Mise à jour : lundi 22 octobre 2012 14:45
Nice : un gendarme meurt percuté par un chauffard

Hommage à Daniel Brière



Hommage à Daniel Brière (© DR)
Suivant
Précédent
Précédent1 de 27Suivant
Partager cet article

Hommage à Daniel Brière
Manuel Valls a rendu un hommage solennel au major Daniel Brière. "Il est l'honneur de la France", a dit le ministre de l'Intérieur venu assister aux obsèques de ce gendarme fauché par un voleur de voiture qui l'a renversé volontairement à Peille. "Nous sommes rassemblés, dans la peine, pour lui rendre un dernier hommage", a déclaré le ministre avant de s'adresser aux forces de l'ordre pour les soutenir : "Les forces de l'ordre sont exposées quotidiennement aux manifestations les plus violentes de notre société (...) Votre mission consiste à aller au-devant de la violence".
Manuel Valls se veut en effet rassurant à l'égard de cette profession malmenée. Dans un entretien publié lundi dans Nice-Matin, le ministre a promis 6.000 recrutements : "En 2013, nous remplacerons tous les départs à la retraite et créerons cinq cents postes de plus, soit au total, plus de six mille recrutements de gardiens de la paix et de gendarmes. Il faut leur donner le moyen de travailler".
"Nous avons décidé de mettre fin au non-remplacement des policiers et des gendarmes qui partent à la retraite. Plus de dix mille postes ont été supprimés ces cinq dernières années", a encore souligné le ministre.
Manuel Valls doit également rencontrer dans l'après-midi, les deux policiers municipaux blessés, dimanche matin, à Nice, par un jeune chauffard en état d'ébriété qui avait brûlé un feu rouge. Un accident qui a provoqué la mort d'une jeune femme sur un trottoir et gravement blessé un troisième policier municipal encore à l'hôpital.
Il y a un mois à Cannes, un policier avait trouvé la mort dans un accident provoqué également par un jeune homme sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiant roulant à plus de 100 km/h dans le centre-ville.
Cette série est "sans doute à l'image d'une société violente où les individus n'hésitent plus à passer à l'acte et à s'en prendre à tous les symboles de l'autorité", a commenté le ministre, qui estime inutile de modifier actuellement l'arsenal judiciaire.
En revanche, Manuel Valls a annoncé que certains quartiers difficiles de Nice figureront "avant la fin de l'année" dans la cinquantaine de zones de sécurité prioritaires (ZSP) définies au niveau national.

Le principal suspect mis en examen et écroué
Après trois jours d'enquête, les gendarmes ont identifié le principal suspect dans la mort du gendarme fauché dans l'arrière-pays niçois. Il a été mis en examen pour "homicide volontaire sur militaire de la gendarmerie dans l'exercice de ses fonctions", "tentative d'incendie volontaire de véhicule automobile" et "vol en réunion en état de récidive légale" et écroué. Lors des auditions, certains des mis en causes ont désigné ce jeune homme de 21 ans comme le seul à bord du véhicule qui a volontairement percuté le major Daniel Briere. "Deux de ces jeunes gens qui sont en garde à vue ont dit aux enquêteurs que le suspect principal leur a avoué (...) avoir parfaitement identifié sur la route la présence de deux militaires de la gendarmerie, avoir délibérément fait front vers eux avec la voiture mais surtout avoir accéléré, baissé la tête et pris la fuite", a déclaré Eric Bedos, procureur de la République de Nice. Des dénonciations confirmées par certains indices techniques, comme le pointage des téléphones portables.

Le jeune conducteur était connu des services de police. "Il avait été condamné, selon son casier judiciaire, à trois reprises, jamais de l'emprisonnement ferme, une amende, un travail d'intérêt général, une peine d'emprisonnement avec sursis pour soit vol simple, soit port d'arme de sixième catégorie, soit un refus d'obtempérer à bord d'un véhicule", a précisé le procureur. Il avait bénéficié d'une mise en liberté sous contrôle judiciaire cinq jours avant le drame. Devant les enquêteurs, il nie toute implication dans cette affaire. Les cinq autres suspects, âgés de 16 à 23 ans, sont soupçonnés d'appartenir à une même bande de cambrioleurs. Deux d'entre eux, ont un mineur, ont été mis en examen et écroués en rapport avec le cambriolage et le vol de la voiture. Une quatrième personne a été mise en examen pour le cambriolage et placée sous contrôle judiciaire. Par ailleurs, deux personnes ont un statut de témoins assistés dans cette affaire.

Six individus interpellés
Jeudi soir, six individus d'une vingtaine d'années ont été placés en garde à vue. Vendredi, l'un d'entre eux aurait désigné un autre suspect, arrêté lui aussi, comme étant le conducteur du véhicule qui aurait percuté mortellement le gendarme, Daniel Briere, mercredi, dans les environs de Nice. Pour le moment, la police procède aux vérifications de ces déclarations.
Les arrestations se sont déroulées en deux temps jeudi. Un individu, connu de la police pour des faits de délinquance, a d’abord été placé en garde-à-vue à Marseille, puis, quelques heures plus tard, cinq autres personnes ont été interpellées.
Tous sont soupçonnés d'être lié à une affaire de trafic de voitures volées, sur laquelle enquêtait le gendarme, Daniel Brière.

Le gendarme percuté "volontairement"
En effet, le major Daniel Brière a trouvé la mort en intervenant sur le vol d’une voiture dans la commune de l'Escarène, à une vingtaine de kilomètres de Nice. Une fois la voiture volée localisée dans un village proche, lui et cinq de ses collègues "en planque" attendaient que le voleur présumé reprenne le volant.
Lorsqu'un homme seul a fini par monter à bord du véhicule surveillé, Daniel Briere, qui portait un brassard orange fluo signalant sa fonction, a pointé son arme sur l'automobiliste, exécutant "les sommations d'usage". "Il y a une sorte de bref freinage réflexe du conducteur", a expliqué le procureur de Nice jeudi matin, mais l'homme aurait ensuite "accéléré". "C'est une action volontaire. On reproche à cet individu d'avoir volontairement provoqué la mort de ce militaire de la gendarmerie dans l'exercice de ses fonctions, ce qui lui fait encourir la réclusion criminelle à perpétuité", poursuit Eric Bedos. Le choc, très violent, a projeté le major Briere à 12 mètres de là. Le chauffard a pris la fuite, abandonnant la voiture volée après avoir tenté de l'incendier.
 

Voir aussi :

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Faut-il déclencher plus souvent le dispositif Alerte enlèvement ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1. 82 %
    Oui
    39 892 Votes
  2.  
    13 %
    Non
    6 337 Votes
  3.  
    5 %
    Sans opinion
    2 534 Votes

Réponses: 48 763
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

le dernier JT

le top

suivez-nous

On en parle sur twitter