L'arme d'un traficant de drogue, le 31 août 2010 à Mexico

La criminalité organisée a augmenté "jusqu'à prendre des proportions mondiales", a déclaré son directeur Youri Fedotov dans un communiqué diffusé à l'occasion de l'ouverture d'une réunion de bilan sur la convention de Palerme contre le crime organisé.

Dans le détail, la cocaïne et l'héroïne rapportent 105 milliards de dollars par an, soit plus de 75 milliards d'euros, selon le rapport annuel de l'ONUDC, dont le siège est à Vienne.

Le trafic d'êtres humains, migrants ou travailleurs du sexe, rapporte aux organisations criminelles près de 10 milliards de dollars (7 milliards d'euros).

De nouveaux trafics se développent, comme le commerce illégal de ressources naturelles (3,5 milliards de dollars, 2,5 milliards d'euros), la contrefaçon de médicaments (1,6 milliards de dollars, 1,15 milliards d'euros) ou la cyber-criminalité (1 milliard de dollars, 700 millions d'euros).

Selon M. Fedotov, la convention de Palerme, qui vise à faciliter la coopération entre Etats au niveau de la police et de la justice pour lutter contre le crime organisé, est un instrument puissant mais pas suffisamment utilisé.

"Nous avons également besoin d'une réponse globale qui renforce la résistance au crime organisé sur ses lieux d'origine, le long des routes du trafic et aux destinations finales des biens illégaux", a encore déclaré M. Fedotov.

Les 157 Etats qui ont ratifié la convention de Palerme de lutte contre le crime organisé transnational, adoptée en 2000, se réunissent jusqu'à vendredi à Vienne pour faire un bilan de l'application de cet accord.