Mise à jour : jeudi 1 novembre 2012 01:31 | Par l’Équipe

Djokovic, la tête ailleurs

Novak Djokovic a été éliminé par l'Américain Sam Querrey (0-6, 7-6 6-4) mercredi au deuxième tour. Le Serbe n'a pas caché qu'il n'était tout simplement pas en état de jouer un match entier.


Djokovic, la tête ailleurs

Djokovic, la tête ailleurs

On avait senti dès lundi que quelque chose ne tournait pas rond autour de Novak Djokovic. Arrivé mercredi dernier en semblant très déterminé, le Serbe a vu sa situation évoluer dans le mauvais sens jour après jour. Mercredi, Sam Querrey l'a poussé dans ses limites physiques et mentales du moment. Le Djoker n'a pas su répondre.  S'il a joué le jeu en se montrant disponible pour les fans et la presse, s'il a même joué le show en rentrant sur le court central avec le masque de Darth Vador, ''Nole'' n'a pu jouer qu'un set et deux jeux en mode Fantastique avant de plonger (0-6, 7-6(5), 6-4).Comment passer des retours en mode laser, des revers le long de la ligne de gala, des coups droits gagnants en bout de course à des retours en bas du filet ou des fautes grossières en une heure ? «Je savais que le problème aujourd'hui serait de tenir la même intensité sur la durée, a expliqué Djokovic. Je ne me sens pas bien depuis quelques jours. Physiquement, je suis cassé. Dans le deuxième set je galérais déjà sur chaque jeu.» Il ne donnera des détails. Les rumeurs de gastro circulent depuis lundi.

''Nole'' a refusé de parler de l'hospitalisation de son père à Belgrade, alors que la presse serbe parle d'une aggravation de sa situation. Il lâchera juste : «Des choses dures se sont produites. Je vis une période difficile, j'ai beaucoup de choses en tête.» On lui demande s'il est reparti à Belgrade ce week-end : «Disons seulement que j'ai beaucoup voyagé même si j'étais ici.» Mais pourquoi dans ce cas arriver dès mercredi sur Paris ?«Vous ne savez pas quelle est vraiment la nature de ma situation alors c'est dur de juger»Il tente un sourire timide, comme pour demander de ne plus poser de questions. Querrey a eu le mérite de repartir au combat. Il n'a pas craqué dans le tie-break ni face aux balles de break à 4-3 dans le dernier set. Mais que dire de ce set à l'envers du futur n°1 mondial ? Rien de plus que ce qu'on lui a arraché : «J'ai besoin de repos, de voir quelle est la meilleure décision à prendre pour Londres. Je ne regrette pas d'être venu car dans la vie ça ne sert à rien. Il me reste un peu de temps pour essayer d'être prêt pour Londres.». Franchement, peut-on jouer Bercy à fond avant le Masters ? «C'est un gros tournoi, il n'y a pas de compromis à chercher. Je me suis battu jusqu'au bout. Peut-être que si on le déplace ce sera plus facile pour les meilleurs. On va en parler.» Une dernière question d'un collègue sur son père a été de trop : «Je ne sais pas si vous avez écouté mais je préfère ne pas en parler. J'en suis désolé. Merci.» Et sur ce Djokovic a fait ce qu'il désirait depuis un moment : partir.

Dernières actualités

  • 31/07/2014 02:03 - l’Equipe

    Bien luné lors du premier match de préparation à la Coupe du monde des Bleus, gagné face à la Belgique à Rouen (79-57), Nicolas Batum était à l'image de son équipe : serein.

  • 31/07/2014 07:45 - l’Equipe

    Plus d'un mois après son malaise en double à Wimbledon, Serena Williams réussit sa rentrée aux dépens de la Tchèque Karolina Pliskova (7-5, 6-2), mercredi.

