Les deux tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001 à New York, viennent d'être percutées chacune par un avion de ligne

Selon un résumé du document de 226 pages publié par la cour des Comptes américaine (GAO), le ministère "continue sa maturation" mais "davantage de travail reste à effectuer pour que le département de la Sécurité intérieure réponde aux lacunes et aux faiblesses dans ses efforts opérationnels actuels".

Le texte précise que le département doit encore "renforcer l'efficacité de son action pour atteindre son meilleur potentiel".

Parmi les domaines désignés par le rapport comme pouvant être améliorés figure la sécurité aux frontières. Un meilleur contrôle des entrées est possible grâce à la mise en place de la biométrie, selon le rapport, mais le contrôle de la sortie des personnes entrées légalement reste insuffisant.

La sécurité aérienne a aussi été améliorée avec le filtrage des passagers, mais, toujours selon la GAO, le département n'a "pas de plan" pour un contrôle des bagages à la hauteur des "exigences de détection des explosifs sophistiqués".

La GAO estime aussi que le ministère doit "renforcer son action" en terme de préparation et de réponse aux risques, y compris pour les catastrophes naturelles.

En outre, des efforts restent à effectuer dans le domaine des menaces d'ordre nucléaire, biologique ou chimique.

Selon le rapport, le département doit aussi faire des efforts pour "mettre en place des partenariats et renforcer le partage et l'utilisation d'informations", l'une des grosses lacunes de la sécurité des Etats-Unis avant le 11-Septembre.

Mercredi, devant la commission de la Sécurité intérieure du Sénat, Jane Holl Lute, secrétaire adjointe à la Sécurité intérieure, a estimé que "de grands progrès avaient été effectués au département et dans le pays" depuis sa création en 2003.

La responsable a aussi assuré que le travail de la GAO avait par le passé aidé le ministère à améliorer son fonctionnement. "Même si nous avons fait des beaucoup de progrès, nous savons que nous devons continuer à nous améliorer", a-t-elle reconnu.

Parallèlement, le ministère doit faire face à l'austérité alors que les dépenses fédérales sont revues à la baisse. Le budget du département de la sécurité intérieure est de 55 millions de dollars pour l'exercice budgétaire 2011 contre 62 millions l'année précédente.