Mise à jour : lundi 22 octobre 2012 16:05 | Par l’équipe, l’équipe

Bourseaux et Bahier en or



Yannick Bourseaux et Stéphane Bahier sont champions du monde de para-triathlon, discipline qui entrera au programme des Jeux paralympiques 2016, à Rio.Les Championnats du monde de triathlon se sont achevés lundi à Auckland (Nouvelle-Zélande) avec les épreuves de para-triathlon disputées sur une natation réduite de 750 à 300m en raison de la température de l'eau, 20km de vélo et 5km de course. La France s'y est particulièrement illustrée avec quatre médailles dont deux titres. En catégorie Tri 4, Yannick Bourseaux, ancien membre de l'équipe de France « valide » avant une chute en vélo dans une descente de col l'ayant handicapé au bras droit, récolte son quatrième titre (2005, 2006, 2011, 2012) (David Travadon, 8e). « J'ai fait une première transition "éclair" qui me permet de boucher 20 des 45 secondes de retard que j'avais à la sortie de l'eau, raconte Bourseaux, très performant également l'hiver en ski de fond et biathlon où il a participé aux Jeux paralympiques. Et il m'a fallu 12km pour revenir sur l'homme de tête, Martin Schulz. J'ai ensuite attendu la course à pied où, même si les sensations n'étaient pas excellentes, je suis parti au train pour l'emporter. » L'autre titre est décroché par Stéphane Bahier, 37 ans, champion du monde en Tri 2 (David Peiffer, 6e). Amputé de la jambe droite après un accident de la route, Bahier a participé aux Jeux paralympiques de Pékin, en cyclisme, et s'est lancé dans le paratriathlon depuis un an. Les deux autres médailles sont ramenées en France par Yan Guanter, vice-champion du monde en Tri 5 et par Geoffrey Wersy, en bronze en Tri 3. Chez les femmes, Edith Dasse est 7e en Tri 4. - P.G.-BLes catégoriesTri 2 : Altération sévère de la jambe, y compris les personnes amputées au-dessus du genou. Vélo standard et course avec une prothèse au-dessus du genou (ou prothèse similaire) ou exécuté à l'aide de béquilles. Tri 3 : Athlètes ayant la sclérose en plaques, la dystrophie musculaire, la paralysie cérébrale, double jambe amputée ou la paralysie dans les membres multiples. Vélo standard et pour courir, appareil de support ou des prothèses, si nécessaireTri 4 : une déficience de bras, comme la paralysie, les personnes amputées au-dessus du coude et au-dessous du coude, ou d'une altération dans les deux membres supérieurs. Les athlètes peuvent utiliser une prothèse, orthèse ou une écharpe sur le vélo et/ou à la course à pied.Tri 5 : Légère altération de la jambe y compris les personnes amputées au-dessous du genou. Vélo standard et course avec une prothèse.

Dernières actualités

  • 18/09/2014 08:15 - l’Equipe

    Lille lance ce jeudi (21h05) face au FK Krasnodar la douzième campagne européenne de son histoire. Si les Nordistes ont rarement répondu aux attentes ces dernières années, leur président Michel Seydou...

  • 18/09/2014 10:15 - l’Equipe

    La tentative de record de l'heure de Jens Voigt jeudi soir sort du grenier une épreuve qui a distingué les plus grands champions avant de perdre son esprit et son intérêt dans une course technologique...

  • 18/09/2014 08:00 - l’Equipe

    «Nous voulons jouer la Ligue Europa à fond», a assuré Roland Romeyer, le président de l'AS Saint-Etienne, avant l'entrée en lice des Verts contre Qarabag Agdam jeudi (18h00). En ont-ils seulement les ...

  • 18/09/2014 08:45 - l’Equipe

    En déplacement à Florence (21h05), Guingamp se frotte d'emblée à l'adversaire présumé le plus fort du groupe K. Conscient de rencontrer «une équipe de très haut niveau», l'EAG de Jocelyn Gourvennec ne...

  • 18/09/2014 10:00 - l’Equipe

    L'ancien libéro international Hubert Henno suit avec passion le parcours de la France au Mondial polonais. Qui le ramène douze ans en arrière quand les Bleus avaient tout renversé au Mondial argentin ...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Bourseaux et Bahier en orl’équipel’équipe2012-10-22T14:04:002012-10-22T14:05:00Yannick Bourseaux et Stéphane Bahier sont champions du monde de para-triathlon, discipline qui entrera au programme des Jeux paralympiques 2016, à Rio.Les Championnats du monde de triathlon se sont achevés lundi à Auckland (Nouvelle-Zélande) avec les épreuves de para-triathlon disputées sur une natation réduite de 750 à 300m en raison de la température de l'eau, 20km de vélo et 5km de course. La France s'y est particulièrement illustrée avec quatre médailles dont deux titres. En catégorie Tri 4, Yannick Bourseaux, ancien membre de l'équipe de France « valide » avant une chute en vélo dans une descente de col l'ayant handicapé au bras droit, récolte son quatrième titre (2005, 2006, 2011, 2012) (David Travadon, 8e). « J'ai fait une première transition "éclair" qui me permet de boucher 20 des 45 secondes de retard que j'avais à la sortie de l'eau, raconte Bourseaux, très performant également l'hiver en ski de fond et biathlon où il a participé aux Jeux paralympiques. Et il m'a fallu 12km pour revenir sur l'homme de tête, Martin Schulz. J'ai ensuite attendu la course à pied où, même si les sensations n'étaient pas excellentes, je suis parti au train pour l'emporter. » L'autre titre est décroché par Stéphane Bahier, 37 ans, champion du monde en Tri 2 (David Peiffer, 6e). Amputé de la jambe droite après un accident de la route, Bahier a participé aux Jeux paralympiques de Pékin, en cyclisme, et s'est lancé dans le paratriathlon depuis un an. Les deux autres médailles sont ramenées en France par Yan Guanter, vice-champion du monde en Tri 5 et par Geoffrey Wersy, en bronze en Tri 3. Chez les femmes, Edith Dasse est 7e en Tri 4. - P.G.-BLes catégoriesTri 2 : Altération sévère de la jambe, y compris les personnes amputées au-dessus du genou. Vélo standard et course avec une prothèse au-dessus du genou (ou prothèse similaire) ou exécuté à l'aide de béquilles. Tri 3 : Athlètes ayant la sclérose en plaques, la dystrophie musculaire, la paralysie cérébrale, double jambe amputée ou la paralysie dans les membres multiples. Vélo standard et pour courir, appareil de support ou des prothèses, si nécessaireTri 4 : une déficience de bras, comme la paralysie, les personnes amputées au-dessus du coude et au-dessous du coude, ou d'une altération dans les deux membres supérieurs. Les athlètes peuvent utiliser une prothèse, orthèse ou une écharpe sur le vélo et/ou à la course à pied.Tri 5 : Légère altération de la jambe y compris les personnes amputées au-dessous du genou. Vélo standard et course avec une prothèse.