mardi 3 novembre 2009 16:13
Les grandes affaires judiciaires non résolues

« Omar m’a tuer »



« Omar m’a tuer » (© ©AFP)
Suivant
Précédent
Précédent5 de 10Suivant
Partager cet article

Le 23 juin 1991, Ghislaine Marchal, une riche veuve de 65 ans, est tuée de plusieurs coups de couteau dans la chaufferie de sa villa. Une inscription, tracée avec du sang : « Omar m'a tuer ». Le jardinier, Omar Raddad, est condamné à 18 ans de prison, bien qu'il refuse d'avouer. L'homme clame son innocence, entame une grève de la faim, demande la révision du procès. Il n'obtiendra qu'une grâce partielle de Jacques Chirac, suite à une intervention du roi du Maroc en personne. Omar Raddad est libéré après sept années, mais il reste coupable. En 2001, deux ADN masculins n'appartenant pas à Raddad sont découverts, ce qui relance la thèse d'une tierce personne qui aurait cherché à faire accuser le jardinier. La cour de révision n'a pas souhaité accorder de second procès, malgré les doutes qui subsistent.

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Etes-vous prêt à sacrifier une journée de vacances pour éviter les bouchons ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1. 68 %
    Oui
    12 326 Votes
  2.  
    26 %
    Non
    4 668 Votes
  3.  
    6 %
    San opinion
    1 117 Votes

Réponses: 18 111
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

Le dernier JT

le top

recommandations

On en parle sur twitter

Aucun tweet(s) disponible(s). Essayez svp plus tard