lundi 1 octobre 2012 14:34
Florian, 19 ans, tué sans raison

Ouverture du procès du meurtrier présumé de Florian



La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
Suivant
Précédent
Précédent
  • La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
  • La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
  • La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
  • La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
  • La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
  • La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès (© DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procès)
  • Ouverture du procès du meurtrier présumé de Florian (© DR - Deux ans jour pour jour après le drame, la famille de Florian se recueille sur les lieux du meurtre)
  • Ouverture du procès du meurtrier présumé de Florian (© DR - Deux ans jour pour jour après le drame, la famille de Florian se recueille sur les lieux du meurtre)
Suivant
DR - La famille de Florian réunie à la veille de l’ouverture du procèsAfficher les vignettes
Précédent1 de 30Suivant
Partager cet article

Florian, 19 ans, tué sans raison
Ouverture ce lundi 1er octobre devant la cour d'assises des mineurs d'Aix-en-Provence, du procès du meurtrier présumé de Florian, 19 ans, poignardé à Auriol il y a deux ans. A priori, sans mobile. L'accusé, 17 ans à l'époque des faits, risque 10 ans de prison.

Pas de mobile ?
Le 1er octobre 2010, Florian, 19 ans, se promenait dans la rue avec un ami lorsque son meurtrier présumé est passé à ses côtés. Le jeune homme de 17 ans s'est approché de Florian sans lui parler, lui donnant l'accolade d'une main, lui portant des coups de couteau de l'autre. Florian décèdera quelques heures plus tard à l'hôpital  de La Timone, à Marseille. L'agresseur présumé, lui, sera arrêté vers 2 heures du matin.
Les circonstances du drame et le mobile du meurtre sont encore floues les deux jeunes hommes étaient sans histoire. Un éventuel vol pourrait être à l'origine du drame. La préméditation n'a pas été retenue. C'est pour homicide volontaire que l'accusé comparait. Il encourt jusqu'à 10 ans de prison. 

"Les deux familles sont dévastées"
Nous avons rencontré Delphine Calmettes, avocate de la défense. Selon elle, le meurtrier présumé de Florian "assume ses responsabilités. Il va s'expliquer dans la plus grande clarté, dans la plus grande sérénité aussi (...) il faut qu'on arrive à faire toute la lumière, pour lui, mais aussi pour la famille de la victime qui demande des explications et c'est bien compréhensible (...) Il est soulagé de voir arriver son procès. Il attend ça avec anxiété mais impatience aussi (...) Il sait que c'est une peine lourde qui va être prononcée car les faits sont extrêmement graves. Il regrette énormément. Ces deux années ont été très douloureuses pour lui et il a pleinement conscience de la gravité de son geste".
Et d'ajouter : "Dans ce type d'affaires les deux familles sont dévastées. Bien entendu la famille de la victime qui a perdu un fils. Il n'y a rien de pire. De l'autre côté, il y a une famille qui est également brisée par l'incarcération de ce jeune garçon que rien ne prédisposait à la délinquance. Quelle que soit l'issue de la procédure, il n'y a pas de gagnant, il n'y a pas de perdant".

Un triste anniversaire
Les parents de Florian, sa mère, Sandrine, professeur de piano, et son père, Bernard, plombier sont aujourd'hui séparés, mais c'est ensemble qu'ils vont vivre l'épreuve du procès. "On se réunit pour être plus costauds tous ensemble. On ira dignement, sans violence. On espère que ce sera juste pour Florian. Après, on pourra enfin faire notre deuil. Je demande que la justice soit rendue et qu'elle soit honnête" explique le père de Florian, très ému.
Hasard du calendrier judiciaire, le procès s'ouvre deux ans jour pour jour après le drame. Alors avant de se rendre au tribunal, la famille a tenu à se rendre sur les lieux du drame, puis au cimetière pour se recueillir sur la tombe de Florian.
"C'est un recueillement en famille, entre amis, pour faire un dépôt de fleurs sur le lieu de la mort de Florian. Ça fait deux ans aujourd'hui qu'il est parti et on a besoin de se rapprocher de lui. Le procès s'ouvre aussi aujourd'hui, c'est très dur tout ça. Ça ne passera jamais, ça sera toujours en nous, dans nos cœurs, dans nos têtes, dans notre ventre. Tous les jours, il est là quand je me lève, je me couche, il est là" explique Bernard Villanueva, le père de Florian.

"Ensemble nous ferons reculer la violence"
Les parents de Florian ont créé une association "F.L.O "  (For Life Only). Un organisme qui a "pour but de servir de tremplin pour l'organisation de projets pédagogiques en faveur de la communication non-violente et de la prévention des violences en tout milieux, scolaires, éducatifs, sociaux, urbains...".
"Ça m'a permis d'attendre sans être dans la passivité, ça m'a permis, en me positionnant dans l'association, d'aller vers le beau, vers le bon" explique Sandrine Schipani, la mère de Florian.

Voir aussi :

publicité

magazines m6magazine 66 Minutesmagazine Capitalmagazine Zone Interditemagazine Enquête Exclusive

fil info

RemonterDescendre

question du jour

Conflit au Proche-Orient : la communauté internationale est-elle à la hauteur ?

Merci d'avoir été parmi les premiers à voter. Les résultats seront disponibles prochainement. Voir les résultats sans voter

  1.  
    10 %
    Oui
    2 412 Votes
  2. 78 %
    Non
    19 698 Votes
  3.  
    12 %
    Sans opinion
    3 042 Votes

Réponses: 25 152
Sondage à valeur non scientifique, mis à jour chaque minute.

le dernier JT

le top

suivez-nous

On en parle sur twitter

Aucun tweet(s) disponible(s). Essayez svp plus tard