Dominique Strauss-Kahn quitte le commissariat de Harlem le 15 mai 2011 dans une voiture de police

09H45 - "Un avant et un après" - "Je n'ai qu'un seul espoir, c'est qu'il soit innocenté et qu'il revienne lavé de tout soupçon" mais "pour la vie politique française, on sent bien qu'il y aura un avant et un après", déclare Manuel Valls (PS) sur RTL.

09H12 - "Justice" - La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot demande sur BMFTV-RMC "la justice pour la jeune femme qui a porté plainte pour des faits qui, s'ils sont avérés, sont très graves ; la justice pour Dominique Strauss Kahn qui bénéficie de la présomption d'innocence". "Je n'aime jamais faire de la politique fiction et encore moins aujourd'hui qu'un autre jour".

09H11 - Recul de la Bourse - La Bourse de Paris ouvre en recul de 1,01% pour passer sous les 4.000 points à 3.975,38 points, dans un marché secoué par l'affaire DSK, et inquiet des conséquences de l'arrestation du patron du FMI sur la zone euro.

09H10 - Violence des images - L'ancienne juge Eva Joly, candidate à la primaire d'Europe Ecologie-Les Verts pour 2012, souligne sur France Info "la violence" des images montrant DSK menotté. "Je pense qu'ils ne font pas la différence entre le directeur du FMI et n'importe quel autre suspect. C'est l'idée de l'égalité des droits aux Etats-Unis".

08H55 - "Mesure" - "J'ai dès hier contacté un certain nombre de mes amis de la direction de l'UMP pour leur demander de faire oeuvre de beaucoup de mesure voire de silence", dit le numéro un de l'UMP Jean-François Copé sur Europe 1. "Imaginer que cette image passe en boucle dans le monde entier est évidemment un sujet", ajoute-t-il en évoquant la sortie de DSK menotté du commissariat.

08H35 - Inquiétude boursière - La Bourse de Paris devrait ouvrir en recul dans un marché très fébrile après l'arrestation du président du FMI qui crée un nouvel élément d'incertitude sur les places financières. A une demi-heure de l'ouverture, le contrat à terme sur l'indice CAC 40 perd 0,70%.

08H20 - "Insoutenable" - "Dominique Strauss-Kahn est un ami que je connais depuis longtemps, les images de ce matin sont d'une cruauté insoutenable", estime le député PS de l'Essonne Manuel Valls. "Cela fait près de 30 ans que je fais de la politique" mais "je n'ai jamais vu cela et je n'ai jamais ressenti cela", affirme-t-il sur RTL. "J'avais les larmes aux yeux" en voyant DSK menotté, ajoute-t-il.

08H15 - Contrecoup monétaire - L'euro est en légère baisse face au dollar, les investisseurs craignant que l'arrestation du patron du FMI complique les efforts pour régler la crise de la dette en zone euro. Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris), la monnaie unique européenne vaut 1,4098 dollar, contre 1,4108 dollar vendredi soir.

08H00 - "Très graves" - La ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet estime sur Canal+ que les faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn sont "très graves" et que la "victime avérée, c'est la France".

05H45 - DSK COMPARAITRA LUNDI A 16H30 (HEURE DE PARIS) AU TRIBUNAL - Il se verra présenter les chefs d'inculpation qui pèsent contre lui. "Ce sera au juge" en charge de l'affaire de décider si M. Strauss-Kahn peut être libéré sous caution, et à quelles conditions, précise la police.

05H39 - Pas d'immunité diplomatique - Dominique Strauss-Kahn ne bénéficie pas de l'immunité diplomatique face aux accusations d'agression sexuelle qui pèsent contre lui, déclare à l'AFP un porte-parole de la police de New York.

L'image choc

05H15 - Fatigué - Le patron du Fonds monétaire international a l'air fatigué environ trente heures après son interpellation. Vêtu d'un pardessus noir, l'air sombre, il est monté à l'arrière d'une voiture de police banalisée, assis entre deux policiers. Il n'a pas dit un mot devant la foule des journalistes.

05H05 - DOMINIQUE STRAUSS-KAHN QUITTE MENOTTES AUX POIGNETS LE COMMISSARIAT DE HARLEM - Le patron du FMI est menotté dans le dos, précise le journaliste de l'AFP Stéphane Jourdain. Il est emmené vers une destination inconnue.

04H45 - LA COMPARUTION DE DSK DEVANT UN JUGE DE NEW YORK EST REPORTEE A LUNDI - Ce report doit permettre à la police de procéder à des analyses supplémentaires, annonce un des avocats du patron du FMI dimanche peu avant 22H45 (lundi 04H45 à Paris).

04H26 - DSK VA SE DEFENDRE "VIGOUREUSEMENT" CONTRE LES ACCUSATIONS, SELON SON AVOCAT - Il accepte de nouvelles "analyses" de la part de la police.

04H09 - LA POLICE OBTIENT UN NOUVEAU MANDAT POUR RECHERCHER DE L'ADN SUR LES VETEMENTS DE DSK - Les traces d'ADN recherchées pourraient être "des cheveux, du sperme", ou autre, précise John Grimpel, porte-parole de la police de New York (NYPD). La police souhaite obtenir un autre mandat pour réaliser une fouille corporelle. Cherche-t-elle des traces de griffures? M. Grimpel acquiesce: "oui, c'est ce qui se passe".

04H05 - De l'incrédulité à la consternation - "Incroyable, invraisemblable, inconcevable, impossible", s'exclament les éditorialistes de la presse française ce matin. Ils évoquent "le piège", "le coup tordu", le "coup de tonnerre" ou le scénario d'un polar. "Dominique Strauss-Kahn savait qu’il était lui-même son plus dangereux ennemi. DSK out, restent un champ de ruines et la primaire, plus que jamais nécessaire", écrit Libération. Pour Le Figaro, il est évident que DSK "ne sera pas le prochain président de la République française".

03H59 - L'euro en baisse - Conséquence de l'arrestation de DSK, la monnaie européenne chute sur les marchés des changes en Asie. Les investisseurs craignant que l'affaire ne complique les efforts pour régler la crise de la dette en zone euro.

03H50 - "Enquête détaillée" - La garde à vue de M. Strauss-Kahn se prolonge parce que "la police mène une enquête détaillée", précise à l'AFP un porte-parole de la police de New York (NYPD), John Grimpel. Mais DSK doit "très probablement" quitter bientôt le commissariat pour être "présenté au parquet" et se voir notifier les chefs d'inculpation retenus contre lui avant 01H00 locale -soit 07H00 à Paris- ce qui correspond à l'heure de fermeture du tribunal.

03H43 - LE FMI REPOUSSE A LUNDI SA REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION - Cette réunion informelle prévue pour dimanche "a été retardée en attendant de nouveaux développements à New York", a indiqué un porte-parole du FMI, William Murray. La situation "n'est pas simple", indique une autre source proche du FMI.

03H37 - Localisé - Dominique Strauss-Kahn a fourni lui-même les renseignements qui ont permis à la police de l'interpeller à l'aéroport Kennedy de New York en appelant son hôtel pour qu'on lui fasse porter un téléphone portable qu'il avait oublié dans sa suite, indique la police.

02H18 - La nuit tombe sur Harlem - Une cinquantaine de journalistes planque toujours devant les deux entrées du commissariat. Où il ne se passe plus grand chose. Les passants questionnent les journalistes sur ce qui se passe. Dans leur très grande majorité, ils ne savent pas qui est DSK, ni ce qu'est le FMI.

Identification

00H20 - Silence radio à l'Elysée - Nicolas Sarkozy, que tous les sondages donnaient perdant en 2012 face à Dominique Strauss-Kahn, a choisi la prudence en s'abstenant de toute réaction. Sollicité par l'AFP, l'Elysée n'a pas souhaité réagir à l'affaire, qui risque de rebattre complètement les cartes pour 2012.

00H13 - "Des preuves" relevées - Un porte-parole de la police indique que les enquêteurs ont "relevé des preuves dans la chambre" de l'hôtel Sofitel occupée par M. Strauss-Kahn, notamment des éléments comprenant de l'ADN.

