Mise à jour : jeudi 18 octobre 2012 09:49 | Par l’équipe, l’équipe

Des retrouvailles au sommet

Pour le choc de la 6e journée de D1 jeudi (20h45), le PSG défie Chambéry dans son Phare. L'occasion pour Philippe Gardent de retrouver son ancien club, et d'affronter Mario Cavalli, son ex-adjoint désormais à la tête des Savoyards.


Des retrouvailles au sommet

Des retrouvailles au sommet

Une image classique. Ce jeudi au Phare de Chambéry, Philippe Gardent va prendre place sur le banc de touche. Mais au contraire des années précédentes, il sera aux commandes du PSG, qu'il a rejoint cet été après seize saisons en Savoie. «J'ai un sentiment vraiment agréable, explique-t-il. Les dirigeants ont bien compris ma décision, je leur suis redevable». Gardent retrouvera en face de lui son ancien adjoint Mario Cavalli, promu suite à son départ : «Je connais très bien le discours de Philippe et ce qu'il aime bien faire, s'amuse Cavalli. Mais il a un avantage. Il connait mieux mon équipe que moi celle de Paris».

Les deux hommes, «amis avant tout», échangent beaucoup depuis le début de la saison : «On ne s'est rien caché par téléphone sur nos sensations et notre ressenti sur nos nouvelles expériences, poursuit l'entraîneur savoyard. On parle de nos joueurs, de ce que l'on fait». Pour Philippe Gardent, «ça ne va pas se résumer à un duel» entre les deux hommes. Son objectif est de confirmer l'excellent début de saison du club de la capitale, seule équipe, avec son adversaire du soir, à avoir remporté ses cinq premières rencontres. Ce choc au sommet va donc permettre d'établir une première hiérarchie en D1. «Le vainqueur va prendre l'ascendant psychologique sur pas mal d'équipes, annonce Mario Cavalli. Ce match compte beaucoup. Si on gagne, ça remettra un peu Paris à sa place. Si on perd, ça sera peut-être difficile de les arrêter derrière».

Pour espérer lutter, Chambéry va devoir surfer sur sa «bonne dynamique» en D1, et oublier ses performances décevantes en Ligue des champions. Un niveau où «l'on est toujours sanctionné très sévèrement quand on offre des cadeaux à l'adversaire», précise Cavalli. Ce sommet a également valeur de test pour l'attaque parisienne. Mikkel Hansen et ses coéquipiers sont les plus efficaces dans ce domaine (36,2 buts par match en moyenne !), mais ils vont devoir percer la muraille savoyarde, édifiée autour des frères Gille. «On va essayer de mettre en place une grosse opposition défensive, notre point fort, avec beaucoup d'agressivité», confirme Cavalli. Son homologue parisien ne le contredit pas, et s'attend à «un beau match où on va bien se friter» ! Une opposition de styles pleine de promesses, mais à laquelle ne prendra pas part Kevynn Nyokas. Le néo-Chambérien souffre toujours de la cheville et manquera lui les retrouvailles avec son ancien club.

Dernières actualités

  • 18/04/2014 08:45 - l’Equipe

    Contrairement au leader, Montpellier, qu'il reçoit ce vendredi (20h45) en ouverture de la 25e journée, le champion de France n'est pas encore assuré de figurer parmi les six qualifiés. Face à cet adve...

  • 18/04/2014 19:34 - l’Equipe

    Touché dimanche à Reims (2-2), Mevlut Erding est titulaire ce vendredi (20h30) pour la réception d'un Stade Rennais largement remanié par Philippe Montanier.

  • 18/04/2014 17:40 - l’Equipe

    Après avoir remporté le premier set et être passé à deux points du match dans le tie-break de la deuxième manche, Jo-Wilfried Tsonga a été éliminé par Roger Federer (2-6, 7-6[6], 6-1), vendredi, en qu...

  • 18/04/2014 15:41 - l’Equipe

    Pour ses grands débuts en tant que directeur de la gestion sportive de Ferrari, vendredi à Shanghai, Marco Mattiacci a observé depuis les stands et échangé avec Kimi Räikkönen. Pendant ce temps-là, Fe...

  • 18/04/2014 08:30 - l’Equipe

    L'Atlético Madrid joue vendredi (20h30) la première de ses cinq finales de Liga contre Elche, selon la formule utilisée par Diego Simone, l'entraîneur du club madrilène.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Des retrouvailles au sommetPour le choc de la 6e journée de D1 jeudi (20h45), le PSG défie Chambéry dans son Phare. L'occasion pour Philippe Gardent de retrouver son ancien club, et d'affronter Mario Cavalli, son ex-adjoint désormais à la tête des Savoyards.l’équipel’équipe2012-10-18T07:50:002012-10-18T07:49:00Des retrouvailles au sommetUne image classique. Ce jeudi au Phare de Chambéry, Philippe Gardent va prendre place sur le banc de touche. Mais au contraire des années précédentes, il sera aux commandes du PSG, qu'il a rejoint cet été après seize saisons en Savoie. «J'ai un sentiment vraiment agréable, explique-t-il. Les dirigeants ont bien compris ma décision, je leur suis redevable». Gardent retrouvera en face de lui son ancien adjoint Mario Cavalli, promu suite à son départ : «Je connais très bien le discours de Philippe et ce qu'il aime bien faire, s'amuse Cavalli. Mais il a un avantage. Il connait mieux mon équipe que moi celle de Paris».Les deux hommes, «amis avant tout», échangent beaucoup depuis le début de la saison : «On ne s'est rien caché par téléphone sur nos sensations et notre ressenti sur nos nouvelles expériences, poursuit l'entraîneur savoyard. On parle de nos joueurs, de ce que l'on fait». Pour Philippe Gardent, «ça ne va pas se résumer à un duel» entre les deux hommes. Son objectif est de confirmer l'excellent début de saison du club de la capitale, seule équipe, avec son adversaire du soir, à avoir remporté ses cinq premières rencontres. Ce choc au sommet va donc permettre d'établir une première hiérarchie en D1. «Le vainqueur va prendre l'ascendant psychologique sur pas mal d'équipes, annonce Mario Cavalli. Ce match compte beaucoup. Si on gagne, ça remettra un peu Paris à sa place. Si on perd, ça sera peut-être difficile de les arrêter derrière».Pour espérer lutter, Chambéry va devoir surfer sur sa «bonne dynamique» en D1, et oublier ses performances décevantes en Ligue des champions. Un niveau où «l'on est toujours sanctionné très sévèrement quand on offre des cadeaux à l'adversaire», précise Cavalli. Ce sommet a également valeur de test pour l'attaque parisienne. Mikkel Hansen et ses coéquipiers sont les plus efficaces dans ce domaine (36,2 buts par match en moyenne !), mais ils vont devoir percer la muraille savoyarde, édifiée autour des frères Gille. «On va essayer de mettre en place une grosse opposition défensive, notre point fort, avec beaucoup d'agressivité», confirme Cavalli. Son homologue parisien ne le contredit pas, et s'attend à «un beau match où on va bien se friter» ! Une opposition de styles pleine de promesses, mais à laquelle ne prendra pas part Kevynn Nyokas. Le néo-Chambérien souffre toujours de la cheville et manquera lui les retrouvailles avec son ancien club.Des retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommetDes retrouvailles au sommet