Mise à jour : dimanche 16 septembre 2012 02:15 | Par l’équipe, l’équipe

«Ça ne peut pas continuer»



Après sa troisième défaite de la saison encaissée à Bordeaux, samedi soir (30-22), le Stade Français va tout faire pour sortir de cette mauvaise passe.Richard Pool-Jones (manageur du Stade Français): «Depuis le début de saison, on a l'impression que le travail effectué dans la semaine n'est pas récompensé. La preuve, on est 13e, on prend note, on sera largement critiqué. Nous sommes un club particulièrement serré, soudé, nous avons surtout le désir de travailler encore plus, d'aller vers l'avant, ensemble. On est une équipe qui est en train de naître dans la difficulté. Il y a beaucoup de choses qui n'ont pas souri, ça ne peut pas continuer. Si on continue d'avoir l'engagement physique montré par les joueurs qui ont porté le maillot du club, cela va finir par passer. On va analyser à tête reposée dès dimanche, on va voir les images du match, on le fera ensemble de façon lucide, pesé. Il n'y a pas de panique, nous sommes déçus, pas abattus, au contraire, on est très décidés et déterminés pour reprendre de la façon la plus efficace possible. Treizième, même si on est en début de saison, ce n'est pas la place du club par rapport à nos ambitions.»Raphaël Ibanez (manageur de Bordeaux-Bègles) : «Ce groupe s'est donné un peu plus de confiance dans son approche du match, il y a eu de la précision, de la maîtrise, de la lucidité et tout le mérite revient à la charnière. J'ai été très dur en début de Top 14 avec Camille Lopez, je dois vous avouer qu'aujourd'hui, il peut être fier de sa performance, il a fait preuve de beaucoup de constance, d'application, il a été impeccable et quand on a des joueurs qui ont autant d'influence sur le jeu et leurs coéquipiers, cela a une plus-value sur tout le groupe. La première mi-temps méritait un recadrage, on perdait la bataille des rucks, le Stade Français était assez agressif. Avec un peu plus d'engagement, on a vite vu qu'en 2e mi-temps, cela a pu se libérer et nos joueurs ont pu exprimer un certain talent dans la ligne des trois quarts. On a trouvé dans ce match des instants de courage, de générosité, de solidarité, certains éclairs qui dénotent un certain talent. Après, on est un peu inconstant, c'est assez inégal.»

Dernières actualités

  • 29/07/2014 15:56 - l’Equipe

    Grâce notamment à un triplé d'Ibrahimovic, le PSG n'a fait qu'une bouchée de Kitchee (6-2), ce mardi en amical. La formation de Laurent Blanc est prête pour le Trophée des champions, samedi contre Gui...

  • 29/07/2014 14:16 - l’Equipe

    Dans l'attente d'un départ, l'attaquant marseillais Jordan Ayew s'entraînait seul depuis une semaine. Après avoir signé lundi soir pour quatre ans à Lorient, il a évoqué ce mardi midi son transfert, e...

  • 29/07/2014 10:39 - l’Equipe

    Antoine Griezmann, transféré de la Real Sociedad vers l'Atético Madrid, a adressé une lettre d'adieu pleine d'émotion à son ancien club. Celui qui a rejoint le Pays basque à l'âge de 13 ans sait ce qu...

  • 29/07/2014 10:03 - l’Equipe

    Serena Williams va disputer son premier match depuis le mystérieux malaise de Wimbledon. L'Américaine affirme avoir retrouvé ses moyens.

  • 29/07/2014 12:17 - l’Equipe

    Contraint de délocaliser ses rencontres "à domicile" de la saison 2014-2015 en raison de la rénovation du stade Bollaert-Delelis pour l'Euro 2016, le Racing club de Lens jouera à Amiens et au Stade de...

Les vidéos sport

RemonterDescendre

Publicité

«Ça ne peut pas continuer»l’équipel’équipe2012-09-16T00:13:002012-09-16T00:15:00Après sa troisième défaite de la saison encaissée à Bordeaux, samedi soir (30-22), le Stade Français va tout faire pour sortir de cette mauvaise passe.Richard Pool-Jones (manageur du Stade Français): «Depuis le début de saison, on a l'impression que le travail effectué dans la semaine n'est pas récompensé. La preuve, on est 13e, on prend note, on sera largement critiqué. Nous sommes un club particulièrement serré, soudé, nous avons surtout le désir de travailler encore plus, d'aller vers l'avant, ensemble. On est une équipe qui est en train de naître dans la difficulté. Il y a beaucoup de choses qui n'ont pas souri, ça ne peut pas continuer. Si on continue d'avoir l'engagement physique montré par les joueurs qui ont porté le maillot du club, cela va finir par passer. On va analyser à tête reposée dès dimanche, on va voir les images du match, on le fera ensemble de façon lucide, pesé. Il n'y a pas de panique, nous sommes déçus, pas abattus, au contraire, on est très décidés et déterminés pour reprendre de la façon la plus efficace possible. Treizième, même si on est en début de saison, ce n'est pas la place du club par rapport à nos ambitions.»Raphaël Ibanez (manageur de Bordeaux-Bègles) : «Ce groupe s'est donné un peu plus de confiance dans son approche du match, il y a eu de la précision, de la maîtrise, de la lucidité et tout le mérite revient à la charnière. J'ai été très dur en début de Top 14 avec Camille Lopez, je dois vous avouer qu'aujourd'hui, il peut être fier de sa performance, il a fait preuve de beaucoup de constance, d'application, il a été impeccable et quand on a des joueurs qui ont autant d'influence sur le jeu et leurs coéquipiers, cela a une plus-value sur tout le groupe. La première mi-temps méritait un recadrage, on perdait la bataille des rucks, le Stade Français était assez agressif. Avec un peu plus d'engagement, on a vite vu qu'en 2e mi-temps, cela a pu se libérer et nos joueurs ont pu exprimer un certain talent dans la ligne des trois quarts. On a trouvé dans ce match des instants de courage, de générosité, de solidarité, certains éclairs qui dénotent un certain talent. Après, on est un peu inconstant, c'est assez inégal.»