00H05 - L'attente continue - La sortie de DSK du commissariat semblait imminente. Mais la police vient d'annoncer aux journalistes: "Encore une heure au moins". Il est détenu dans l'unité des "victimes spéciales", l'unité de la police située dans le quartier de Harlem et chargée des délits sexuels.

23H41 - LA VICTIME PRESUMEE A FORMELLEMENT IDENTIFIE STRAUSS-KAHN AU COMMISSARIAT, ANNONCE LA POLICE - A la question de savoir si la victime présumée a reconnu M. Strauss-Kahn au sein d'un groupe d'hommes réunis pour une séance d'identification, le porte-parole a répondu: "c'est exact", confirmant une information de France 24.

23H19 - Préparatifs - La police organise la sortie de DSK. Elle place des barrières et déloge les journalistes -une soixantaine- d'un coté de la rue. Bousculade pour les places. La tension monte.

22H36 - Cachée - Une personne dissimulée sous des draps vient de sortir dans un van du commissariat de Harlem où est retenu DSK, rapporte le journaliste de l'AFP Stéphane Jourdain. Très probablement la victime présumée.

22H11 - Des détails de la police - Un porte-parole de la police de New York précise à l'AFP que la femme de chambre, "une femme noire de 32 ans", était entrée dans la suite 2806, croyant qu'elle était vide pendant que DSK prenait une douche. "Il s'est approché d'elle par derrière et l'a touché de manière inconvenante. Il l'a forcée à accomplir un acte sexuel". La chaîne de télévision MSNBC a précisé qu'il l'aurait contrainte à faire une fellation. Le porte-parole n'a pas confirmé ces détails. "Nous sommes en train de vérifier ce qui s'est passé exactement".

21H55 - Agitation - Beaucoup d'agitation devant le commissariat d'Harlem où est retenu DSK. La police demande de nouveau aux médias de ne pas photographier la victime présumée qui pourrait être dans le commissariat et en sortir bientôt.

21H15 - DSK ira devant les photographes - La police annonce aux journalistes attendant devant le commissariat de que DSK marcherait devant les photographes à sa sortie. Le patron du FMI pourrait sortir bientôt du commissariat.

21H10 - "Prudence et décence" - Le député strauss-kahnien Pierre Moscovici appelle sur TF1 à "la prudence et à la décence". "Attendons la version des faits de DSK. Je le connais depuis 30 ans, ça ne ressemble pas à ce que je connais de lui".

21H08 - La victime présumée va arriver - C'est la police qui l'annonce à la presse massée devant le commissariat où se trouve M. Strauss-Kahn. Elle demande aux médias que la femme de chambre du Sofitel, âgée de 32 ans, ne soit pas prise en photo.

20H40 - LA photo - Petites échelles, tabourets, à Harlem, devant le commissariat, une cinquantaine de photographes se prépare et prend position. Il s'agit de ne pas manquer le cliché de DSK à sa sortie.

20H35 - "Savoir raison garder" - Le député PS Julien Dray estime sur son blog qu'il faut "savoir raison garder" et éviter "toute panique". La "situation est très grave, pas simplement pour la gauche et pour 2012", "c'est l'ensemble du système monétaire mondial qui est menacé, alors que Dominique Strauss-Kahn était à la veille de mener des négociations importantes, notamment pour la dette de la Grèce".

19H56 - "Ne pas polluer la vie démocratique" - L'eurodéputée et ancienne juge Eva Joly estime que l'affaire DSK "ne doit pas venir polluer davantage encore la vie démocratique de notre pays", dans un entretien à Direct Matin. "Je suis très attachée à la présomption d’innocence" mais "si les faits dont il est accusé étaient avérés, ce serait extrêmement grave et triste". "Rien ne doit faire diversion sur l’enjeu principal de cette présidentielle : l’alternance gouvernementale et l’alternative politique", affirme Mme Joly.

19H50 - DSK va "bien" - Dominique Strauss-Kahn va "bien", déclare à l'AFP l'un de ses avocats américains, William Taylor, après avoir vu son client au commissariat. "Il va plaider non coupable. Il rejette toutes les accusations", déclare un autre de ses avocats, Benjamin Brafman. "Nous allons revenir dans un petit moment", a dit l'avocat, qui se rendait à la Cour avant de revenir au poste de police.

