Mise à jour : samedi 27 octobre 2012 01:39 | Par l’équipe, l’équipe

Diego, une sacrée histoire !

Nouveau venu à Reims, la «cité des sacres», Diego s'y est rapidement imposé. Le milieu offensif brésilien possède une sacrée histoire, qu'il a bien voulu nous raconter avant le derby contre Troyes (samedi, 20h00).


Diego, une sacrée histoire !

Diego, une sacrée histoire !

Son coeur devait battre très fort lorsqu'il s'est présenté devant Salvatore Sirigu pour tirer son penalty. Trop fort, sûrement, puisque Diego l'a manqué et a vu le portier italien le stopper. Paris a ensuite battu Reims (1-0) grâce à Gameiro. «C'est un plaisir de jouer contre le PSG, c'est l'équipe de mon coeur, nous expliquait-il juste avant la rencontre. J'ai toujours suivi ce club à partir du moment où Ronaldinho y a joué. J'avais 13 ans lorsqu'il a signé en 2001.» Treize ans et un certain talent dont profite alors au modeste club pauliste de l'Uniao Barbarense qui le verra partir au grand Sao Paulo FC un an plus tard. Diego ne sait pas encore que sa carrière empruntera des chemins tortueux avant de lui faire découvrir la L1 avec Reims.

A 18 ans, il se retrouve sans licence après être parti du SPFC et avoir connu l'obscur Inter Club Korea et Itararé. «Je jouais avec Unidos, une équipe de copains qu'on avait monté car nous n'avions pas de contrats. Lors d'un match, je marque deux buts et fait une passe décisive alors que je jouais latéral gauche. Un ami m'a filmé et m'a gravé un DVD de cette performance», explique-t-il. Grâce à ça, un agent lui obtient un essai à Sangiovese qui évolue dans la Serie C italienne : «J'y passe vingt jours, ils veulent me garder mais ont trop d'extracommunautaires...»

Son périple l'emmène ensuite en Hongrie. Enfin, pas tout de suite. «Je me suis trompé de destination et je suis arrivé à Vienne, se marre-t-il aujourd'hui dans un français plutôt bon. J'ai attendu dix heures sur place qu'on vienne me chercher. Des policiers sont arrivés, m'ont parlé en anglais et en allemand mais je ne comprenais rien. Et ils m'ont même pris mes gâteaux !» Heureusement, son agent arrive finalement et l'embarque en voiture, direction Budapest. «Après avoir fait de la route toute la nuit, je passe un essai le dimanche. Lundi, je signais à Honved et j'y ai passé quatre ans.» Auteur de 14 buts en 94 matches, vainqueur de la Coupe de Hongrie en 2009, il tape dans l'oeil de Max Marty. Venu recruter Abraham Guié Guié, le manager de Tours repart avec les deux joueurs.

C'est au Stade de la Vallée du Cher que Reims viendra le chercher pour lui faire découvrir la L1. «Valenciennes et Sochaux me voulaient l'été dernier. Mais le président rémois, Jean-Pierre Caillot, m'appelait tous les jours pour me recruter. Il était à fond ! Il me disait : "On ne peut pas te perdre. On a besoin de toi. On fera ce qu'il faut pour arriver à un accord avec Tours".» Depuis, il est indiscutable chez le promu. Auteur de trois buts en cinq titularisations avec Reims, il s'est rapidement imposé comme milieu gauche. Avec une note moyenne de 5,6 dans L'Equipe, il est déjà le troisième meilleur joueur de son club derrière Agassa et Krychowiak. Habitant juste à côté de la célèbre cathédrale de Reims, il sait l'importance historique qu'elle a eu pour la France. «On y couronnait les rois», nous glisse-t-il malicieusement. Diego sera-t-il un jour sacré "Roi de Reims" avant de conquérir d'autres terres ?

Dernières actualités

  • 01/09/2014 02:05 - l’Equipe

    Gilles Simon était évidemment ravi d'avoir réussi à faire tomber le mur David Ferrer. Il était également soulagé de ne pas encore perdre au 3e tour en Grand Chelem, et sait ce qui l'attend face au Cro...

  • 01/09/2014 02:33 - l’Equipe

    Après le succès face à St-Etienne (5-0) dimanche soir, les joueurs du PSG étaient tous d'accord pour dire que leur saison était enfin lancée. Surtout avec un Ibrahimovic à ce niveau-là...

