jeudi 12 avril 2012 17:07
Une candidature de la France pour les JO de 2024 ?

J.O de 2024



J.O de 2024 (© Reuters)
Suivant
Précédent
Précédent1 de 16Suivant
Partager cet article

J.O de 2024

"Pour moi, la bonne candidature c'est 2024" a lancé Nicolas Sarkozy aux sportifs qui l'entouraient à Domont, dans le Val-d'Oise, lors de son déplacement de campagne, jeudi 12 avril.

En déplacement à Domont, dans le Val-d'Oise, jeudi 12 avril, Nicolas Sarkozy a exprimé son souhait d'une candidature de la France pour les Jeux Olympiques de 2024. Le candidat a estimé que c'était "la bonne date", 100 après les derniers J.O d'été qui se sont tenus en France en 1924. "Ca ne doit pas être une candidature de témoignage, sans qu'il y ait de vexation à l'égard de qui que ce soit, ça doit être une candidature pour gagner. Pour moi, la bonne candidature c'est 2024", a-t-il expliqué aux sportifs qu'il a rencontré.

Lors de cette discussion, Nicolas Sarkozy a, par ailleurs, regretté le manque de grands équipements sportifs en France. Il souhaite faciliter leur construction et leur financement, ainsi que la signature d'un "schéma national d'aménagement" entre Etat et collectivités.

Nicolas Sarkozy s'est ensuite rendu au centre culturel et sportif Lionel Tardy de Saint-Brice-sous-Forêt, dans le Val d'Oise, après son échange avec les sportifs du club de Domont, la commune voisine.
La salle, avec quelques 2.000 personnes selon l'UMP, avait été chauffée pendant une trentaine de minutes par Jérôme Chartier, député-maire UMP de Domont et David Douillet, ministre des Sports.

Pendant une bonne heure de réunion publique, le candidat a aussi abordé les thèmes favoris de sa campagne : le travail et l'immigration.

Nicolas Sarkozy, au cours de son intervention, a tapé sur le candidat et le programme socialiste sans relâche : "J'ai entendu un candidat dire qu'il ne tiendrait pas compte des marchés. Ne pas tenir compte des marchés ça n'a pas de sens, si vous voulez ne pas tenir compte des marchés je vais vous donner un bon conseil : remboursez vos dettes, réduisez vos déficits et vous n'aurez pas besoin que quelqu'un vienne vous prêter de l'argent", lui a conseillé Nicolas Sarkozy.
Jeudi, François Hollande avait déclaré qu'il ne laisserait "aucune place" aux marchés financiers s'il était élu.
Enfin, celui qui se targue de ne pas "avoir mis la poussière sous le tapis" a attaqué la gauche au sens large sur la question énergétique : "pourquoi vouloir détruire notre filière nucléaire qui nous permet de payer 35% moins cher notre électricité ? ". "S'il s'agit de faire plaisir à madame Joly, cela fait cher le plaisir !", a-t-il ironisé.

Il a terminé son discours en donnant rendez-vous aux Français, dimanche 15 avril, à la Concorde d'où il doit tenir un grand meeting

Voir aussi :

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Lutte contre le chômage : seriez-vous favorable à la suppression de 2 jours fériés ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1.  
    24 %
    Oui
    22 442 Votes
  2. 74 %
    Non
    69 750 Votes
  3.  
    2 %
    Sans opinion
    2 264 Votes

Réponses: 94 456
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

Le dernier JT

le top

recommandations

On en parle sur twitter

Aucun tweet(s) disponible(s). Essayez svp plus tard