Réunion au FMI

19H40 - Remplacé à Bruxelles - Une confirmation: DSK n'assistera pas lundi à Bruxelles à une réunion importante sur la Grèce. Il sera remplacé par une directrice générale adjointe du FMI chargée de l'Europe, Nemat Shafik.

19H29 - Avocat de rappeurs et de Michael Jackson - Benjamin Brafman, qui défend DSK, et vient d'arriver au commissariat, est un avocat new-yorkais réputé. Il a défendu le chanteur et producteur de rap Sean Combs, alias "P. Diddy" accusé de port d'arme illégal, le rappeur Jay-Z, poursuivi en 1999 pour agression sexuelle, et a été l'un des nombreux avocats de Michael Jackson, lorsque le roi de la pop avait été jugé pour pédophilie.

19H20 - "Ne mélangeons pas les choses" - Le patron des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault, estime que "ce n'est pas l'affaire du PS, ne mélangeons pas les choses (...) nous respectons DSK. Il est mis en cause sur une affaire privée, qui est grave si elle est avérée, mais restons sur le principe de la présomption d'innocence". Pour lui, "ce qui vient de se passer, nul n'a le droit de l'utiliser -que ce soit la droite, que ce soit la gauche- à des fins de politique intérieure".

19H14 - Dette grecque - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble estime que l'arrestation de DSK ne pèsera pas sur les négociations concernant la dette grecque.

19H09 - "Entière satisfaction" - La femme de chambre de 32 ans du Sofitel de New York que DSK est accusé d'avoir agressée sexuellement donne "entière satisfaction", assure le patron de l'hôtel, Jorge Tito. En raison de l'enquête en cours, ce responsable ne souhaite pas faire le "moindre commentaire", indique-t-il dans un courriel reçu par l'AFP. "Cependant, nous tenons à préciser que notre employée travaille au Sofitel New York depuis trois ans et donne entière satisfaction tant en ce qui concerne la qualité de son travail que de son comportement".

19H05 - L'avocat sur les lieux - Benjamin Brafman, l'un des avocats de DSK, vient d'arriver au commissariat. Il n'a pas fait de déclaration, selon Stéphane Jourdain, journaliste de l'AFP.

18H48 - "Honte d'être français" - Dans le lobby du Sofitel à New York tout le monde ne parle que de l'affaire DSK. "J'ai honte d'être français, s'exclame Jean", un lyonnais de 78 ans. "Ca s'est su très vite dans l'hôtel", ajoute-t-il, assis dans un confortable fauteuil en cuir du hall décoré de bibliothèques, arrangements floraux et lampes art déco. "Mais alors, il a été arrêté ici?", demande une touriste à la réception. Le prix de la nuitée démarre autour de 250 euros (400 dollars) mais monte à plusieurs milliers de dollars pour les plus belles suites.

18H29 - FMI : REUNION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION - Il s'agit d'une réunion "informelle" que le conseil va tenir après l'arrestation de son patron.

18H25 - Pas "très positif" pour la France - Commentaire du ministre de la Coopération: Henri de Raincourt se dit "pas certain que pour la réputation de la France à l'étranger" l'inculpation du patron du FMI "soit un moment très positif".

18H21 - Favorable à Borloo? - Les pronostics vont bon train. Le patron du Parti radical,pourrait être favorisée par l'élimination probable de la course de DSK. Finalement, "cette affaire pourrait bénéficier à Jean-Louis Borloo, qui dans les sondages mord sur l'électorat du centre qui se reportait sur DSK", estime le politologue Gérard Grunberg. Un avis partagé par nombre de radicaux. "Une situation nouvelle est créée par cette affaire qui ouvre un espace politique au centre", analyse le radical Dominique Paillé.

Vingt ans de prison

18H00 - DSK toujours au commissariat - Selon un policier, le patron du FMI se trouve toujours dans les locaux , et "il ne va pas quitter les lieux avant trois heures, au moins".