  • 01/09/2014 07:48 - l’Equipe

    Richard Gasquet, battu par Gaël Monfils au troisième tour, dimanche, voit son compatriote en finale de cet US Open. «La Monf'», lui, sait que ce sera très dur face à Grigor Dimitrov, en huitièmes de f...

  • 01/09/2014 02:15 - l’Equipe

    Caroline Wozniacki était rayonnante après sa victoire sur Maria Sharapova en huitièmes (6-4, 2-6, 6-2). La Danoise voit la lumière au bout du tunnel.

  • 31/08/2014 19:11 - l’Equipe

    Pour le capitaine Boris Diaw, les deux premiers matches des Bleus dans la Coupe du monde, notamment la victoire sur la Serbie dimanche (74-73), ont permis de donner «un modèle de jeu» à l'équipe de Fr...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Diego, une sacrée histoire !Nouveau venu à Reims, la «cité des sacres», Diego s'y est rapidement imposé. Le milieu offensif brésilien possède une sacrée histoire, qu'il a bien voulu nous raconter avant le derby contre Troyes (samedi, 20h00).l’équipel’équipe2012-10-26T09:30:002012-10-26T23:39:00Diego, une sacrée histoire !Son coeur devait battre très fort lorsqu'il s'est présenté devant Salvatore Sirigu pour tirer son penalty. Trop fort, sûrement, puisque Diego l'a manqué et a vu le portier italien le stopper. Paris a ensuite battu Reims (1-0) grâce à Gameiro. «C'est un plaisir de jouer contre le PSG, c'est l'équipe de mon coeur, nous expliquait-il juste avant la rencontre. J'ai toujours suivi ce club à partir du moment où Ronaldinho y a joué. J'avais 13 ans lorsqu'il a signé en 2001.» Treize ans et un certain talent dont profite alors au modeste club pauliste de l'Uniao Barbarense qui le verra partir au grand Sao Paulo FC un an plus tard. Diego ne sait pas encore que sa carrière empruntera des chemins tortueux avant de lui faire découvrir la L1 avec Reims.A 18 ans, il se retrouve sans licence après être parti du SPFC et avoir connu l'obscur Inter Club Korea et Itararé. «Je jouais avec Unidos, une équipe de copains qu'on avait monté car nous n'avions pas de contrats. Lors d'un match, je marque deux buts et fait une passe décisive alors que je jouais latéral gauche. Un ami m'a filmé et m'a gravé un DVD de cette performance», explique-t-il. Grâce à ça, un agent lui obtient un essai à Sangiovese qui évolue dans la Serie C italienne : «J'y passe vingt jours, ils veulent me garder mais ont trop d'extracommunautaires...»Son périple l'emmène ensuite en Hongrie. Enfin, pas tout de suite. «Je me suis trompé de destination et je suis arrivé à Vienne, se marre-t-il aujourd'hui dans un français plutôt bon. J'ai attendu dix heures sur place qu'on vienne me chercher. Des policiers sont arrivés, m'ont parlé en anglais et en allemand mais je ne comprenais rien. Et ils m'ont même pris mes gâteaux !» Heureusement, son agent arrive finalement et l'embarque en voiture, direction Budapest. «Après avoir fait de la route toute la nuit, je passe un essai le dimanche. Lundi, je signais à Honved et j'y ai passé quatre ans.» Auteur de 14 buts en 94 matches, vainqueur de la Coupe de Hongrie en 2009, il tape dans l'oeil de Max Marty. Venu recruter Abraham Guié Guié, le manager de Tours repart avec les deux joueurs.C'est au Stade de la Vallée du Cher que Reims viendra le chercher pour lui faire découvrir la L1. «Valenciennes et Sochaux me voulaient l'été dernier. Mais le président rémois, Jean-Pierre Caillot, m'appelait tous les jours pour me recruter. Il était à fond ! Il me disait : "On ne peut pas te perdre. On a besoin de toi. On fera ce qu'il faut pour arriver à un accord avec Tours".» Depuis, il est indiscutable chez le promu. Auteur de trois buts en cinq titularisations avec Reims, il s'est rapidement imposé comme milieu gauche. Avec une note moyenne de 5,6 dans L'Equipe, il est déjà le troisième meilleur joueur de son club derrière Agassa et Krychowiak. Habitant juste à côté de la célèbre cathédrale de Reims, il sait l'importance historique qu'elle a eu pour la France. «On y couronnait les rois», nous glisse-t-il malicieusement. Diego sera-t-il un jour sacré "Roi de Reims" avant de conquérir d'autres terres ?Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !Diego, une sacrée histoire !