mercredi 31 août 2011 10:29
Japon : la menace nucléaire

Le combustible nucléaire pourrait avoir percé les cuves des réacteurs de la centrale



Le combustible nucléaire pourrait avoir percé les cuves des réacteurs de la centrale (© Ouvriers vérifiant les indicateurs de pression dans un des réacteurs (c) Reuters)
Suivant
Précédent
Précédent
  • Japon : la menace nucléaire (© ©Reuters)
  • Des employés à la cantrale de Fukushima (© TEPCO / AFP / Archives)
  • Le combustible nucléaire pourrait avoir percé les cuves des réacteurs de la centrale (© Ouvriers vérifiant les indicateurs de pression dans un des réacteurs (c) Reuters)
  • Deux ouvriers sont entrés dans le bâtiment du réacteur n°1 (© Photo d'un réacteur endommagé à Fukushima fournie par Tepco © AFP)
  • L'accident nucléaire élevé au niveau 7 (© Policiers respectant une minute de silence à quelques kilomètres de Fukushima © Reuters)
  • Fuites d'eau à la centrale d'Onagawa (© Vue aérienne de la centrale d'Onagawa dans la préfecture du Miyagi © Reuters)
  • Du plutonium dans le sol (© Photo livrée par Tepco d'ouvriers à l'extérieur de la centrale de Fukushima Daiichi / Reuters)
  • Tepco demande de l'aide à la France (© Reuters)
Suivant
Ouvriers vérifiant les indicateurs de pression dans un des réacteurs (c) ReutersAfficher les vignettes
Précédent3 de 30Suivant
Partager cet article

Mardi 7 juin, 19h

Selon le Yomiuri Shimbun, le plus grand journal nippon, le gouvernement japonais va informer l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) que le combustible nucléaire en fusion pourrait avoir percé la cuve sous pression des réacteurs 1, 2 et 3 et s'être accumulé au fond de l'enceinte de confinement qui entoure la cuve. Chacune de ces cuves est entourée d'une enceinte de confinement reposant sur une dalle de béton de huit mètres d'épaisseur.

Toutes ces données restent toutefois des suppositions, les techniciens n'ayant pas la possibilité de voir l'état réel de l'intérieur des réacteurs.

L'Agence japonaise de la sûreté nucléaire a d'autre part multiplié par deux son estimation de la quantité de particules radioactives émises dans l'atmosphère pendant la première semaine suivant l'accident à Fukushima Daiichi (N°1), le plus grave depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986. Elle pense que 770.000 terabecquerels se sont échappés des réacteurs endommagés et non pas 370.000 terabecquerels comme estimé précédemment. Une autre commission gouvernementale avait toutefois d'emblée évalué à 630.000 terabecquerels la radioactivité émise à la suite des explosions d'hydrogène et par les panaches de vapeur. Ces niveaux sont inférieurs à ceux relevés à Tchernobyl.

Les experts soulignent en outre que la majeure partie des particules ont été emportées par les vents vers l'océan Pacifique, sans survoler les zones habitées. Tepco espère parvenir d'ici janvier à refroidir progressivement le combustible et à le maintenir sous la barre des 100 degrés Celsius, étape cruciale pouvant mener à une sortie de crise à Fukushima. Le gouvernement japonais a par ailleurs indiqué qu'il allait procéder à des contrôles de radioactivité des zones de baignade en mer, en rivière et dans les lacs.

(AFP)

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Est-ce une bonne chose d'autoriser les manifestations pro-palestiniennes ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1.  
    29 %
    Oui
    19 140 Votes
  2. 66 %
    Non
    43 464 Votes
  3.  
    5 %
    Sans opinion
    3 232 Votes

Réponses: 65 836
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

Le dernier JT

le top

recommandations

On en parle sur twitter