"Près de 20 kilomètres de la côte autour de Deylam et 500 hectares de terres cultivées ont été polluées par la fuite de pétrole", a déclaré le responsable de la protection de l'environnement dans la province méridionale de Bouchehr, Behrouz Atabakzadeh.

Selon lui, l'oléoduc s'est rompu entre Aghajari et Deylam, la semaine dernière, provoquant des dégâts "irréversibles".

Mohammad Baqer Nabavi, chef adjoint de l'Organisation de la protection de l'environnement, a déclaré que des opérations de nettoyage avaient été lancées, tout en soulignant l'ampleur de la tâche.

"Si les conditions météorologiques sont favorables, cela va prendre au minimum deux mois pour nettoyer les zones polluées, a déclaré M. Nabavi, selon des propos rapportés par l'agence Isna.

Une tempête a déjà entravé le début des opérations, a déclaré un haut responsable environnemental à l'agence Mehr.

"Tous les équipements sont prêts à nettoyer la marée noire, mais le travail a été ralenti par la tempête", a déclaré Omid Sadighi.

L'Iran est le deuxième plus important producteur de brut au sein de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep).