuitement la vie d’un propriétaire par le biais du site Adopteuncheval.com. Dirigeant d’une agence photo spécialisée dans les courses hippiques, Laurent Dyga présente le concept du site lancé depuis deux semaines. « L’objectif est de créer une communauté de gens qui connaissent ou non ce sport et de leur faire comprendre un système qui paraît réservé aux initiés. Chaque personne peut devenir, sans rien payer, propriétaire virtuel d’un champion, comme l’ont fait de nombreux adeptes avec TREVE, mais aussi de tout cheval référencé auprès des sociétés de courses. » Pour les novices existe également la possibilité de choisir sa recrue selon sa discipline, sa robe ou son sexe.Ensuite, les « propriétaires » suivent la carrière de leur chouchou : « Toutes les informations (engagements, partant, résultats) concernant un cheval sont transmises à sa famille d’accueil, qui suit de près son actualité. Des photos, voire des vidéos, sont également envoyées, explique Laurent Dyga. Chaque propriétaire est par ailleurs destinataire des articles de presse relatifs à son cheval. Ainsi, les fans de TIMOKO ont reçu le lien Internet pour visionner sa récente victoire à Beaumont-de-Lomagne. Prochainement, les internautes disposeront des nouvelles de leur cheval par le biais de son entraîneur. »Devant les débuts encourageants de son site, Laurent Dyga fourmille d’idées. « Un partenariat devrait être acté avec l’entraîneur de galopeurs Richard Chotard. Il donnera, chaque semaine, des nouvelles de ses pensionnaires, qui vont tous intégrer l’effectif virtuel. Les membres du site partageront ainsi la vie d’une écurie. D’autres professionnels pourraient intégrer l’équipe. »Hippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotionsHippisme -  Pas d’argent, mais des émotions