dimanche 17 juin 2012 17:58
Syrie : le spectre d'un nouveau massacre

Syrie : le spectre d'un nouveau massacre



Syrie : le spectre d'un nouveau massacre (© Reuters)
Suivant
Précédent
Précédent1 de 40Suivant
Partager cet article

Syrie : le spectre d'un nouveau massacre
La situation va de mal en pis en Syrie, où les observateurs de l'ONU ont suspendu leur mission en raison de "l'intensification des violences", qui fait craindre à l'opposition un "nouveau massacre" à Homs. L'armée syrienne a en effet repris samedi 16 juin son pilonnage violent dans ce bastion de la révolte, où plus de mille familles sont prises au piège. Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a averti qu'un nouveau massacre se profilait, affirmant que 30.000 soldats et membres de milices pro-gouvernementales assiégeaient la ville. Sur place, un militant assure que si les troupes entrent dans les quartiers encerclés, "elles massacreront toutes les personnes s'y trouvant". La ville est ravagée par les destructions, les rues sont vides et les bâtiments incendiés. "Nous n'avons plus de lait pour les enfants, ni eau ni électricité", se plaint une mère de deux enfants dans une vidéo mise en ligne par des militants. "Nous n'avons pas peur, nous ne demandons ni argent ni armes, nous voulons juste sortir nos enfants d'ici", ajoute-t-elle.
Dans le reste du pays, les scènes se ressemblent selon les observateurs. Dans la province d'Alep (nord), un civil a péri à l'aube dans les bombardements de la localité d'Abine que les forces gouvernementales tentent de contrôler. Dans la province de Damas, à la pointe de la rébellion contre le régime, des combats violents se sont déroulés entre insurgés et soldats dans la localité de Mleiha. Un civil a péri sous les tirs des forces de sécurité à Misraba, et un autre à Nahr Aïché, dans la même province. Au total, rien que samedi, 69 personnes, dont 51 civils, ont été tuées.

L'ONU jette l'éponge face aux violences
Des violences qui ont poussé les observateurs de l'ONU à se retirer. Le général norvégien Robert Mood, chef des observateurs, a annoncé samedi "la suspension" de leur mission en Syrie, en raison de "l'intensification de la violence" et des "risques encourus".
Les 300 observateurs militaires non armés de l'ONU sont chargés de surveiller la trêve instaurée le 12 avril en Syrie mais quotidiennement violée depuis. Leur présence avait été avalisée par le vote de deux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Depuis le début de leur mission, courant avril, ils ont été la cible de violences à plusieurs reprises. Leur présence n'a pas non plus empêchée les exactions du régime syrien.

Malgré les massacres, le commerce d'armes continue
Au-delà des cris d'indignation que suscite le cortège d'atrocités en Syrie, la diplomatie des Occidentaux peine à masquer leur désarroi et leur impuissance.
"Il y a des livraisons d'armes, et il y en a vers les deux côtés" du conflit en Syrie, a commenté le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui a assuré devant la presse que si d'aventure des équipements militaires français vendus à la Russie se retrouvaient en Syrie, "cela nous amènerait à réagir immédiatement". La France demande l'arrêt complet des fournitures d'armes au pouvoir syrien, comme cela avait été fait en avril, lors d'une réunion internationale sur les sanctions, organisée à Paris.
Parallèlement, le dossier syrien devrait être au menu des entretiens du président américain Barack Obama avec ses homologues russe Vladimir Poutine et chinois Hu Jintao, alliés de Damas, la semaine prochaine en marge du G20.
En quinze mois d'insurrection, plus de 14.400 personnes ont trouvé la mort, et des dizaines de milliers sont torturées en prison.

Voir aussi :


publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Rythmes scolaires : comprenez-vous les maires récalcitrants ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1. 77 %
    Oui
    41 167 Votes
  2.  
    19 %
    Non
    10 457 Votes
  3.  
    4 %
    Sans opinion
    2 057 Votes

Réponses: 53 681
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

Le dernier JT

le top

recommandations

On en parle sur twitter

Aucun tweet(s) disponible(s). Essayez svp plus tard