Le sénateur d'Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) Jean-Vincent Placé à l'Assemblée le 16 novembre 2011

Au lendemain d'une journée de confusion autour du sort réservé au combustible Mox dans l'accord avec le PS, le proche de Cécile Duflot, numéro un d'Europe Ecologie-Les Verts, a déclaré avoir lui-même rédigé, avec l'ex-ministre socialiste Michel Sapin, "un passage très précis qui est dans ce texte".

"J'ai passé un mois avec grand plaisir avec en particulier Michel Sapin, le négociateur programmatique principal, ami, bras droit de François Hollande", avec lequel "nous avons rédigé dans les derniers jours ce passage très précis qui est dans ce texte".

"J'ai eu au téléphone moi-même Michel Sapin à 17H00", "cette partie du texte est là", a affirmé M. Placé.

Comme on lui faisait observer qu'il était difficile de comprendre la situation, puisque le passage sur le Mox a disparu de l'accord après avoir été soumis au bureau national du PS mardi soir, M. Placé a admis: "moi-même je ne comprends pas".

Mais "je n'ai pas envie de m'empêtrer là-dedans", a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, autour de François Hollande, il y a un entourage très, très productiviste, très, très pro-nucléaire et qui commence à devenir extrêmement arrogant", a-t-il accusé.

"Je dis clairement que si cette candidature socialiste est au deuxième tour à la présidentielle, il ne manquera pas une voix des écologistes pour faire battre Nicolas Sarkozy", a cependant affirmé le sénateur. "Après , c'est quelle forme de présidence on veut ?"

"Si il y a des petits amis à lui qui mettent du blanco sur des textes vus par la Première secrétaire du PS et la secrétaire nationale d'EELV, ce n'est pas un bon début. Ca peut même être le début de la fin", a-t-il averti.