Mise à jour : mercredi 17 octobre 2012 13:01 | Par l’équipe, l’équipe

«Comme une victoire»

Les Bleus ont fait part de leur satisfaction après le nul (1-1) décroché mardi soir en Espagne. S'ils ne s'enflamment, «ça peut être le début de quelque chose», espère Jérémy Ménez.


«Comme une victoire»

«Comme une victoire»

«Une deuxième période exceptionnelle» (Le Graët), «un match de folie» (Cabaye), «un exploit» (Lloris), «une libération» (Ménez). Les Bleus n'ont pas boudé leur plaisir, mardi soir. Ils n'ont pas gagné en Espagne, mais leur nul (1-1) décroché à la dernière minute grâce à un but de Giroud sonne «comme une victoire». «Tout le monde nous voyait perdre, on a démontré qu'on pouvait compter sur nous, souligne Blaise Matuidi. La défaite face au Japon (0-1) a laissé entrevoir de mauvaises choses, mais il y a beaucoup de qualités dans cette équipe». «Personne ne misait une pièce sur nous, on voulait frapper fort», confirme Mamadou Sakho. «Ça peut être le début de quelque chose», espère Jérémy Ménez. Au vu de la seconde période livrée par ses joueurs mardi soir, Didier Deschamps estime qu'il aurait été «injuste de perdre».Bien en place, mais menés suite à une grosse erreur de marquage sur Ramos sur corner, les Bleus ont relevé la tête après le repos. Ils auraient pu le faire avant si M. Brych n'avait pas injustement refusé un but à Ménez ou si Casillas n'avait pas détourné en corner une frappe de Benzema. Mais il convient aussi de ne pas oublier les trois arrêts déterminants de Lloris, notamment sur le penalty de Fabregas. «C'est un tournant, reconnaît Jérémy Ménez. Mais on n'a pas volé ce nul. En deuxième période, on a été plus relâchés, on s'est vraiment mis à jouer et on s'est créé beaucoup d'occasions. On n'a pas baissé la tête et on s'est battu jusqu'au bout. Ça fait plaisir d'être récompensés. On a montré que nous aussi on savait jouer au ballon». «On est allé les chercher dans leur camp, en jouant sur nos points forts, complète Hugo Lloris. On sentait qu'on se rapprochait de l'exploit. Ça n'a pas été évident, mais on a fourni un bel effort».

Première ex-aequo avec la Roja, l'équipe de France peut désormais se prendre à rêver d'une qualification directe pour la Coupe du monde 2014. «On n'est pas champion du monde, on n'est pas champion d'Europe, il ne faut pas s'enflammer», tempère Mathieu Valbuena. «Le chemin est encore long», confirme Blaise Matuidi. Didier Deschamps a-t-il été malgré tout rassuré par le potentiel de son équipe ? «Mais même avant ce match, je connaissais mes joueurs, et j'avais confiance en eux, assure-t-il. On l'aurait perdu, cela aurait été pareil. On ne domine pas tout le monde mais on a des qualités. Le match du Japon aussi était important pour se construire. Cette victoire va leur permettre de cimenter leur bon état d'esprit». Avant de penser au match retour programmé le 26 mars 2013, le sélectionneur rappelle que les Bleus devront confirmer cette belle performance face à la Géorgie, quatre jours auparavant. «Ces trois points seront importants». Autant que l'a été celui ramené de Vicente-Calderon, mardi soir.

Dernières actualités

  • 17/09/2014 23:54 - l’Equipe

    Pep Guardiola a salué la qualité du jeu du Bayern, vainqueur de Manchester City (1-0), dans un groupe qui se jouera «le dernier jour».

  • 17/09/2014 23:44 - l’Equipe

    L'entraîneur de Chelsea déplore le manque de réalisme de ses joueurs, tenus en échec par Schalke 04 (1-1).

  • 17/09/2014 22:53 - l’Equipe

    Auteur d'un triplé, l'ancien Rennais Brahimi a été énorme avec Porto contre le BATE (6-0). Donetsk a pris un bon point à Bilbao (0-0).

