Un gendarme

Yvonne Yépès a été vue se promenant vers 16H00 le 6 octobre. A 19H00, l'infirmière venue administrer une piqûre d'insuline à cette femme diabétique a alerté les secours après avoir trouvé porte close.

Interrogé par l'AFP, le commandant de compagnie, Christophe Guittard, qui conduit les recherches, a semblé plutôt privilégier la thèse de l'égarement, Madame Yépès s'écartant pour une raison ou pour une autre de la route, et se perdant dans des bois et des fougères particulièrement touffus à cet endroit.

Les enquêteurs ont aussi fait le tour des hôpitaux, au cas où un automobiliste trouvant Mme Yépès évanouie au bord de la route l'aurait conduite chez un médecin. Le commandant Guittard a en revanche jugé peu probable qu'une voiture ait renversé la promeneuse, le conducteur s'arrangeant pour faire disparaître le corps. Selon lui, un tel accident aurait laissé des traces, verre brisé ou marques de freinage.

A ce stade dont, "il n'y a pas de volet judiciaire à cette affaire" outre le fait même de la disparition, a assuré le gendarme, les enquêteurs n'excluant cependant aucune hypothèse.

D'importants moyens ont été consacrés depuis une semaine à la recherche de Mme Yépès, dont le recours à des maîtres-chiens et à un hélicoptère. Des plongeurs de la brigade nautique de La Rochelle étaient au travail jeudi après-midi dans les étangs du voisinage.