Mise à jour : lundi 25 juin 2012 19:52 | Par www.lequipe.fr

En progrès, vraiment ?

Qualifiée pour les quarts de finale d'un grand tournoi pour la première fois depuis 2006, l'équipe de France a rempli son objectif. Son bilan reste toutefois décevant.


En progrès, vraiment ?

Qualifiée pour les quarts de finale d'un grand tournoi pour la première fois depuis 2006, l'équipe de France a rempli son objectif. Son bilan reste toutefois décevant.

Par l'image globale renvoyée à l'extérieur, les deux sont liés, mais évacuons d'entrée le comportement déplorable une nouvelle fois affiché par certains joueurs - et particulièrement Nasri - pour ne s'attarder que sur la performance sportive. Deux ans après sa prise de fonction, Laurent Blanc a mené à bien l'objectif qui lui a été fixé. Pour la première fois depuis 2006, les Bleus ont gagné un match dans une phase finale et franchi le premier tour d'un tournoi majeur. La notion de progrès reste toutefois relative. Certes, l'équipe de France n'a pas à rougir d'avoir été éliminée par «la meilleure équipe du monde», dixit le sélectionneur. Mais elle aurait très bien pu s'épargner un tel adversaire si elle avait fait ce qu'il fallait quatre jours plus tôt face à la Suède (0-2).

A l'heure des bilans, et malgré quelques rares satisfactions individuelles, celui des Bleus s'accompagne d'abord d'une déception légitime. A l'exception d'un match porteur d'espoir mais finalement trompeur face à l'Ukraine (2-0), le projet de jeu souhaité par Blanc est resté une vague illusion. Contre l'Espagne, le sélectionneur a même abandonné ses principes au prétexte que son équipe n'était pas en mesure de rivaliser avec son adversaire sur le plan de la maîtrise technique. Pour espérer aller plus loin, et accessoirement retrouver l'adhésion de leur public, les Bleus n'ont même pas pu s'en remettre à leur star présumée : Karim Benzema. Le Madrilène restera le seul grand attaquant de cet Euro à ne pas avoir marqué. A son actif seulement : deux passes décisives face à l'Ukraine. C'est insuffisant.

Dans ce toujours aussi vaste chantier de la reconstruction, quelques motifs d'espoir tout de même : même s'il ne s'est pas montré décisif, Ribéry a retrouvé un niveau conforme à celui qui est le sien au Bayern. Une attitude plus louable également. Cabaye s'est affirmé dans le coeur du jeu au point de se révéler aujourd'hui indispensable. Quant à Koscielny et Clichy, ils ont donné des garanties dans un secteur où les Bleus - deuxième meilleure défense des éliminatoires - n'en ont pas eu assez pendant l'Euro à l'image d'une charnière Rami-Mexès bien trop fébrile. Pour ne pas passer à côté de la Coupe du monde 2014 - et s'il reste en poste - c'est vraisemblablement sur eux que devra s'appuyer Laurent Blanc. Dans un groupe de qualification où figurent la Biélorussie, la Géorgie, la Finlande, mais surtout l'Espagne, la marge d'erreur sera nulle.

Dernières actualités

  • 24/04/2014 02:44 - l’Equipe

    C'est, selon Michael Phelps, le moteur de son retour après vingt mois de «retraite». Mais il refuse de dire jusqu'où cela peut le mener. L'Américain veut «juste essayer de retrouver cette mentalité du...

  • 23/04/2014 23:00 - l’Equipe

    Le Real Madrid a pris une (petite) option sur la qualification pour la finale de la Ligue des champions en dominant le Bayern Munich (1-0) grâce à un but de Karim Benzema.

  • 23/04/2014 20:39 - l’Equipe

    Réduit à dix à l'heure de jeu, Evian-TG a perdu cruellement sur le terrain du PSG mercredi (1-0). Si les Parisiens l'emportent dimanche à Sochaux (14h00), ils seront officiellement champions de France...

  • 23/04/2014 20:38 - l’Equipe

    Mis en difficulté par Toulouse ce mercredi en match en retard de la 34e journée, Lyon a arraché un nul au Stadium (0-0) et revient à deux points de Saint-Etienne au classement.

  • 23/04/2014 18:51 - l’Equipe

    Alejandro Valverde ne songeait pas à battre Philippe Gilbert, vainqueur de l'Amstel, mais à s'imposer lui-même lors de la Flèche Wallonne mercredi.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

En progrès, vraiment ?Qualifiée pour les quarts de finale d'un grand tournoi pour la première fois depuis 2006, l'équipe de France a rempli son objectif. Son bilan reste toutefois décevant.www.lequipe.fr2012-06-25T17:52:002012-06-25T17:52:00Qualifiée pour les quarts de finale d'un grand tournoi pour la première fois depuis 2006, l'équipe de France a rempli son objectif. Son bilan reste toutefois décevant.Par l'image globale renvoyée à l'extérieur, les deux sont liés, mais évacuons d'entrée le comportement déplorable une nouvelle fois affiché par certains joueurs - et particulièrement Nasri - pour ne s'attarder que sur la performance sportive. Deux ans après sa prise de fonction, Laurent Blanc a mené à bien l'objectif qui lui a été fixé. Pour la première fois depuis 2006, les Bleus ont gagné un match dans une phase finale et franchi le premier tour d'un tournoi majeur. La notion de progrès reste toutefois relative. Certes, l'équipe de France n'a pas à rougir d'avoir été éliminée par «la meilleure équipe du monde», dixit le sélectionneur. Mais elle aurait très bien pu s'épargner un tel adversaire si elle avait fait ce qu'il fallait quatre jours plus tôt face à la Suède (0-2).A l'heure des bilans, et malgré quelques rares satisfactions individuelles, celui des Bleus s'accompagne d'abord d'une déception légitime. A l'exception d'un match porteur d'espoir mais finalement trompeur face à l'Ukraine (2-0), le projet de jeu souhaité par Blanc est resté une vague illusion. Contre l'Espagne, le sélectionneur a même abandonné ses principes au prétexte que son équipe n'était pas en mesure de rivaliser avec son adversaire sur le plan de la maîtrise technique. Pour espérer aller plus loin, et accessoirement retrouver l'adhésion de leur public, les Bleus n'ont même pas pu s'en remettre à leur star présumée : Karim Benzema. Le Madrilène restera le seul grand attaquant de cet Euro à ne pas avoir marqué. A son actif seulement : deux passes décisives face à l'Ukraine. C'est insuffisant.Dans ce toujours aussi vaste chantier de la reconstruction, quelques motifs d'espoir tout de même : même s'il ne s'est pas montré décisif, Ribéry a retrouvé un niveau conforme à celui qui est le sien au Bayern. Une attitude plus louable également. Cabaye s'est affirmé dans le coeur du jeu au point de se révéler aujourd'hui indispensable. Quant à Koscielny et Clichy, ils ont donné des garanties dans un secteur où les Bleus - deuxième meilleure défense des éliminatoires - n'en ont pas eu assez pendant l'Euro à l'image d'une charnière Rami-Mexès bien trop fébrile. Pour ne pas passer à côté de la Coupe du monde 2014 - et s'il reste en poste - c'est vraisemblablement sur eux que devra s'appuyer Laurent Blanc. Dans un groupe de qualification où figurent la Biélorussie, la Géorgie, la Finlande, mais surtout l'Espagne, la marge d'erreur sera nulle.En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?En progrès, vraiment ?