Mise à jour : mercredi 20 mars 2013 20:15 | Par M6&MSN Actualités avec AFP
Rythmes scolaires : l'éternel débat

Rythmes scolaires : le soutien de Bertrand Delanoë



Rythmes scolaires : le soutien de Bertrand Delanoë (© Sipa Press)
Suivant
Précédent
Précédent7 de 27Suivant
Partager cet article

Rythmes scolaires : le soutien de Bertrand Delanoë

Bertrand Delanoë a apporté son soutien à la prochaine réforme des rythmes scolaires. Le maire de Paris a organisé le 18 février une réunion publique en présence des syndicats d’enseignants. Le rassemblement s’est déroulé dans une ambiance houleuse et tendue, mais Bertrand Delanoë est resté ferme sur ses positions. S’il peut mettre en place la semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2013, il le fera.

"Ou vous m'aurez convaincu de ne rien faire, et je ne proposerai pas la réforme pour septembre 2013. Ou je penserai que malgré les oppositions, les blocages, on peut faire une réforme qui soit un progrès pour tous", a ainsi lancé le maire de Paris aux syndicats opposés à cette réforme. "J'ajoute que si ce vote intervenait fin mars, je reprendrai encore la concertation et les négociations pour permettre même aux syndicats qui auraient été contre ma décision d'enrichir autant que possible cette réforme".

Plus de concertation

"Je ferai tout pour faire réussir l'école à Paris, je crois que c'est encore possible mais pour que ce soit possible, il faudrait que certains soient un peu plus constructifs ", a continué Bertrand Delanoë, s’adressant à certaines personnes de l'auditoire particulièrement virulentes. Cette réunion a en effet été entrecoupée à de nombreuses reprises par les sifflets de l’auditoire, comptant de nombreux enseignants du primaire, très remontés contre la réforme.

Cette réponse de Bertrand Delanoë a provoqué la colère d’une partie du public qui a quitté la salle, dont le syndicaliste Jean-François Fontana (Sud-éducation). Pour le maire de Paris, ils n'était pas représentatif de tous les points de vue exprimés et du dialogue instauré avec les syndicats au cours des réunions de travail.

Lyon attendra 2014

Contrairement à Paris, la ville de Lyon a pour sa part décidé d'attendre 2014 pour mettre en place la semaine de 4,5 jours.

"Plutôt que de rater la réforme en 2013, on veut la réussir en 2014", a ainsi déclaré Gérard Collomb le 19 février. Le maire de Lyon affirme soutenir cette réforme, qui fait "consensus" selon lui. Mais les difficultés pour s'organiser rapidemment seraient trop grandes. "Il faut du temps pour que les choses puissent se faire de manière efficace"; a-t-il enchaîné.

Cette réforme des ryhtmes scolaires devraient coûter à Lyon 5 millions d'euros lors de la première année, 7 millions pour la deuxième et 8 millions pour la troisième.

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Air France a-t-elle eu raison de suspendre le développement de son projet de compagnie low cost ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1.  
    26 %
    Oui
    20 963 Votes
  2.  
    63 %
    Non
    50 263 Votes
  3.  
    11 %
    Sans opinion
    8 386 Votes

Réponses: 79 612
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

Le dernier JT

le top

recommandations

On en parle sur twitter

Aucun tweet(s) disponible(s). Essayez svp plus tard