  • 18/09/2014 07:30 - l’Equipe

    Pour le dernier défi de sa carrière, Jens Voigt (43 ans) s'attaque au record de l'heure jeudi (19h00) à Granges (Suisse). Avec un suspense assez léger : aidé par le changement de règlement, l'Allemand...

  • 17/09/2014 23:08 - l’Equipe

    Montepllier a pris la tête du classement grâce à une victoire très nette sur Chambéry (32-22). Dunkerque, champion en titre, remporte sa première victoire face à Nîmes (27-25).

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

«Comme une victoire»Les Bleus ont fait part de leur satisfaction après le nul (1-1) décroché mardi soir en Espagne. S'ils ne s'enflamment, «ça peut être le début de quelque chose», espère Jérémy Ménez.l’équipel’équipe2012-10-17T01:58:002012-10-17T11:01:00«Comme une victoire»«Une deuxième période exceptionnelle» (Le Graët), «un match de folie» (Cabaye), «un exploit» (Lloris), «une libération» (Ménez). Les Bleus n'ont pas boudé leur plaisir, mardi soir. Ils n'ont pas gagné en Espagne, mais leur nul (1-1) décroché à la dernière minute grâce à un but de Giroud sonne «comme une victoire». «Tout le monde nous voyait perdre, on a démontré qu'on pouvait compter sur nous, souligne Blaise Matuidi. La défaite face au Japon (0-1) a laissé entrevoir de mauvaises choses, mais il y a beaucoup de qualités dans cette équipe». «Personne ne misait une pièce sur nous, on voulait frapper fort», confirme Mamadou Sakho. «Ça peut être le début de quelque chose», espère Jérémy Ménez. Au vu de la seconde période livrée par ses joueurs mardi soir, Didier Deschamps estime qu'il aurait été «injuste de perdre».Bien en place, mais menés suite à une grosse erreur de marquage sur Ramos sur corner, les Bleus ont relevé la tête après le repos. Ils auraient pu le faire avant si M. Brych n'avait pas injustement refusé un but à Ménez ou si Casillas n'avait pas détourné en corner une frappe de Benzema. Mais il convient aussi de ne pas oublier les trois arrêts déterminants de Lloris, notamment sur le penalty de Fabregas. «C'est un tournant, reconnaît Jérémy Ménez. Mais on n'a pas volé ce nul. En deuxième période, on a été plus relâchés, on s'est vraiment mis à jouer et on s'est créé beaucoup d'occasions. On n'a pas baissé la tête et on s'est battu jusqu'au bout. Ça fait plaisir d'être récompensés. On a montré que nous aussi on savait jouer au ballon». «On est allé les chercher dans leur camp, en jouant sur nos points forts, complète Hugo Lloris. On sentait qu'on se rapprochait de l'exploit. Ça n'a pas été évident, mais on a fourni un bel effort».Première ex-aequo avec la Roja, l'équipe de France peut désormais se prendre à rêver d'une qualification directe pour la Coupe du monde 2014. «On n'est pas champion du monde, on n'est pas champion d'Europe, il ne faut pas s'enflammer», tempère Mathieu Valbuena. «Le chemin est encore long», confirme Blaise Matuidi. Didier Deschamps a-t-il été malgré tout rassuré par le potentiel de son équipe ? «Mais même avant ce match, je connaissais mes joueurs, et j'avais confiance en eux, assure-t-il. On l'aurait perdu, cela aurait été pareil. On ne domine pas tout le monde mais on a des qualités. Le match du Japon aussi était important pour se construire. Cette victoire va leur permettre de cimenter leur bon état d'esprit». Avant de penser au match retour programmé le 26 mars 2013, le sélectionneur rappelle que les Bleus devront confirmer cette belle performance face à la Géorgie, quatre jours auparavant. «Ces trois points seront importants». Autant que l'a été celui ramené de Vicente-Calderon, mardi soir.«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»«Comme une victoire»