Mise à jour : jeudi 13 septembre 2012 11:52 | Par l’équipe, l’équipe

Bayonne à son rythme

Le départ de l'Aviron Bayonnais ne s'est pas fait dans un coup de canon, certes. Mais son capitaine Mark Chisholm reste optimiste pour la suite.


Bayonne à son rythme

Bayonne à son rythme

Le départ de l'Aviron Bayonnais ne s'est pas fait dans un coup de canon, certes. Mais son capitaine Mark Chisholm reste optimiste pour la suite.

Trois défaites en quatre journées et le Racing qui se profile à l'horizon (samedi, 18h30), autant dire que l'Aviron Bayonnais pourrait se poser des questions. Même si c'est le cas, le capitaine australien Mark Chisholm, avec son look de surfeur impeccable, préfère positiver. «Démarrer une nouvelle saison avec de nouveaux coaches (Christian Lanta et Christophe Deylaud), c'est toujours compliqué. Il faut s'habituer à un nouveau discours, à une nouvelle façon de faire. Les joueurs doivent s'adapter. C'est difficile, mais cette fois nous avons un véritable objectif de fixé, une direction précise à suivre. Pour l'instant, nous sommes sur la bonne voie. Nous avons pris un peu de retard, mais rien de grave ».

Il est vrai que la neuvième place de l'Aviron n'est pas encore inquiétante. Les grands chambardements de la saison dernière sont à peine digérés et les Basques ne devraient pas tarder à trouver enfin leur rythme. « La saison dernière, nous avons eu de nouveaux joueurs, mais beaucoup sont arrivés en cours de saison. Cette fois, nous attaquons au complet. C'est assez excitant. C'est très positif pour nous et je suis très optimiste pour l'année à venir », confie Chisholm. Surtout, les Bleu et Blanc de l'Aviron Bayonnais vont pouvoir s'appuyer sur un élément qui leur a fait cruellement défaut la saison dernière, la stabilité. «La principale différence avec la saison dernière, c'est que nous avons juste deux coaches. L'an dernier, nous avons connu six. Cette année, nous avons de la stabilité et nous travaillons tous ensemble, dans la même direction.» Ne reste plus qu'à ne pas trop attendre quand même avant que le travail ne paie.

Dernières actualités

  • 22/08/2014 07:50 - l’Equipe

    Pour son déplacement chez l'Evian-TG (20h30), en ouverture de la 3e journée de Ligue 1, le PSG sera privé de deux de ses cadres, Ibrahimovic et Thiago Silva, blessés. L'année dernière, leurs absences ...

  • 22/08/2014 08:45 - l’Equipe

    Balayé par Caen (0-3) et à Rennes (2-6) lors des deux premières journées de Ligue 1, Evian-Thonon-Gaillard accueille le PSG ce vendredi (20h30) la tête à l'envers. Mais avec une forte envie de stopper...

  • 21/08/2014 20:00 - l’Equipe

    La rencontre en voisins, Toulouse et Castres, vendredi soir (20h30), s'annonce explosive. Au-delà du jeu, entre une équipe toulousaine atone depuis deux saisons et des vice-champions de France battus ...

  • 22/08/2014 18:35 - l’Equipe

    Alors qu'il avait passé une première journée idéale et qu'il avait la tête du général, Sébastien Ogier est sorti de route dans la dernière spéciale et a concédé le leadership à Jari-Matti Latvala.

  • 22/08/2014 16:55 - l’Equipe

    Trois jours après avoir vu le procureur de Paris ouvrir une enquête à son encontre pour son coup de tête donné au Parisien Thiago Motta, Brandao est renvoyé devant le tribunal correctionnel. L'ancien ...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

Bayonne à son rythmeLe départ de l'Aviron Bayonnais ne s'est pas fait dans un coup de canon, certes. Mais son capitaine Mark Chisholm reste optimiste pour la suite.l’équipel’équipe2012-09-13T10:00:002012-09-13T09:52:00Bayonne à son rythmeLe départ de l'Aviron Bayonnais ne s'est pas fait dans un coup de canon, certes. Mais son capitaine Mark Chisholm reste optimiste pour la suite.Trois défaites en quatre journées et le Racing qui se profile à l'horizon (samedi, 18h30), autant dire que l'Aviron Bayonnais pourrait se poser des questions. Même si c'est le cas, le capitaine australien Mark Chisholm, avec son look de surfeur impeccable, préfère positiver. «Démarrer une nouvelle saison avec de nouveaux coaches (Christian Lanta et Christophe Deylaud), c'est toujours compliqué. Il faut s'habituer à un nouveau discours, à une nouvelle façon de faire. Les joueurs doivent s'adapter. C'est difficile, mais cette fois nous avons un véritable objectif de fixé, une direction précise à suivre. Pour l'instant, nous sommes sur la bonne voie. Nous avons pris un peu de retard, mais rien de grave ».Il est vrai que la neuvième place de l'Aviron n'est pas encore inquiétante. Les grands chambardements de la saison dernière sont à peine digérés et les Basques ne devraient pas tarder à trouver enfin leur rythme. « La saison dernière, nous avons eu de nouveaux joueurs, mais beaucoup sont arrivés en cours de saison. Cette fois, nous attaquons au complet. C'est assez excitant. C'est très positif pour nous et je suis très optimiste pour l'année à venir », confie Chisholm. Surtout, les Bleu et Blanc de l'Aviron Bayonnais vont pouvoir s'appuyer sur un élément qui leur a fait cruellement défaut la saison dernière, la stabilité. «La principale différence avec la saison dernière, c'est que nous avons juste deux coaches. L'an dernier, nous avons connu six. Cette année, nous avons de la stabilité et nous travaillons tous ensemble, dans la même direction.» Ne reste plus qu'à ne pas trop attendre quand même avant que le travail ne paie.Bayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythmeBayonne à son rythme