  • 31/07/2014 07:40 - l’Equipe

    Richard Gasquet (n°6) n'a pas manqué son entrée dans le tournoi de Washington. Le Français a dominé l'Israélien Dudi Sela (6-3, 6-2) dans la nuit de mercredi à jeudi et affrontera Tom Smyczek, le tomb...

  • 30/07/2014 13:40 - l’Equipe

    Le Rallye de Finlande, qui débute jeudi après-midi, se résumera-t-il à un duel entre les VW Polo de Sébastien Ogier et Jari-Matti Latvala ?

  • 30/07/2014 21:51 - l’Equipe

    Vainqueur de ses trois premiers matches de préparation, l'OM a été accroché par Bari (D2 italienne), mercredi soir (1-1). Encore buteur, Batshuayi a égalisé en fin de partie.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Djokovic, la tête ailleursNovak Djokovic a été éliminé par l'Américain Sam Querrey (0-6, 7-6 6-4) mercredi au deuxième tour. Le Serbe n'a pas caché qu'il n'était tout simplement pas en état de jouer un match entier.l’Équipe2012-10-31T16:59:002012-10-31T23:31:00Djokovic, la tête ailleursOn avait senti dès lundi que quelque chose ne tournait pas rond autour de Novak Djokovic. Arrivé mercredi dernier en semblant très déterminé, le Serbe a vu sa situation évoluer dans le mauvais sens jour après jour. Mercredi, Sam Querrey l'a poussé dans ses limites physiques et mentales du moment. Le Djoker n'a pas su répondre.  S'il a joué le jeu en se montrant disponible pour les fans et la presse, s'il a même joué le show en rentrant sur le court central avec le masque de Darth Vador, ''Nole'' n'a pu jouer qu'un set et deux jeux en mode Fantastique avant de plonger (0-6, 7-6(5), 6-4).Comment passer des retours en mode laser, des revers le long de la ligne de gala, des coups droits gagnants en bout de course à des retours en bas du filet ou des fautes grossières en une heure ? «Je savais que le problème aujourd'hui serait de tenir la même intensité sur la durée, a expliqué Djokovic. Je ne me sens pas bien depuis quelques jours. Physiquement, je suis cassé. Dans le deuxième set je galérais déjà sur chaque jeu.» Il ne donnera des détails. Les rumeurs de gastro circulent depuis lundi.''Nole'' a refusé de parler de l'hospitalisation de son père à Belgrade, alors que la presse serbe parle d'une aggravation de sa situation. Il lâchera juste : «Des choses dures se sont produites. Je vis une période difficile, j'ai beaucoup de choses en tête.» On lui demande s'il est reparti à Belgrade ce week-end : «Disons seulement que j'ai beaucoup voyagé même si j'étais ici.» Mais pourquoi dans ce cas arriver dès mercredi sur Paris ?«Vous ne savez pas quelle est vraiment la nature de ma situation alors c'est dur de juger»Il tente un sourire timide, comme pour demander de ne plus poser de questions. Querrey a eu le mérite de repartir au combat. Il n'a pas craqué dans le tie-break ni face aux balles de break à 4-3 dans le dernier set. Mais que dire de ce set à l'envers du futur n°1 mondial ? Rien de plus que ce qu'on lui a arraché : «J'ai besoin de repos, de voir quelle est la meilleure décision à prendre pour Londres. Je ne regrette pas d'être venu car dans la vie ça ne sert à rien. Il me reste un peu de temps pour essayer d'être prêt pour Londres.». Franchement, peut-on jouer Bercy à fond avant le Masters ? «C'est un gros tournoi, il n'y a pas de compromis à chercher. Je me suis battu jusqu'au bout. Peut-être que si on le déplace ce sera plus facile pour les meilleurs. On va en parler.» Une dernière question d'un collègue sur son père a été de trop : «Je ne sais pas si vous avez écouté mais je préfère ne pas en parler. J'en suis désolé. Merci.» Et sur ce Djokovic a fait ce qu'il désirait depuis un moment : partir.Djokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleursDjokovic, la tête ailleurs