17H44 - Toujours pas de DSK - Le juge qui préside l'audience est Michael Sonberg. Toujours pas de signe de DSK au tribunal. Juste la cohorte habituelle des personnes arrêtées attendant d'être présentées à la justice: usagers de drogue, fraudeurs du métro, auteurs d'agressions...

17h23 - Des accusations passibles de 20 ans de prison - Les accusations de tentative de viol, agression sexuelle et séquestration sont passibles de 20 ans de prison dans l'Etat de New York. La comparution de DSK devant un juge new-yorkais n'est que la première étape de la procédure judiciaire accusatoire. Le juge doit décider de le placer en détention provisoire ou plus vraisemblablement de le remettre en liberté contre une forte caution. Le juge décidera également de convoquer ou non un "grand jury", composé de 16 à 23 citoyens, qui peut se réunir dans les prochains jours, et décider ou non de son inculpation formelle ("indictment").

17H03 - Voisinage - Devant le commissariat, des cameramen et des photographes ont pris position, debout sur des tabourets ou des escabeaux. Certains ont même apporté une chaise de camping. Les riverains se plaignent des voitures de presse qui encombrent le trottoir. La plupart des passants ne connaissent pas DSK, constate Stéphane Jourdain, journaliste de l'AFP.

17H05 - "Ce serait très grave" - Rare membre de la majorité à s'exprimer sur cette affaire, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a déclaré à l'AFP que si les faits étaient avérés, "ce serait très grave".

16H58 - Droit commun - Le tribunal devant lequel doit être présenté DSK à New York est habitué à un défilé incessant de pauvres vêtus de haillons, représentés par des avocats commis d'office, pour conduite en état d'ivresse ou port d'arme illégal. Le juge qui examine les affaires décide si la personne présentée peut être mise en liberté sous caution on non. Le dossier de DSK n'avait pas encore été inscrit au rôle du tribunal, selon le journaliste de l'AFP, Sebastian Smith.

16H53 - "Beaucoup d'incrédulité" - Laurent Fabius parle d'un "énorme choc", mais les accusations "provoquent aussi beaucoup d'incrédulité". "Je pense en cet instant avec affection à lui-même, à Anne son épouse et à tous leurs proches. Dans l'épreuve, ne laissons pas piétiner la présomption d'innocence et sachons rester unis", demande l'ex-Premier ministre dans un communiqué.

Anne Sinclair soutient son mari

16H42 - Le Wall Street Journal s'inquiète - La bible du monde des affaires redoute de voir "la direction du FMI dans la tourmente (...) au moment où l'économie mondiale tente de se remettre de la crise financière de 2008 et quand l'Europe subit toujours les conséquences d'une série de crises de l'endettement public". "L'arrestation pose la question de la démission de M. Strauss-Kahn", relève le quotidien des affaires, qui observe qu'il a été "un dirigeant énergique dans la réponse à la crise de la dette en Europe". Le New York Times note lui que "beaucoup de gens pensent que (DSK) a fait du bon travail" à la tête du FMI.

16H37 - ANNE SINCLAIR "NE CROIT PAS UNE SEULE SECONDE AUX ACCUSATIONS" CONTRE SON MARI - Elle ajoute dans un communiqué à l'AFP qu'elle ne doute "pas que son innocence soit établie". Elle appelle "chacun à la décence et à la retenue".

16H32 - La trentaine - Précisions sur la femme blonde qui a été aperçue par les journalistes dans une voiture de police entrant au commissariat: elle semblait âgée d'une trentaine d'années et était enveloppée dans une sorte de drap blanc. Aucune confirmation qu'il pourrait s'agir de la femme de chambre de l'affaire, dont la police avait au départ précisé qu'elle avait 32 ans.

16H25 - Vers 18H00? - L'heure de la comparution de DSK devant le tribunal de Manhattan, situé au sud de la ville, n'est pas officiellement connue. Des sources policières font toutefois état d'une présentation autour de midi, soit 18h00 heure de Paris.

