Ryan Reynolds lors de la conférence de presse de présentation, au festival de Toronto, le 13 septembre 2010, du film "Buried" dont il est l'acteur

"Je ne me plaindrai plus jamais sur un tournage, aussi longtemps que je vivrai", a dit Reynolds ("X-Men Origins: Wolverine" et "La Proposition"), que le thriller voit rester 90 minutes dans un cercueil alors que son oxygène s'épuise graduellement.

"C'était dur", a-t-il résumé, évoquant "tout un spectre d'émotions humaines" ressenties par le héros au cours d'une conférence de presse en présence de l'auteur du scénario Chris Sparling et du metteur en scène Rodrigo Cortes ("Le Concurrent").

En tournant la première scène, Reynolds a perdu sa voix. "Cela a donné une étrange tonalité à ma voix et m'a forcé à la garder ensuite pendant 16 jours de tournage".

"Je me levais le matin, mettais une serviette sur mon visage et hurlais jusqu'à ce que je sois tout rouge et que mes cordes vocales soient déchirées", a-t-il raconté.

Le dernier jour a été marqué par un moment amusant, quand des infirmiers se sont installés à côté des caméras pour le secourir en cas de besoin, a raconté l'acteur. Dans la scène à tourner, le cercueil du héros allait se remplir de sable, l'étouffant potentiellement.

En fait, il a pu respirer mais, comme il s'exprimait "sur un ton fiévreux", l'équipe inquiète a arraché à plusieurs reprises le couvercle du cercueil. Du coup, il a fallu reprendre la scène à plusieurs reprises. "C'était drôle", a dit Reynolds sèchement.

Chris Sparling a expliqué qu'il était parti pour écrire le scénario d'un film minimaliste à budget réduit et avait fini par en produire un de 79 pages.

Les 17 jours de tournage ont finalement coûté quelques millions de dollars. Sept cercueils ont été construits pour permettre des prises d'images sous des angles variés.