Mise à jour : vendredi 8 juin 2012 21:23 | Par www.lequipe.fr

«Ça sentait déjà le roussi»

Les Bleus ont conscience de l'importance de ne pas manquer leur entrée dans l'Euro, lundi, contre l'Angleterre. Patrice Evra se souvient qu'en 2008, le nul concédé face à la Roumanie (0-0) avait compliqué la tâche d'emblée.


«Ça sentait déjà le roussi»

Les Bleus ont conscience de l'importance de ne pas manquer leur entrée dans l'Euro, lundi, contre l'Angleterre. Patrice Evra se souvient qu'en 2008, le nul concédé face à la Roumanie (0-0) avait compliqué la tâche d'emblée.

Aucune victoire pendant le Championnat d'Europe 2008. Pas mieux lors de la Coupe du monde 2010. Pour retrouver trace d'un succès des Bleus dans une phase finale d'une grande compétition, il faut remonter au Mondial 2006 et à la demi-finale remportée (1-0) aux dépens du Portugal. La statistique a de quoi donner le vertige. Elle situe plutôt bien la place actuelle de l'équipe de France dans la hiérarchie internationale : 14e nation au classement FIFA. «Mais tout ça, c'est complètement oublié», assure Franck Ribéry, qui va même plus loin : «On recommence à faire peur». «Beaucoup de choses ont changé : le groupe, le staff...», appuie-t-il. La série de 21 matches sans défaite des Bleus abonde en ce sens.

Cette invincibilité, les joueurs de Laurent Blanc tiennent à la prolonger contre l'Angleterre, lundi pour leurs débuts à l'Euro. En l'agrémentant si possible d'un cinquième succès d'affilée après ceux obtenus face à l'Allemagne (2-1), l'Islande (3-2), la Serbie (2-0) et l'Estonie (4-0) en amical. «Pour moi, ce match est déjà décisif, souligne Patrice Evra. Pas parce que c'est l'Angleterre, mais parce que c'est le premier match. C'est le plus important de la compétition.» Le latéral gauche se souvient qu'en 2008 les Bleus avaient débuté l'épreuve par un nul contre la Roumanie (0-0). «Et ça commençait déjà à sentir le roussi... Si tu perds, tu vas déjà commencer à penser à l'élimination. Si tu fais nul, tu vas jouer le deuxième match avec la peur au ventre et commencer à vouloir faire des calculs. Donc non !»

Contre l'adversaire présumé le plus fort du groupe, celui que Samir Nasri n'hésite pas à qualifier de «favori», un nul n'apparaîtrait toutefois pas comme un si mauvais résultat. «L'important, surtout, c'est de ne pas perdre», rappelle Franck Ribéry, avec le Mondial 2006 dans un coin de sa tête. Tenue en échec dès son entrée en lice par la Suisse (0-0), l'équipe de France s'était extirpée de son groupe lors de la dernière journée à la faveur d'un succès contre le Togo (2-0). «Et après, on était parti comme des fusées, jusqu'à la finale». Yohan Cabaye ne voit pas si loin, «parce qu'on me prendrait pour un fou si je disais ça». Samir Nasri, davantage : «Si on bat l'Angleterre, la confiance sera de nouveau au rendez-vous et on sera difficile à battre».

Dernières actualités

  • 18/04/2014 07:46 - l’Equipe

    Devant Marco Mattiaci, nommé cette semaine à la tête de Ferrari, Fernando Alonso a dominé les essais libres 1 du Grand Prix de Chine vendredi. L'Espagnol a devancé Nico Rosberg (Mercedes) et Daniel Ri...

  • 17/04/2014 23:18 - l’Equipe

    Dunkerque se rapproche du premier titre de champion de France de son histoire. Trois semaines après être allé battre le Paris-SG (27-25), les Nordistes se sont imposés sur le terrain de Montpellier (2...