16H20 - "C'est un pervers" - Au "Dely & Grocery" au coin de la rue où se trouve le commissariat, en plein Harlem, un des vendeurs exhibe aux clients la Une du tabloïd Daily News. Une pleine photo de DSK avec écrit en gros "Le Perv". Cet homme, Albert Otero, 47 ans, casquette et tee-shirt, commente: "A ce poste, c'est fou, ce type est quelqu'un, c'est ridicule. C'est un pervers". Il lit un extrait de la biographie publiée dans ce journal: "En France, il est surnommé le grand séducteur".

16H15 - Femme blonde - Une voiture de police vient de rentrer dans le commissariat de Harlem. Une femme blonde est assise à l'arrière. Elle est mitraillée par la trentaine de photographes présents. Mais il est impossible pour l'instant de savoir s'il pourrait s'agir de la femme de chambre impliquée dans l'affaire, rapporte le journaliste de l'AFP Stéphane Jourdain.

16H12 - A la Une - L'affaire DSK fait la Une des deux plus grands quotidiens américains sur internet. "Le patron du FMI accusé d'une agression sexuelle dans un hôtel", indique le New York Times. "Le chef du FMI arrêté pour une agression sexuelle présumée", titre le Washington Post. "Le chef du FMI va plaider non coupable d'agression sexuelle", annonce de son côté CNN sur son site.

16H03 - Eviter le caniveau - Pour Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, "placer cette affaire au centre du débat présidentiel ne ferait que salir encore notre vie politique. Ne laissons pas la politique tomber dans le caniveau".

16H01 - "Complot international" - C'est la thèse qu'avance la strauss-kahnienne Michelle Sabban, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France. "Je suis convaincue d'un complot international. C'est le FMI qu'on a voulu décapiter et pas tant le candidat à la primaire socialiste", affirme-t-elle à l'AFP. "C'est l'homme le plus puissant après Obama. C'est une nouvelle forme d'attentat politique". A qui servirait le crime? "On a voulu bloquer le FMI. On est dans la finance internationale...".

15H55 - Improbable - Il semble improbable que le patron du FMI participe lundi soir à l'importante réunion de la zone euro sur la Grèce à Bruxelles. Si Dominique Strauss-Kahn devait être dans l'impossibilité de venir, "le FMI sera représenté à un niveau adéquat" à cette rencontre des ministres des Finances de l'UE réunis au sein du forum de l'Eurogroupe, a souligné un porte-parole. De son côté, la Commission européenne s'est réfugiée dans un laconique "pas de commentaire".

15H48 - L'attente devant le commissariat - A Harlem, devant le commissariat où se trouverait toujours DSK, l'attente se poursuit. Les voitures de police NYPD qui sortent du gros bâtiment en brique rouge sont épiés par les journalistes. Toujours rien pour l'instant.

15H39 - Stricts - Six photographes présents au tribunal où DSK devrait être déféré ont été priés de s'éloigner. "Le juge va décider s'il y aura ou non un accès pour la presse. Personne ne sait ce qui va se passer, ni quand. Ils n'ont pas encore le dossier. Ils nous ont demandé de partir, en dépit de l'existence d'une salle de presse. Ils sont très stricts", raconte Emmanuel Dunand, photographe de l'AFP.

Attente à New York

15H30 - "L'affaire tombe mal pour la zone euro" - C'est la réaction d'un diplomate européen. Les déboires de DSK risquent de compliquer les efforts pour régler la crise de la dette et discuter d'une nouvelle aide à la Grèce. Le patron du FMI s'était particulièrement investi dans ces dossiers.

15H00 - Matin chagrin - Sous une pluie torrentielle, une quinzaine de journalistes, presque tous américains, attendent devant le commissariat en briques rouges de la 124e rue à New York. Deux chaines de TV ont parqué là leurs camions, constate un journaliste de l'AFP, Stéphane Jourdain.

14H47 - Pas de changement - Athènes assure que le plan de redressement de l'économie grecque, ainsi que les réformes requises, "se poursuivront" comme prévu, malgré l'arrestation du patron du FMI.

Artisan avec l'UE du prêt de 110 milliards d'euros accordé il y a un an à la Grèce, DSK devait se rendre aujourd'hui à Berlin pour discuter avec la chancelière Angela Merkel d'une éventuelle nouvelle aide à ce pays.

