samedi 14 juillet 2012 18:30
Défilé : démonstration de force

Défilé : démonstration de force



Défilé : démonstration de force (© Reuters)
Suivant
Précédent
Précédent1 de 48Suivant
Partager cet article

Défilé : démonstration de force
François Hollande, nouveau chef des Armées, a présidé son premier défilé du 14 Juillet. A bord d'un véhicule de commandement, le chef de l'Etat a passé en revue les troupes rassemblées sur la Place de l'Etoile avant de descendre les Champs-Elysées. Le président a ensuite pris place dans la tribune présidentielle Place de la Concorde, aux côtés de la plupart des membres du gouvernement et de sa compagne Valérie Trierweiler. Au total, 4.950 hommes et femmes des trois armées et de la Sécurité civile ont participé cette année au défilé sur le thème des armées "au service de la Nation et de la paix dans le monde", avec à l'honneur les casques bleus qui servent dans le cadre des forces de l'ONU et les troupes rentrant d'opération extérieures (Opex). 241 chevaux, 450 véhicules et 82 motos ont également été mobilisés pour le défilé au sol et 66 avions, 32 hélicoptères ont participé au défilé aérien.
Une dizaine de parachutistes de l'équipe de France militaire ont effectué un saut acrobatique en clôture du défilé aérien, avec atterrissage programmé devant la tribune officielle. L'un d'eux s'est légèrement blessé à l'atterrissage. Après quelques minutes et l'intervention des premiers secours, le président François Hollande est allé prendre des nouvelles du militaire touché à la jambe droite. "Désolé. Je suis passé derrière la dépression de mon camarade, il y avait beaucoup de turbulences", a expliqué le parachutiste, encore allongé au sol. "Soignez le bien", a lancé le chef de l'Etat aux médecins et secouristes.
A l'issue des cérémonies, le président s'est entretenu avec des soldats blessés en opération et des familles de militaires morts en mission, principalement en Afghanistan.
Enfin, vers 13H15, le chef de l'Etat a renoué avec la traditionnelle interview télévisée du 14 juillet. Un rituel qui avait été abandonné par son prédécesseur à l'Elysée, Nicolas Sarkozy.

Voir aussi :

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Faut-il supprimer les 35 heures ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1.  
    49 %
    Oui
    34 585 Votes
  2.  
    47 %
    Non
    32 605 Votes
  3.  
    4 %
    Sans opinion
    2 809 Votes

Réponses: 69 999
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

Le dernier JT

le top

recommandations

On en parle sur twitter

Aucun tweet(s) disponible(s). Essayez svp plus tard