Le marché du sexe est en pleine expansion en Espagne, cet établissement en est la preuve. Il s'agit de la plus grande maison close d'Europe. Elle s'étend sur une surface de 2700 m2, comprend deux salles de spectacle, 120 chambres et 150 filles.


Coût total de l'investissement : 3 millions d'euros pour sa construction. Plus de quarante employés ont déjà été recrutés. Le propriétaire, Jésus Moreno est plutôt confiant quant à l'amortissement rapide de ce haut-lieu du plaisir.


En effet, il mise énormément sur une grande fréquentation de la clientèle française. Car au regard des maisons closes concurrentes comme le Dallas, qui compte près de 500 clients chaque soir, 90% de la clientèle vient de France.

« La proximité avec la frontière nous aidera à attirer beaucoup de clients français », expliquait le propriétaire, José Moreno.


Ceci est logique et s'explique au-delà de la proximité géographique par les différences de législations entre la France et l'Espagne.

Le racolage sur la voie publique étant interdit en France et la prostitution est tolérée en Espagne.

Les propriétaires ont le droit de louer des chambres aux prostituées, mais pas de prélever une part des leurs revenus, ce qui serait considéré comme du proxénétisme.


On ne peut pas douter du succès de ce type de lieu chez les frontaliers français ou chez les touristes.


Cependant cette maison close surnommée « plus grand bordel d'Europe » ne fait pas que des heureux. A commencer par le maire de la Jonquera où existent déjà plusieurs « puticlubs » comme ils sont souvent désignés en Espagne. Il a tenté à plusieurs reprises de bloquer la construction de l'établissement.


Jordi Cabezas, maire de la Jonquera avait mis en garde les autorités sur les possibles conséquences de sécurité et d'ordre public de la création d'un tel lieu dans une petite ville de 3000 habitants.


Malgré son opposition, la justice a fini par autoriser la construction du Paradise.


Jordi Cabezas expliquait: « Tout le village a assumé le fait que la maison close ouvrira. C'est surtout la prostitution en bord des routes et dans la rue qui nous préoccupe désormais, plus que ce club qui s'installe dans une zone industrielle. »


Une soirée tout compris dans le Paradise, location de la chambre, boissons coûte entre 100 et 150 euros. A titre de comparaison, une passe dans une voiture ou à l'arrière d'une camionnette varie de 40 à 100 euros en France.


La série de Canal plus « Maison Close » avait remis sur le devant de la scène la question très discutée de l'ouverture des « maisons de passe » en France.

On peut penser que l'ouverture du plus grand complexe de « prostitution » en Europe à proximité de nos frontières puisse raviver les passions.

Maison close : le Paradise en Espagne dans le JT M6