  • 18/04/2014 07:50 - l’Equipe

    Un an après leur confrontation en finale de Coupe de la Ligue, Saint-Etienne retrouve Rennes vendredi (20h30) et espère le même dénouement heureux. Les Verts ont quelques bonnes raisons d'y croire.

  • 17/04/2014 18:11 - l’Equipe

    La parole de Jordan Ayew, buteur et passeur décisif face à Toulouse (2-0), est rare. Avant le déplacement de Sochaux à Reims ce dimanche (17h00), l'international ghanéen a accepté d'évoquer l'actualit...

  • 18/04/2014 02:03 - l’Equipe

    Vainqueur de Paris-Camembert, Bryan Coquard (Europcar) va découvrir l'Amstel Gold Race dimanche et espère apprendre vite : « J'espère être acteur dans le final», explique le puncheur de 21 ans.

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

«Ça sentait déjà le roussi»Les Bleus ont conscience de l'importance de ne pas manquer leur entrée dans l'Euro, lundi, contre l'Angleterre. Patrice Evra se souvient qu'en 2008, le nul concédé face à la Roumanie (0-0) avait compliqué la tâche d'emblée.www.lequipe.fr2012-06-08T19:23:002012-06-08T19:23:00Les Bleus ont conscience de l'importance de ne pas manquer leur entrée dans l'Euro, lundi, contre l'Angleterre. Patrice Evra se souvient qu'en 2008, le nul concédé face à la Roumanie (0-0) avait compliqué la tâche d'emblée.Aucune victoire pendant le Championnat d'Europe 2008. Pas mieux lors de la Coupe du monde 2010. Pour retrouver trace d'un succès des Bleus dans une phase finale d'une grande compétition, il faut remonter au Mondial 2006 et à la demi-finale remportée (1-0) aux dépens du Portugal. La statistique a de quoi donner le vertige. Elle situe plutôt bien la place actuelle de l'équipe de France dans la hiérarchie internationale : 14e nation au classement FIFA. «Mais tout ça, c'est complètement oublié», assure Franck Ribéry, qui va même plus loin : «On recommence à faire peur». «Beaucoup de choses ont changé : le groupe, le staff...», appuie-t-il. La série de 21 matches sans défaite des Bleus abonde en ce sens.Cette invincibilité, les joueurs de Laurent Blanc tiennent à la prolonger contre l'Angleterre, lundi pour leurs débuts à l'Euro. En l'agrémentant si possible d'un cinquième succès d'affilée après ceux obtenus face à l'Allemagne (2-1), l'Islande (3-2), la Serbie (2-0) et l'Estonie (4-0) en amical. «Pour moi, ce match est déjà décisif, souligne Patrice Evra. Pas parce que c'est l'Angleterre, mais parce que c'est le premier match. C'est le plus important de la compétition.» Le latéral gauche se souvient qu'en 2008 les Bleus avaient débuté l'épreuve par un nul contre la Roumanie (0-0). «Et ça commençait déjà à sentir le roussi... Si tu perds, tu vas déjà commencer à penser à l'élimination. Si tu fais nul, tu vas jouer le deuxième match avec la peur au ventre et commencer à vouloir faire des calculs. Donc non !»Contre l'adversaire présumé le plus fort du groupe, celui que Samir Nasri n'hésite pas à qualifier de «favori», un nul n'apparaîtrait toutefois pas comme un si mauvais résultat. «L'important, surtout, c'est de ne pas perdre», rappelle Franck Ribéry, avec le Mondial 2006 dans un coin de sa tête. Tenue en échec dès son entrée en lice par la Suisse (0-0), l'équipe de France s'était extirpée de son groupe lors de la dernière journée à la faveur d'un succès contre le Togo (2-0). «Et après, on était parti comme des fusées, jusqu'à la finale». Yohan Cabaye ne voit pas si loin, «parce qu'on me prendrait pour un fou si je disais ça». Samir Nasri, davantage : «Si on bat l'Angleterre, la confiance sera de nouveau au rendez-vous et on sera difficile à battre».«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»«Ça sentait déjà le roussi»