Mise à jour : lundi 29 octobre 2012 18:35 | Par l’équipe, l’équipe

Benneteau, audace et envie



Solide et agressif, Julien Benneteau s'est imposé (6-4, 7-5) face à Viktor Troïcki. Au deuxième tour, il affrontera Jo-Wilfried Tsonga.« Il fallait que je me montre agressif.» Pour battre (6-4, 7-5 en 1h23') Viktor Troïcki et rejoindre Jo-Wilfried Tsonga au deuxième tour, Julien Benneteau a parfaitement appliqué son plan. En cette fin de saison interminable, le Bressan possède un supplément d'âme sur le Serbe. Blessé, il a moins joué. Français, il veut bien finir chez lui. Cette fraîcheur mentale et physique lui a permis de passer de la théorie à la pratique avec conviction.Le protégé de Loïc Courteau ne laisse pas le 33e mondial s'installer. Au service, il varie les effets et les trajectoires. A la relance, il lit bien l'engagement adverse pour breaker à quatre reprises (premier jeu, 2-2 au premier set puis 1-1 et 5-5 dans la deuxième manche). A l'échange, il n'hésite pas à aller chercher les points au filet (12 points sur 17 montées) malgré la lenteur de la surface.Audace et envie comme moteursCette audace et son envie de bien faire le positionnent en patron. Malgré quelques « petites sautes de concentration », il ne dévie pas de sa trajectoire. Il ose et cela paie. Sa volonté d'agression permanente sur les secondes balles de Viktor Troïcki, ses services-volées pour casser la routine et ses prises de risques sur chaque balle courte sont légitimement récompensés. Pour que les vacances soient encore plus belles, Julien Benneteau veut bien finir. Et cela peut donner des ailes. - S.D., à Bercy

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Benneteau, audace et enviel’équipel’équipe2012-10-29T16:15:002012-10-29T16:35:00Solide et agressif, Julien Benneteau s'est imposé (6-4, 7-5) face à Viktor Troïcki. Au deuxième tour, il affrontera Jo-Wilfried Tsonga.« Il fallait que je me montre agressif.» Pour battre (6-4, 7-5 en 1h23') Viktor Troïcki et rejoindre Jo-Wilfried Tsonga au deuxième tour, Julien Benneteau a parfaitement appliqué son plan. En cette fin de saison interminable, le Bressan possède un supplément d'âme sur le Serbe. Blessé, il a moins joué. Français, il veut bien finir chez lui. Cette fraîcheur mentale et physique lui a permis de passer de la théorie à la pratique avec conviction.Le protégé de Loïc Courteau ne laisse pas le 33e mondial s'installer. Au service, il varie les effets et les trajectoires. A la relance, il lit bien l'engagement adverse pour breaker à quatre reprises (premier jeu, 2-2 au premier set puis 1-1 et 5-5 dans la deuxième manche). A l'échange, il n'hésite pas à aller chercher les points au filet (12 points sur 17 montées) malgré la lenteur de la surface.Audace et envie comme moteursCette audace et son envie de bien faire le positionnent en patron. Malgré quelques « petites sautes de concentration », il ne dévie pas de sa trajectoire. Il ose et cela paie. Sa volonté d'agression permanente sur les secondes balles de Viktor Troïcki, ses services-volées pour casser la routine et ses prises de risques sur chaque balle courte sont légitimement récompensés. Pour que les vacances soient encore plus belles, Julien Benneteau veut bien finir. Et cela peut donner des ailes. - S.D., à Bercy