14H12 - Les chiens aboient - "Je ne suis pas socialiste, ce n'est pas mon ami politique, mais pour autant je revendique pour lui la présomption d'innocence", affirme Hervé Morin, président du Nouveau Centre. "Je ne participerai pas à la curée, aux chiens qui aboient, à ceux qui colportent les rumeurs", ajoute-t-il devant la presse.

13H44 - Stupéfaits - Sur le marché de Sarcelles, l'ex-fief de DSK, on n'en revient pas. "Entre l'affaire de la Porsche, le prix de ses costumes et maintenant ça, c'est de l'acharnement !", dénonce Carole Gomez, 25 ans. "Juste avant qu'il se présente aux primaires socialistes, c'est quand même suspect", considère cette jeune diplômée de 25 ans qui se dit "à gauche", mais pas partisane de M. Strauss-Kahn.

DSK plaidera non coupable

13H33 -"Présomption d'innoncence" - Le porte-parole du gouvernement, François Baroin, appelle à son tour à respecter "la présomption d'innocence". Dans cette première réaction gouvernementale officielle, il a également appelé à faire preuve d'une "extraordinaire prudence".

13H15 - DSK NIE LES FAITS - Dominique Strauss-Kahn nie tous les faits qui lui sont reprochés, indique son avocat à Washington, William Taylor. "Il plaidera non coupable", ajoute l'avocat joint par l'AFP.

13H10 - Retenue - L'inculpation de DSK est une "terrible nouvelle", déclare sur Canal+ François Hollande, candidat à la primaire socialiste, qui appelle à "la retenue".

12H59 - Grivois -Sur Twitter, les internautes se déchaînent. Beaucoup postent des commentaires grivois. Des dizaines de messages tombent chaque minute. Le logo du FMI (IMF en anglais) a même été détourné avec une soubrette en bas résille dépoussiérant la Terre, sous le nom International Maid Fuckers (maid signifiant femme de ménage, ndlr).

12H50 - No comment - Le FMI assure dans un communiqué qu'il reste "pleinement opérationnel" et qu'il ne fera "pas de commentaire" sur l'affaire.

Nouvelle donne pour le PS

12H25 - Coup tordu ? - " A vrai dire, dans l'entourage de DSK, on s'attendait à des coups tordus. Si c'en est un, il est proprement insensé!", s'indigne sur son blog Gilles Savary, député européen PS.

12H19 - Troublé - "Tout cela est confondant, navrant et infiniment troublant", estime François Bayrou, président du MoDem, en soulignant l'exigence de "responsabilité" d'un homme politique.

12H13 - Mobilisés - Après son arrestation, DSK a reçu la visite du consul général français "dans le cadre de la protection consulaire". "L'ambassade de France et le consulat à New York sont mobilisés", selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

12H03 - Nouvelle donne - Pour Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, DSK ne pourra "pas être candidat à la primaire" socialiste, ni rester à la tête du FMI. "On va avoir une candidature de Martine Aubry contre François Hollande", prédit-il.

11H55 - Présomption - Martine Aubry, visiblement émue, appelle "chacun à attendre la réalité des faits et à respecter la présomption d'innocence, à tous à garder la décence nécessaire". Devant la presse, elle demande "bien sûr aux socialistes de rester unis et responsables".

11H46 - Humiliation - Le député UMP de Paris, Bernard Debré, qualifie Dominique Strauss-Kahn d'"homme peu recommandable". "C'est humilier la France que d'avoir un homme, comme lui, qui se vautre dans le sexe", estime-t-il sur Europe 1.

11H39 - Consternation - Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, se dit "consterné". Il appelle "à la retenue" et à ne "pas juger avant de savoir".

11H38 - Stupéfaction - Martine Aubry se dit "stupéfaite" de l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn. Lors d'un point-presse, la première secrétaire du PS évoque un "coup de tonnerre".

EN DIRECT - Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI et candidat socialiste favori des sondages pour la présidentielle de 2012, a été inculpé d'agression sexuelle et de tentative de viol, quelques heures après son arrestation à l'aéroport JFK de New York.